Palestine – Pour la première fois, le Conseil de sécurité de l’ONU exige « un cessez-le-feu immédiat » à Gaza

C’est une première. Après plus de cinq mois de guerre, le Conseil de sécurité de l’ONU a enfin adopté ce lundi 25 mars une résolution exigeant « un cessez-le-feu immédiat » à Gaza.

Cet appel, plusieurs fois bloqué par les États-Unis, a été possible grâce à une abstention américaine, qui n’est pas au goût d’Israël, selon l’AFP.

Selon le gouvernement israélien, l’abstention américaine « nuit » à ses efforts de guerre et à la libération des otages à Gaza, le Premier ministre israélien décidant dans la foulée de ne pas envoyer la délégation israélienne attendue à Washington.

Le président Joe Biden avait en effet demandé à M. Nétanyahou d’envoyer une équipe aux Etats-Unis pour des consultations concernant le projet d’Israël de lancer une offensive de grande envergure sur la ville de Rafah, auquel Washington s’oppose.

Jusqu’ici, Washington, allié principal d’Israël, avait mis son veto à plusieurs résolutions appelant à un cessez-le-feu. Mais avec plus de 32 000 morts dans la bande de Gaza, selon le Hamas, et le risque de famine dans le territoire palestinien assiégé, les Etats-Unis avaient affirmé vouloir redoubler d’efforts pour une trêve.

Le texte voté lundi « exige un cessez-le-feu immédiat pour le mois du ramadan », devant « mener à un cessez-le-feu durable », et « exige la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages ». Le ramadan a commencé il y a deux semaines. La diplomatie française appelle de son côté à « un cessez-le-feu permanent » et assure préparer une résolution en ce sens.

Une décision saluée, par ailleurs, par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres : « Cette résolution doit être mise en œuvre. Un échec serait impardonnable », a-t-il écrit sur X.

Article19.ma