C’était en 1978. Célèbre comédien, auteur, dramaturge, metteur en scène de théâtre et de cinéma, Nabyl Lahlou a dévoilé son nouveau film en noir « Al Kanfoudi » cette année là.

Le film raconte l’histoire d’un chef d’orchestre qui a gagné à la loterie et qui rêvait d’une vie de mille et une nuit… In fine, le héros se rend compte de l’absurdité de la vie et que « le rêve » n’est qu’un rêve ou plutôt un fantasme, ni plus ni moins …

Longtemps censuré, son cinéma est engagé, produit avec un minimum de moyens, et totalement personnel : Nabyl Lahlou a toujours produit et réalisé les scenarii qu’il écrit lui-même, et dont il interprète souvent le rôle principal.

Dans cette scène d’Al Kanfoudi, les téléspectateurs se rappellent bien de la belle et célèbre chanteuse Ghita Ben Abdeslam qui joue le rôle d’une femme moderne, émancipée et indépendante…

Article19.ma