Odile Soudant, plas­ti­cienne française spécia­li­sée dans la lumière, évoque ses années de travail pour Brad Pitt au château de Mira­val. L’ar­tiste accuse l’ac­teur de s’être appro­prié ses créa­tions.


« Brad Pitt a coulé ma boite et s’est appro­prié mon travail. » La plas­ti­cienne Odile Soudant ne mâche pas ses mots dans Libé­ra­tion. Employée par l’ac­teur en 2010 lors de l’achat du domaine de Mira­val, la jeune femme (ex-assis­tante de Jean Nouvel) était mission­née pour travailler sur la lumière dans la propriété. Fan d’ar­chi­tec­ture, Brad Pitt voyait les choses en grand et lui avait donné carte blanche. « Il voulait en faire un lieu excep­tion­nel et consi­dé­rait que la lumière devait être au centre de tout », confie la jeune femme qui déchan­tera assez vite. Au bout de quelques mois, et après une somme de travail consi­dé­rable néces­si­tant près de dix-sept personnes à plein temps sur le projet (desi­gners, élec­tri­ciens, éclai­ra­gis­tes…), les factures finissent par ne plus être hono­rées. Paral­lè­le­ment, Brad Pitt continu à échan­ger comme si de rien n’était avec la plas­ti­cienne par mail, lui deman­dant de termi­ner son travail.

Tota­le­ment dérou­tée par la situa­tion, prise à la gorge par ses pres­ta­taires, sa banque et ses employés qu’elle était inca­pable de payer, Odile Soudant finis­sait par attaquer Brad Pitt et sa société basée au Luxem­bourg. De quoi vexer l’ac­teur qui lui deman­dait de reti­rer sa plainte. « Finis­sons ce projet et soyons-en fiers, lui écri­vait-il. Le travail est trop bon pour se quit­ter sur une mauvaise note. La vie est trop courte. » Qu’im­porte. Odile Soudant tien­dra bon et s’est vu recon­naître gain de cause en avril dernier par la cours d’ap­pel de paris qui a condamné l’ac­teur et sa société à lui verser 565 000 euros.

« Une première victoire » pour la jeune femme qui s’at­taque – aujourd’­hui – à un autre versant de l’af­faire puisque Brad Pitt a tout simple­ment décidé de s’ap­pro­prier ses créa­tions. Selon les avocats de l’ac­teur, « les idées lumi­naires [de Mira­val ndlr] venaient prin­ci­pa­le­ment de Monsieur Pitt lui-même, qui est passionné d’ar­chi­tec­ture et savait ce qu’il voulait réali­ser. » De quoi scan­da­li­ser Odile Soudant qui reven­dique la propriété intel­lec­tuelle de ses créa­tions. « Si c’est vrai, alors moi, je suis actrice à Holly­wood », s’agace-t-elle dans Libé­ra­tion. En effet, dans sa dernière publi­cité Guer­lain, Ange­lina Jolie appa­raît à Mira­val au milieu d’un grand esca­lier inondé de lumière. Un éclai­rage pensé par… Odile Soudant, dont l’avo­cat vient d’adres­ser une mise en demeure au parfu­meur. Ça sent plutôt mauvais pour Brad et Angie…

Source : http://www.voici.fr/

Article19.ma