Focus – Pourquoi les États-Unis vendent-ils au Maroc plus de 600 missiles ? (Média)

Aujourd’hui, avec un nouvel achat de plus de 600 missiles « à tir et oubli » auprès des États-Unis, la sécurité maritime du Maroc prend un avantage encore plus marqué, selon le site de la chaîne turque trtworld.com.

Dans un récent communiqué, l’Agence de coopération en matière de défense et de sécurité (DSCA) a annoncé que la vente au pays d’Afrique du Nord coûterait environ 260 millions de dollars.

« Le gouvernement marocain a demandé l’achat (des USA) de 612 missiles Javelin FGM-148F, dont 12 missiles volants et 200 unités de lancement de commande légères Javelin (LWCLU) », a indiqué la DSCA.

+ Les caractéristiques uniques du missile Javelin +

Les missiles Javelin sont des armes antichar très efficaces qui sont utilisées par diverses forces militaires à travers le monde, selon l’entrepreneur américain Lockheed Martin. Ils sont facilement portables et autonomes, ce qui signifie qu’une troupe peut facilement équilibrer le lanceur de missiles sur son épaule.

Connu sous le nom de missile « tirer et oublier », une fois lancé, le Javelin n’a pas besoin d’un opérateur pour le guider activement vers la cible. Au lieu de cela, il suit la cible pendant le vol et réajuste sa trajectoire pour garantir une frappe précise. Cela laisse également le temps à la troupe de recharger un autre missile pour affronter une nouvelle menace.

Mais l’une des caractéristiques uniques du missile Javelin est sa capacité à frapper des cibles par le haut, en ciblant les parties les plus vulnérables de la plupart des véhicules, généralement le blindage le plus fin du dessus.

Le récent accord de défense américain comprend également une variété d’équipements de soutien, d’assistance technique et de formation pour les missiles Javelin, qui nécessiteront des voyages annuels de responsables au Maroc pendant environ sept ans, affirme le site.

L’accord intervient également alors que les tensions entre le Maroc et l’Algérie voisine continuent de s’intensifier à propos d’un différend au Sahara marocain, que le Maroc revendique comme son propre territoire, mais que l’Algérie soutient le groupe séparatiste du Front Polisario.

+ Accords avec les États-Unis +

Ce n’est pas la première fois que le Maroc achète un important équipement militaire américain. En fait, les États-Unis et le Maroc entretiennent un partenariat de longue date en matière de coopération militaire, qui comprend des exercices conjoints, des programmes de formation et des échanges de personnel.

En avril de l’année dernière, le Département d’État américain a approuvé la vente d’armes au Maroc pour environ 750 millions de dollars. Cela comprenait les armes interarmées (JSOW), les lanceurs HIMARS et les systèmes de missiles ATACMS.

À l’époque, les analystes avaient des avis contradictoires sur l’accord. Certains ont déclaré que cela « reflétait une poussée naturelle de modernisation de la nation nord-africaine ».

David Des Roches, professeur agrégé au Centre d’études de sécurité pour le Proche-Orient et l’Asie du Sud, a déclaré à Breaking Defense que les accords de défense ne sont pas surprenants.

« L’armée marocaine est l’une des plus professionnelles au monde et est largement organisée selon les principes occidentaux », a déclaré Roches. Cependant, d’autres experts ont exprimé leur inquiétude face aux tensions régionales alors que le Maroc continue d’augmenter ses dépenses militaires.

+ Le Maroc, un allié majeur non-OTAN +

Pour 2024-2025, le gouvernement marocain a augmenté ses dépenses pour « l’acquisition et l’entretien des équipements des forces armées et le soutien au développement de l’industrie de défense » de 4,1 %, a rapporté l’Agence EFE.

Le montant alloué s’élèverait à 11,3 milliards d’euros, soit 9,6 pour cent du PIB du pays.

Pour leur part, les États-Unis considèrent ces accords avec le Maroc comme un soutien à leur propre politique étrangère et à leurs intérêts de sécurité nationale.

Le communiqué de la DSCA considère le Maroc comme un allié majeur non-OTAN et une force clé pour la stabilité politique en Afrique du Nord, et affirme que la dernière vente « ne modifiera pas l’équilibre militaire fondamental dans la région ».

Avant l’issue potentielle, les ventes militaires étrangères potentielles doivent être approuvées par le Congrès et sont susceptibles de changer à mesure que les prix et les montants unitaires s’ajustent au cours des négociations.

Il reste donc à voir si les ventes auront lieu et comment elles pourraient ou non modifier l’équilibre régional, selon la même source.

Article19.ma