Le programme de dépollution des eaux usées déversées des villes de Rabat et Témara constitue un mécanisme environnemental sophistiqué garantissant de bonnes conditions sanitaires à la population et préservant l’hygiène publique, a affirme M. Rachid Omari, directeur des investissements et du système d’information à Redal, la société chargée de la gestion déléguée des services de l’eau, de l’électricité et de l’assainissement à Rabat et Salé. 

A caractère environnemental par excellence, ce programme est l’un des projets structurels les plus importants au niveau de la région, et consiste à dépolluer, une fois pour toutes, les eaux usées déversées dans la mer, a précisé M. Omari dans une déclaration à la MAP, ajoutant que le volume des eaux usées supprimées est estimé à 120.000 mètres cubes par jour, laquelle quantité était évacuée directement dans la mer avant l’exploitation de la station de prétraitement des eaux usées de Rabat-Témara, inaugurée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en juillet 2013, et qui constitue une phase importante de la dépollution de la rive gauche du Bouregreg et du littoral atlantique.

Le système de dépollution fonctionne selon trois phases, à savoir la collecte des eaux usées via des canaux s’étendant sur 20 kilomètres et six stations de pompage, ainsi que le prétraitement des eaux usées afin d’éliminer les corps solides dont le volume dépasse les 10 mm, ces eaux passant par 6 bassins de dessablage, déshuilage et dégraissage.

S’agissant de la troisième phase, les eaux sont évacuées via un émissaire en mer s’étendant sur deux kilomètres de profondeur et 25 km au large de la mer, a-t-il noté, relevant que la station dispose d’une unité sophistiquée pour éliminer les mauvaises odeurs.

Le coût total de ce programme environnemental, qui a été réalisé en trois phases, est de l’ordre d’environ un milliard de dirhams, a-t-il précisé.

D’une capacité de traitement de 520 mille mètres cubes par jour, cette station permettra de respecter les normes environnementales, de valoriser la façade atlantique et du fleuve Bouregreg, et d’améliorer la qualité de l’eau de baignade, a-t-il souligné, ajoutant qu’elle fournira un cadre de vie approprié pour la population, contribuera au développement des activités touristiques dans la région, et pourra faire l’objet d’une extension à l’avenir afin de répondre aux besoins de la population.

La station de prétraitement des eaux usées de Rabat-Témara dispose de trois machines pour éliminer les micro-déchets, d’une dépendance pour extraire les déchets solides, de 6 bassins de dessablage, déshuilage et dégraissage, outre un système de traitement de l’air pour l’élimination biologique des mauvaises odeurs, une salle de surveillance, des pompes fournissant l’évacuation des eaux pré-traitées directement vers la mer via l’émissaire en mer.

Pour sa part, le responsable du prétraitement des eaux usées à Rabat–Témara a relevé que cette station construite sur une superficie d’un hectare et demi permet de traiter 6 mètres cubes d’eaux par seconde, et constitue un important mécanisme environnemental en terme de dépollution du littoral atlantique et de la rive gauche du Bouregreg.

En plus du système de traitement des eaux usées, cette station dispose également d’un système très développé de traitement biologique des odeurs résultant des eaux usées au moyen de machines et équipements sophistiqués, a-t-il ajouté, précisant qu’elle est supervisée par une équipe de travail composée de quatre techniciens et quatre employés.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.