Par Salem AlKetbi*


A quelques jours du sommet arabe en Algérie, je ne veux pas paraître déçu en parlant de la réussite ou de l’échec de ces sommets.

Je ne veux pas non plus me mettre dans le collimateur des slogans et autres qui ont joué un rôle clé dans la détérioration apparente d’une grande partie de nos pays arabes, et pas seulement de nos relations arabo-arabes, et je me contente de parler seulement en passant de la réalité dans laquelle nous vivons et d’autres.

Publicité

Nous ne voyons aucune logique à la nier et à essayer de blanchir ou de déformer son image dans un monde où les faits ne peuvent être cachés.

Avant de nous plonger dans les conclusions récurrentes qui précèdent chaque sommet arabe, telles que : ce qu’il réalisera et ses avantages, et comment certains le font pour remettre en question l’efficacité de la Ligue arabe, la coopération arabe conjointe et d’autres propositions qui fâchent les uns et ravissent les autres, nous devons faire une pause pour chercher des questions proactives plus importantes. Dans ces circonstances, existe-t-il même la possibilité d’un véritable dialogue collectif arabo-arabe, que ce dialogue ait lieu dans le cadre d’un sommet arabe ou autrement ?

Existe-t-il un agenda arabe sur lequel on puisse s’entendre ? L’essentiel est de le mettre en œuvre ?

Le fait qui ne devrait fâcher personne est qu’à l’heure actuelle il n’y a pas de possibilité d’un dialogue collectif arabo-arabe pour la simple raison qu’il y a beaucoup de pays arabes dont les fils ne peuvent pas se parler, alors comment un de ceux-ci ou deux ou parties dans cet état divisé peuvent-ils avoir un dialogue avec les autres Arabes ?

De plus, il y a des désaccords entre plusieurs pays arabes pour des raisons dont il n’est pas question d’évaluer les positions. Ce qui est important ici, c’est que les désaccords existent déjà, et non pas qui a raison et qui est à blâmer dans cette scène.

L’un des dilemmes des sommets arabes est qu’ils sont piégés, fermés sur eux-mêmes ou même limités par d’autres pour ne rien changer à la liste des dirigeants ou des participants arabes.

Le succès et l’échec dépendent de la mobilisation du plus grand nombre de dirigeants possible au lieu d’obtenir des résultats réalistes, de discuter des questions importantes et de trouver des propositions et des solutions réalisables. J’en veux pour preuve que le succès et l’échec sont déterminés avant même l’ouverture de la réunion.

D’une certaine manière, la liste finale des participants a témoigné du succès et de l’échec des sommets arabes. En soi, c’est déroutant. Il est vrai que la présence de dirigeants, notamment de dirigeants de pays arabes influents, à des réunions internationales importantes est une question importante.

Mais pas au point de pouvoir prouver le succès et l’échec avant la réunion. Pour nous, Arabes, il est important d’avoir un sommet avec une participation active des chefs d’État et de gouvernement.

Car pour nous, l’indicateur du succès et de l’échec des sommets n’est pas la participation ou l’absence des chefs d’État et de gouvernement, quelles que soient les raisons, leur logique et leur validité, mais plutôt le poids des pays hôtes eux-mêmes ou leur capacité limitée à exercer une influence diplomatique. Ce qui, bien entendu, n’est pas le cas.

Cette détérioration de la réalité de l’action arabe commune fait des sommets arabes un invité de poids pour les pays hôtes. Ces sommets risquent de n’accueillir personne dans les jours à venir. L’accueil n’est plus seulement une question de protocole et de règlement.

Il suffit que le prochain sommet n’ait pas lieu après des années. C’est en soi un indicateur de l’efficacité ou du rôle que peut jouer un mécanisme de coopération collective dans un monde complexe s’il n’a pas lieu du tout. Nous devons reconnaître que les blocs internationaux et régionaux souffrent principalement de la formation de positions politiques.

La coopération internationale ne progresse pas dans les organisations d’action collective, ni dans les organisations qui ont été créées à l’origine pour servir de moteur à la coopération économique et stratégique plutôt que pour mobiliser des positions politiques et autres. Cela ne signifie pas nécessairement que la politique doit être séparée de l’économie, car ce n’est certainement pas le cas.

Mais on s’efforce, dans la mesure du possible, de donner la priorité à la seconde sur la première.

Nous avons tous suivi les positions des pays et des chefs d’État lors du récent sommet des BRICS à Samarkand, en Ouzbékistan, et nous avons vu comment une grande puissance régionale comme l’Inde joue un rôle influent dans un groupe qui comprend également la Russie et la Chine et qui est également membre d’une alliance quadrilatérale. Mais qui comprend aussi les États-Unis.

Le dilemme des sommets arabes ne se limite pas à ce qui précède. Il existe de nombreux dilemmes, institutionnels et non institutionnels, et il faut du temps pour en discuter, et notre confort est que tout le monde les connaît. Mais surtout, les sommets arabes ne s’assiègent pas uniquement dans la mobilisation des participants, comme je l’ai dit précédemment.

Mais aussi dans la mobilisation des positions, sans tenir compte de l’état de fatigue des sociétés arabes qui sont fatiguées de réfléchir à ces positions sans succès. Les Émirats arabes unis essaient depuis longtemps de donner la priorité à l’aspect économique des mécanismes d’action arabe commune.

Mais le fléau de ces mécanismes est qu’ils mobilisent tellement les dossiers qu’il est difficile d’en tirer quelque chose. Les problèmes s’entassent et se submergent les uns les autres. Le reste est connu de tous.

Le dilemme n’est pas un désaccord arabe comme certains le prétendent. Toutes les positions des membres des blocs régionaux ne sont pas égales, et ne peuvent pas l’être. Mais la leçon est qu’il existe des mécanismes pour gérer les différences et même les désaccords.

Je ne veux pas avoir l’air désespéré ou déçu. Mais reconnaître un problème fait toujours partie d’un plan réussi pour le résoudre, et la plupart d’entre nous, Arabes, vivons dans le déni de notre réalité.

Lorsque nous parlons de cette réalité, nous sommes confrontés à des accusations préconçues de trahison et nous essayons de nous justifier, même si personne n’assume la responsabilité de cette réalité. Nous devons regarder autour de nous.

Nous devons voir comment le monde évolue à un rythme accéléré, nous devons observer les changements qui façonnent le monde post-ukrainien, nous devons agir de manière réaliste et jeter par-dessus bord les modèles et slogans sévères.

Nous devons réaliser que les intérêts des États et des peuples sont le moteur premier et fondamental – et je ne dis pas le seul – des relations internationales, et non pas les émotions, l’histoire, le destin commun et d’autres phrases et formulations constructives, dont personne qui les répète ne peut expliquer le sens, si tant est qu’elles aient un sens.

*Politologue émirati et ancien candidat au Conseil national fédéral

N/B: Le contenu de cette tribune nengage que son auteur.

Article19.ma