[Contribution] La Sinophobie se répand chez les décideurs américains

Par Salem AlKetbi


La Chine est de plus en plus considérée comme une menace stratégique majeure pour les États-Unis, si l’on en croit les déclarations, les attitudes et les pratiques récentes. Le sentiment dominant parmi les dirigeants américains est que la Chine se prépare à « envahir » Taïwan et à la réclamer comme faisant partie de son territoire dans les deux prochaines années.

La Chambre des représentants des États-Unis a récemment organisé des auditions pour discuter de la menace chinoise, la visite de l’ancienne présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, à Taïwan ayant exacerbé les tensions entre Pékin et Washington. Au cours de ces auditions, H. R. McMaster, l’ancien conseiller à la sécurité nationale, a averti que les deux prochaines années pourraient être une période dangereuse pour les États-Unis, compte tenu de la possibilité croissante d’une attaque chinoise contre Taïwan.

Pékin considère Taïwan comme faisant partie de son territoire et pourrait profiter de la préoccupation américaine pour les élections présidentielles pour reprendre l’île. Cette inquiétude a été alimentée par la publication de la déclaration conjointe sino-russe, issue du sommet Xi-Poutine à la veille des Jeux olympiques de Pékin. Cette déclaration contenait une rhétorique occidentale qui annonçait une nouvelle ère dirigée par les deux nouveaux pôles, ce qui a renforcé les preuves des ambitions croissantes de la Chine.

Dans l’ensemble, la crainte de la montée en puissance de la Chine et de son impact potentiel sur les intérêts américains a suscité un sentiment de malaise et de vigilance chez les dirigeants américains. Au fur et à mesure que la situation évolue, il reste à voir comment les États-Unis réagiront à cette menace perçue.

Cette déclaration a contribué à façonner l’approche de l’Amérique à l’égard du conflit entre la Russie et l’Ukraine, certains considérant qu’il s’agit d’une répétition vestimentaire de ce qui pourrait se produire à Taïwan. Les tenants de ce point de vue estiment que la défaite de la Russie servirait d’avertissement à la Chine, et vice versa.

Toutefois, limiter la lutte pour le leadership mondial au conflit ukrainien ou à la reconquête de Taïwan est une grave erreur. Le riche héritage culturel et historique de la Chine signifie qu’il est peu probable qu’elle recule dans une lutte à somme nulle.

Les États-Unis ont multiplié les provocations, notamment en construisant de nouvelles bases militaires en Asie du Sud-Est et en élaborant de nouvelles alliances visant à contenir la montée en puissance stratégique de la Chine. La Chine, cependant, ne suit pas le plan des États-Unis comme l’a fait la Russie de Poutine, mais poursuit plutôt sa propre vision tout en s’efforçant de maintenir un équilibre fragile dans ses intérêts stratégiques avec les parties impliquées dans le conflit ukrainien.

L’un des moteurs de ce que l’on appelle la « China Phobia» dans les cercles décisionnels américains est la montée en puissance rapide de la Chine dans tous les domaines, et pas seulement dans les domaines économique et militaire. Malgré ses progrès discrets, la Chine est perçue comme une menace imminente pour les intérêts américains.

La Chine remodèle activement les règles de l’ordre mondial pour les aligner sur sa vision du monde. Elle place discrètement la réforme des institutions mondiales parmi ses objectifs stratégiques, en s’appuyant fortement sur son influence croissante dans des régions telles que l’Afrique, qui constitue un bloc de vote important à l’Assemblée générale des Nations unies.

Dans un article traduit d’un journal chinois, les priorités de la Chine en matière d’affaires étrangères sont résumées en mettant l’accent sur le travail au sein des pays en développement en tant que base, tout en utilisant les institutions internationales en tant qu’arène d’action.

Le conflit le plus intense entre la Chine et les États-Unis ne se limite pas aux sphères militaires et diplomatiques. Il englobe plutôt d’autres domaines et secteurs vitaux qui ont une influence et un impact significatifs sur la domination mondiale. La Chine développe rapidement ses capacités de recherche et de connaissance, ce qui suscite des inquiétudes aux États-Unis quant à la perte de sa domination technique.

Les experts occidentaux continuent de mettre en garde contre la supériorité croissante de la Chine en matière d’innovation, de recherche et de technologie. Selon un rapport récent d’un institut australien, la Chine dépasse les États-Unis dans 37 des 44 technologies qui serviront de leviers à l’innovation, à la croissance et à la puissance militaire au cours des prochaines décennies. Ces technologies comprennent l’intelligence artificielle, la robotique et les biotechnologies.

S’il convient de noter que l’excellence de la recherche chinoise ne s’est pas encore traduite par une supériorité technologique, la Chine est bien placée pour renforcer sa position technologique. Le rapport souligne que la Chine produit environ la moitié des articles sur les moteurs d’avion avancés et à grande vitesse. Cela pourrait expliquer pourquoi elle a récemment testé un missile à grande vitesse capable de transporter une ogive nucléaire.

En réaction, les États-Unis agissent rapidement pour sauver leur position scientifique et technologique.

L’année dernière, le gouvernement américain a pris une mesure importante pour relancer le secteur des semi-conducteurs et de la production de haute technologie en approuvant une aide de 52 milliards de dollars dans le cadre de la loi CHIPS et de la loi sur la science. Cette mesure est considérée comme cruciale dans la bataille actuelle pour l’influence stratégique mondiale. Le président Biden a déclaré que le soutien financier apporté par cette loi aiderait les États-Unis à « remporter la compétition économique au XXIe siècle ».

Bien que les semi-conducteurs aient été inventés aux États-Unis, le pays ne produit actuellement qu’environ 12 % de l’offre mondiale, contre 37 % en 1990. Environ 75 % des approvisionnements américains sont importés d’Asie de l’Est. Cette situation a suscité l’inquiétude des responsables de la défense américaine quant à la dépendance du pays à l’égard d’autres nations pour l’approvisionnement en puces, d’autant plus que les semi-conducteurs font partie intégrante du fonctionnement des outils de guerre modernes et des armes mortelles.

Par exemple, chaque système américain de lancement de missiles Javelin, acquis par l’Ukraine, contient des centaines de puces électroniques. Selon le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, toute perturbation potentielle de l’approvisionnement des États-Unis en puces électroniques pourrait avoir des conséquences catastrophiques.

Le conflit stratégique entre la Chine et les États-Unis se transforme progressivement en une situation où chaque partie développe une phobie de l’autre. Cela augmente la probabilité d’une confrontation brutale. Les États-Unis utilisent la question de Taïwan comme prétexte pour réduire l’influence chinoise.

Le gouvernement chinois est parfaitement conscient du délicat exercice d’équilibre qu’il doit réaliser entre l’affirmation de sa souveraineté sur Taïwan et l’évitement de toute situation susceptible de déboucher sur un conflit prolongé et coûteux qui saperait ses ambitions stratégiques mondiales.

Politologue émirati et ancien candidat au Conseil national fédéral

Article19.ma