Le spectre de ‘la déflation’ plane sur le Maroc. En termes plus simples, un croissance économique en baisse et inflation quasi-nulle, sont envisageables. Le Centre marocain de conjoncture CMC dirigé par l’ancien ministre socialiste et economiste Habib El Malki, a prédit dans sa dernière note.

‘Au Maroc, le fléchissement de la dynamique interne de l’activité et de la demande et la quasi-stagnation des prix à la production et à la consommation, durant le 10 premiers mois de l’année,’ inquiètent les analystes du CM, semble-t-il .

Ainsi, le rythme d’inflation mesuré par l’évolution de l’indice des prix à la consommation s’est réduit, a indiqué le CMC, à 0,3% sur la période couvant les dix premiers mois de l’année 2014, contre 2,1% en 2013.

unnamed

Dans ce même contexte, le CMC prévient des répercussions directes sur les revenus, la demande globale et l’emploi, surtout que l’année 2014 s’achèverait, selon la même source, sur une croissance limitée à 2,6% contre 4,4% en 2013.

« Les prix saisis aussi bien au stade de la production que de la consommation ne semblent être affectés ni par les mesures de décompensation, ni par la hausse du coût salarial unitaire, ni par le réajustement des tarifs d’électricité, ni même par le renchérissement des matières premières importées », a-t-il précisé, appelant le gouvernement à revoir sa politique macro-économique.

Article19.ma