La Cour de cassation à Rome a confirmé l’implication de Hind S., une citoyenne marocaine âgée de 39 ans, et celle de son conjoint italien, dans un réseau international de vol de yachts et bateaux de luxe, réitérant leur condamnation à respectivement 5 et 9 ans de prison ferme.

Les d’eux voyous sont accusés d’être derrière un réseau de plus de 40 personnes, dont des italiens, des syriens et des moldaves. Cette bande criminelle a ainsi mené plus de 10 opérations de cambriolage, entre novembre 2012 et août 2013, à moyenne d’une opération par mois dans différents ports tout au long des côtes méditerranéennes. Au total, le couple criminel a gagné plus de 20 millions d’euro de ces activités illicites, a ajouté la même source.

Pour réussir, chaque individu dans ce réseau était chargé d’une tâche précise. Au début, la femme marocaine et son mari envoient quelqu’un, qui se fait passer pour un potentiel acheteur afin de contrôler la qualité du bâteau de plaisance mis en vente. Cette personne doit donc collecter des informations qui faciliteront le cambriolage.

Une fois cette étape achevée, une équipe bien expérimentée s’empare du yacht en question, et le conduit vers une zone inconnue pour le reprogrammer. Vient après la chef marocaine qui contacte des arabes à grande fortune, et se charge de négocier la vente de son but et le mode de sa livraison. Les nouveaux propriétaires sont dupés par des documents de vente falsifiés, et une garantie d’après-vente faussée.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.