unnamed-4
Une cinquantaine d’adolescents ont été tués et 79 blessés après un attentat-suicide commis hier dans leur collège à Potiskum, dans le nord-est du Nigeria. Un kamikaz déguisé en collégien aurait été l’auteur de l’un des massacres les plus atroces, attribués au groupe islamiste armé Boko Haram qui affirme lutter contre l’éducation à l’occidentale, a indiqué Emmanuel Ojukwu, le porte-parole de la police nigériane.
L’explosion s’est produite dans un collège-lycée public de garçons de Potiskum, capitale économique de l’Etat de Yobe, l’un des trois Etats placés sous loi martiale depuis un an et demi.  Le but de cette mesure était de faire face à l’insurrection sanglante menée par le groupe islamiste, dont le nombre des victimes s’élève a plus de 10.000 morts en cinq ans.
Un enseignant du lycée où l’attentat a eu lieu a raconté que des « écoliers s’étaient rassemblés pour la réunion du matin, lorsque quelque chose a explosé parmi eux faisant un bruit énorme, il était exactement 07H50 » (06H50 GMT).
Ce massacre a été perpétré au lendemain de la publication d’une nouvelle vidéo, dans laquelle du chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, réaffirme avoir créé un « califat » dans les zones du nord-est du Nigeria conquises par les insurgés. Dans la vidéo, il exclut également à nouveau toute perspective d’accord de cessez-le-feu avec le gouvernement.
Le président Goodluck Jonathan a condamné ce « meurtre odieux », promettant que son administration mettra la main sur les coupables « quel que soit le temps que ça prendra ».  De son coté, le gouverneur de Yobe, Ibrahim Gaidam, a annoncé la fermeture immédiate de toutes les écoles publiques de la capitale de son Etat jusqu’à nouvel ordre.