Insolite – Les trafiquants de haschisch marocains « boycottent les trafiquants de drogue israéliens » en signe de solidarité avec Gaza (Jpost)

Les marchands de hachisch du Maroc ont cessé d’approvisionner le haschisch aux trafiquants israéliens en raison de la guerre en cours à Gaza, selon le Jérusalem Post citant le site de la chaîne N12.

« On ne sait pas exactement quand le boycott a commencé, cependant, le rapport indique que les organisations criminelles ont déjà perdu « des dizaines de millions de shekels » depuis le début du boycott », ajoute le journal.

Le hachis marocain est recherché dans le monde entier en tant que produit haut de gamme de haute qualité, avec des estimations mettant la valeur annuelle du commerce en milliards, ce qui en fait l’une des industries les plus précieuses du Maroc après les exportations de tourisme et de phosphate, précise la même source.

+ « La demande en Israël est folle » +

La majorité du cannabis marocain est cultivé et transformé en haschisch dans la région du Rif, dans le nord du pays.

Un Israélien impliqué dans le commerce de la drogue vivant au Maroc a déclaré au canal N12 que l’exportation de haschisch est « un élément clé de l’économie marocaine » et que sans elle, « leur économie s’effondrerait ».

Il a expliqué que la majorité est vendue à des concessionnaires en Europe, mais « au mieux, seuls quelques centaines de kilogrammes de haschisch marocain atteignent Israël. Le prix d’un kilogramme de haschisch marocain peut atteindre 300 000 shekel en Israël. La demande en Israël est folle parce qu’elle est de très haute qualité, propre et forte. »

Le haschisch marocain était régulièrement introduit clandestinement en Israël avant la guerre, avec plusieurs organisations criminelles impliquées dans le commerce, a noté le rapport. Les contrebandiers israéliens locaux étaient régulièrement employés par ces groupes, certains d’entre eux même des étudiants de Yeshiva.

Ils passaient la drogue en contrebande dans des compartiments cachés dans leurs valises ou voyageaient en voiture de Tanger en Espagne sur le ferry et vendaient en Europe.

+ Haschisch boycott +

« Les trafiquants de haschisch du Maroc ne sont pas prêts à nous vendre plus de haschisch, que ce soit directement ou par l’intermédiaire d’intermédiaires », a déclaré un trafiquant de drogue d’Israël à N12, « ils ont décidé qu’à cause de la guerre, ils nous boycottaient. Depuis la guerre, nous avons perdu beaucoup d’argent. Des dizaines de millions de shekels au moins. »

Un marchand marocain du Rif a confirmé à N12 qu’un boycott avait été mis en place, en disant : « Pourquoi est-il possible pour les Israéliens de gagner leur vie en vendant du haschisch marocain alors que nos frères palestiniens souffrent de la faim et vivent dans des conditions inhumaines ? Va l’acheter ailleurs. Nous ne vendons plus de haschisch aux Israéliens ».

« Avant la guerre, nous faisions affaire ici avec les Israéliens. Les contrebandiers et les marchands sont venus ici et ont gagné beaucoup d’argent. Maintenant, c’est la fin. »

Article19.ma