Des démêlés avec la justice liés à des spoliations de biens immobiliers d’autrui seraient derrière « le suicide » du riche homme d’affaires, Mohamed Roukni, dont le corps a été découvert, mercredi dernier chez lui à Safi, sans vie gisant dans une mare de sang à côté d’un fusil de chasse.

Le milliardaire, qui était marié de son vivant à une italienne, supportait mal « les poursuites judiciaires » dont il faisait l’objet, notamment, l’interdiction de quitter le territoire et le paiement d’une caution de 3 millions de dirhams pour continuer de bénéficier de la liberté provisoire en plus de l’éventualité de se voir déposséder de 19 villas objet du litige, selon le journal Assabah.

Roukni, qui avait fait appel, ressentait « une injustice », explique le journal, surtout qu’il avait acquis en 2011 ces villas avec des contrats auprès de l’héritier, Bernard Kaïss, sauf que les propriétés étaient encore au nom du père de ce dernier.

L’homme d’affaires safiote a laissé « une lettre » dans laquelle il explique son geste et évoque les pressions judiciaires qu’il subissait et la réouverture en 2014 de ce dossier pour lequel qu’il avait obtenu définitivement gain de causes auprès de la justice.

Dans ce dossier, indique la même source, Roukni et Kaïss ainsi que d’autres personnes sont, notamment, poursuivis pour « faux et usage de faux ».

Quant aux biens immobiliers au centre de cette affaire, il s’agit de 19 villas situées au quartier Bourgogne à Casablanca que le père de Bernard Kaïss avait cédé en vertu de compromis de vente avant qu’il ne se suicide en 1969 et que ne disparaissent son épouse et ses enfants poussant les acheteurs à saisir la justice pour pouvoir finaliser la vente.

Cependant, le fils a décidé, en 2000, de revendre ces villas alors qu’elles étaient toujours au nom de son père provoquant l’expulsion des familles qui les habitaient.
Le milliardaire safiote avait acquis ces villas comme étant des dons, car Bernard Kaïss voulait éviter le paiement des taxes avant de se retrouver finalement poursuivi pour falsification de documents officiels et leur utilisation.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.