Une véritable polémique fait boule de neige sur le conte « La belle au bois dormant » en ce début 2018, de quoi vous faire revenir à la réalité mondaine après un week-end de fête.

Faut-il interdire « La belle au bois dormant »? Une question impertinente pensez-vous ? C’est pourtant le sujet qui fait dégourdir les langues de certaines féministes anglaises comme Sarah Hall, une mère de Newcastle, selon le journal Londonien « The Guardian ». La féministe semble avoir un souci avec cette histoire infantile qui a été adaptée en animation par Walt Disney. Elle demande en effet que l’histoire soit tout bonnement supprimée de la liste de lecture dans les petites classes.

« La belle au bois dormant » est l’histoire d’une princesse, qui lors d’une fête organisée à son égard, reçoit un cadeau d’une sorcière qui lui jettera un sort. Celui-ci la fera dormir pendant 100 ans. Et pour conjurer ce sort, il a fallu qu’un prince charmant l’embrasse.

Jusque là on pensait que tout allait bien. Mais la première version de l’histoire semble plus machiste, dit-on. Sarah Hall prétend que la princesse endormie serait  » violée et mise en enceinte par un roi de passage ». Disney l’a rendue plus romantique en optant pour celle qu’on connaît tous. Si on se réfère à cette première version, on peut penser que le combat de Sarah Hall, qui a d’ailleurs fait les gros titres de la presse Britannique, serait légitime.

Mais faut-il donner raison à ses combats pour le politiquement correct concernant des contes pour enfants au risque de pervertir leur esprit puéril ?

Ella Whelan, une écrivaine anglaise, pense que « les féministes vont trop loin ! »

Le débat est ouvert… et pourra durer cent ans, peut-être?

Article19.ma