Rishi Sunak, Premier ministre britannique

Par Dr Mohamed Chtatou


Pour la première fois dans l’histoire du Royaume-Uni, le pays est dirigé par une personne non blanche en tant que premier ministre. À 42 ans, Rishi Sunak, qui est hindou, est aussi le plus jeune premier ministre depuis plus de 200 ans. Il est né à Southampton de parents immigrés d’origine indienne. Sunak est le Premier ministre de couleur du Royaume-Uni, mais certains doutent que ses politiques profitent aux communautés sous-représentées.

La race et la classe dirigeante anglaise

Publicité

Il y a quatre-vingts ans, le romancier George Orwell observait que la classe dirigeante anglaise était une « aristocratie constamment recrutée parmi les parvenus ». Les maîtres de l’Angleterre, affirmait-il, avaient un formidable talent pour le renouvellement, « comme le couteau qui a eu deux nouvelles lames et trois nouveaux manches ».  Même si la vieille aristocratie terrienne perdait de son influence, elle se mariait avec la nouvelle élite industrielle. « Le riche armateur ou le fabricant de coton s’est créé un alibi de gentilhomme campagnard, tandis que ses fils apprenaient les bonnes manières dans les écoles publiques. »

L’histoire de l’ascension de Sunak porte, entre autres, sur la fluidité de l’élite anglaise, et sa relation complexe avec la race.

Dès les premières décennies, comme l’ont noté les historiens Philip Morgan et Shaun Hawkins, la Grande-Bretagne impériale a utilisé l’éducation comme un outil pour créer des classes moyennes autochtones imprégnées de sa culture et de ses valeurs. L’histoire de Dadabhai Naoroji est bien connue. Nationaliste de la première heure, il a été le deuxième Indien à être élu député britannique en 1892, après l’Anglo-Indien David Ochterlony Dyce Sombre en 1841. Ce qui est moins connu, selon l’universitaire Sumita Mukherjee, c’est que les conservateurs ont également fait élire un député indien à peine trois ans plus tard, en 1895.

Même si la race se cachait sous la surface – le candidat perdant George Howell a écrit amèrement qu’il avait été « mis à la porte par un homme noir » – l’Angleterre victorienne avait besoin de gentlemen autochtones. L’historien Jonathan Scheer suggère que Mancherjee Bhownaggree, un politicien conservateur d’origine parsi, personnifiait l’Inde des aspirations anglaises :  » loyal, assimilé, obséquieux. « 

Le parti conservateur est, sans doute, plus diversifié sur le plan racial que jamais dans son existence. Six des dix candidats à la succession de Boris Johnson au poste de Premier ministre – Suella Braverman, Kemi Badenoch, Nadim Zahawi, Sajid Javid et Rehman Chisti ainsi que Sunak – étaient issus de minorités ethniques. Les Tories ont donné au Royaume-Uni sa première femme ministre de l’intérieur, Priti Patel, et sa première femme musulmane membre du cabinet, Sayeeda Warsi. Le cabinet éphémère de Liz Truss était le plus diversifié de l’histoire britannique.

Même si cette diversité est bienvenue, elle ne fait pas tout. Les conservateurs sont également le siège de privilèges.  Comme les deux tiers du cabinet de l’ancien Premier ministre Boris Johnson, des recherches ont montré que M. Sunak a fréquenté des écoles privées – des établissements que seuls 7 % des citoyens britanniques peuvent se permettre. La moitié des membres du cabinet de l’ancien Premier ministre David Cameron étaient issus d’écoles privées et indépendantes.

D’après les recherches universitaires, le parti reste également très majoritairement blanc. La base est hostile au multiculturalisme, opposée au mariage homosexuel, favorable à la peine de mort et anti-européenne.

Manifestation des immigrés et nationalisme blanc

Après la manifestation de Tarsem Sandhu, la star montante du Parti conservateur, Enoch Powell, s’adressa à ses électeurs à Walthamstow. « La revendication de droits communaux spéciaux – ou devrais-je dire de rites – conduit à une dangereuse fragmentation de la société », a-t-il proclamé dans un discours désormais tristement célèbre en 1968. Le nombre croissant d’immigrants, poursuivait-il, leur permettrait inexorablement de « consolider leurs membres, de s’agiter et de faire campagne contre leurs concitoyens et d’écraser et de dominer les autres ».

« Dans ce pays, d’ici 15 ou 20 ans’’, prophétisait-il,’’ l’homme noir aura la main du fouet sur l’homme blanc. »

L’ascension de Sunak rend tentant d’imaginer que l’histoire a le sens de l’humour. Les postures anti-immigrants quelque peu sadiques des principaux politiciens conservateurs – Braverman a notamment déclaré que c’était son « obsession » de voir les demandeurs d’asile renvoyés au Rwanda – suggèrent la nécessité de nuancer de telles appréciations. Comme Braverman et d’autres conservateurs de couleur, Sunak soutient la déportation vers le Rwanda. Il conditionnera les futurs visas pour des pays comme l’Inde à ce que leurs gouvernements acceptent de reprendre les immigrants illégaux.

Un tel langage est significatif dans le contexte de la politique conservatrice britannique. Au début des années 1960, des populistes conservateurs comme le député Cyril Osborne avaient plaidé contre l’immigration en provenance des anciennes colonies. Dans une interview, Osborne a proclamé que l’Angleterre était « le pays de l’homme blanc et je souhaite qu’il le reste ». Le candidat conservateur Peter Griffith a utilisé un langage raciste flagrant dans sa campagne électorale de 1964 : « Si vous voulez un voisin nègre, votez libéral ou travailliste ».

Multiculturalisme britannique

Des figures de la droite économique du parti conservateur, comme Edward Boyle et Iain Macleod, ripostent en affirmant que les immigrants jouent un rôle essentiel pour empêcher les salaires de grimper en flèche. Les craintes de troubles sociaux, ainsi que ces arguments, ont conduit le futur Premier ministre Edward Heath à renvoyer Powell de son cabinet fantôme après le discours sur la race de 1968.

« Toute vie politique », a écrit Powell dans un livre 10 ans plus tard, « se termine par un échec ». Il avait tort.

La naissance du nouveau conservatisme

Au début de l’année 1978, la chef de l’opposition Margaret Thatcher – qui allait devenir Premier ministre – exprime la crainte des Blancs que « ce pays soit submergé par des gens d’une culture différente ». À la suite de ces remarques, Daniel Trilling note qu’il y a eu un changement spectaculaire dans le soutien apporté aux travaillistes. La politique raciale de Thatcher marqua un revirement spectaculaire, passant du conservatisme traditionnel de Heath au populisme blanc strident que Powell avait défendu. La ligne dure de l’immigration lui permit non seulement de gagner le soutien de la classe ouvrière blanche, mais aussi d’écraser ses adversaires d’extrême droite.

Selon la sociologue Jenny Bourne, Thatcher a également mis en place les fondements du multiculturalisme officiel, en consacrant une sorte d’apartheid informel qui divisait les groupes d’immigrants en enclaves ethniques et religieuses distinctes, en se concentrant sur leurs prétendus besoins culturels plutôt que sur leur autonomisation économique.

Tirant les leçons de ses défaites électorales successives, David Cameron, Premier ministre de 2010 à 2016, a cherché à attirer un plus grand nombre de candidats issus de minorités ethniques et de femmes. Selon David Cameron, un parti capable de séduire la « Grande-Bretagne urbaine et libérale » était nécessaire pour faire reculer le Labour. Cependant, le parti s’est à nouveau déporté vers la droite, les nationalistes s’appuyant sur la question du Brexit pour faire tomber Cameron.

Le gouvernement de Boris Johnson a ramené la blancheur sur le devant de la scène. Un rapport sur les relations raciales publié par son gouvernement l’année dernière a suggéré de manière infâme qu’il pourrait y avoir de la place pour une histoire qui « parle de la période de l’esclavage, non seulement en termes de profit et de souffrance, mais aussi de la manière dont les Africains se sont culturellement transformés ». Le Premier ministre a par la suite fait marche arrière par rapport au rapport, qui a été accusé de sous-estimer les inégalités raciales au Royaume-Uni.

Les fantasmes selon lesquels l’Angleterre entre dans une utopie post-raciale sont à une certaine distance de la vérité. La couleur qui recouvre son paysage politique cache une marée sociale grise et sinistre.

Ce qui est remarquable, ce n’est qu’aucun de ses rivaux ou des grands médias n’a mis en doute sa compétence à devenir Premier ministre pour des raisons ethniques. Cela ne les a même pas dérangés que la Grande-Bretagne crée un record lorsqu’une personne d’origine indienne devient Premier ministre du pays qui a gouverné l’Inde, y compris le Pakistan et le Bangladesh, pendant deux siècles. Ce que cela implique, c’est que le peuple britannique a surmonté ces sentiments et qu’il ne discrimine personne sur la base de l’ethnicité, de la religion ou de la culture. Même lorsque les Britanniques dirigeaient l’Inde, un Indien, Dadabhai Naoroji, a été élu au Parlement britannique au 19e siècle. Dans de nombreux pays du monde, dont le Canada, des personnes d’origine indienne occupent des postes ministériels. Aux États-Unis, une femme partiellement d’origine indienne est à deux doigts de la présidence.

En revanche, regardez comment l’Inde s’est comportée à cet égard. Aujourd’hui encore, il n’est pas rare que les dirigeants du parti au pouvoir fassent référence à l’origine italienne de la chef du Congrès, Sonia Gandhi, bien qu’elle soit une citoyenne naturalisée du pays et qu’elle ait vécu en Inde presque toute sa vie adulte. Ils n’épargnent même pas son fils Rahul Gandhi, né en Inde. Il fut un temps où l’Inde voyait des membres des communautés minoritaires devenir président du pays. Ils occupaient également des postes tels que ceux de ministre de l’intérieur, de ministre de la défense, de chef des forces de défense, etc.

Aujourd’hui, la situation est différente. Les musulmans représentent environ 15 % de la population, mais ils ne sont pas représentés au sein des ministères de l’Union. Les chrétiens n’en ont qu’un seul. Pire encore, le BJP au pouvoir ne compte pas un seul membre de la Lok Sabha appartenant à la communauté musulmane. Plus important encore, ils se sentent discriminés, que ce soit au niveau de la loi sur la citoyenneté ou de l’application du droit pénal. Lorsque l’Ashok Sthambh a été érigé sur le nouveau bâtiment du Parlement, qui fait partie du projet Central Vista, un rituel religieux élaboré a eu lieu, bien que la Constitution stipule qu’aucune religiosité exclusive ne doit être encouragée aux frais de l’État.

Ascension fulgurante

L’ascension fulgurante de Rishi Sunak, qui est devenu le Premier ministre britannique d’origine indienne, a déclenché des célébrations dans le sous-continent et au sein de sa diaspora. Ce moment était si historique pour tant d’Indiens désireux de se débarrasser de leur bagage colonial qu’il a fait l’objet d’une couverture intégrale sur les médias sociaux indiens et dans la presse grand public.

« Un fils indien s’élève au-dessus d’un empire », a déclaré la chaîne d’information NDTV. « Sunak : Ex-India Company set to run Britain », titrait en première page le Telegraph India. Son rival, le Times of India, a titré « Rishi Sunak, un ‘fier hindou’, est le nouveau Premier ministre britannique ».

Royaume-Uni, centre mondial du multiculturalisme dynamique

Nombreux sont ceux qui éprouvent un sentiment de triomphe compréhensible à l’idée que, 75 ans après l’indépendance de l’Inde, un « fils indien » va diriger ce qui reste de l’Empire britannique. L’épanchement émotionnel n’est pas une mauvaise chose de temps en temps, qu’il prenne la forme de mêmes hilarants ou même de certains des coups de poitrine de mauvais goût qui ont été affichés. Mais après le brouhaha initial, il est important pour les Indiens de reconnaître les progrès réalisés par des pays tels que la Grande-Bretagne dans la construction de sociétés multiculturelles, qui ont rendu possible la « montée de Rishi » – quelle que soit l’opinion que l’on ait de sa politique.

Depuis des décennies, les Indiens suivent de près les carrières réussies de la diaspora et des personnes d’origine indienne – de la regrettée astronaute Kalpana Chawla et de la vice-présidente des États-Unis Kamala Harris à la génération actuelle de PDG à la tête des plus grandes entreprises américaines. Leurs succès sont considérés comme une « justification de l’excellence indienne », comme l’a déclaré l’auteur new-yorkais Salil Tripathi à la BBC.

Mais si le mérite existe, les Indiens ne reconnaissent pas toujours que « l’excellence indienne » resterait un mythe sans le soutien chaleureux d’autres pays. En fait, au cours des 50 dernières années, quelque 30 hommes et femmes d’origine indienne ou partiellement indienne ont été chefs de gouvernement ou d’État dans le monde entier, de l’Amérique du Sud à l’Asie de l’Est.

Sunak est-il une erreur pour le Royaume-Uni ?

La Grande-Bretagne a maintenant son troisième Premier ministre en sept semaines. Et il se trouve qu’il est un fier hindou.

L’accession de Rishi Sunak est une cause d’autocongratulation dans le Royaume-Uni d’aujourd’hui. Le royaume tout entier se félicite d’avoir donné le pouvoir à un homme non-blanc. Même les membres travaillistes du Parlement interrompent leurs attaques partisanes pour exprimer leur enthousiasme.

Le Telegraph a qualifié l’ascension de Sunak de « ce que ce pays a eu de plus proche de l’histoire de Barack Obama » (en parlant d’ethnicité, pas de politique). Une telle comparaison devrait faire réfléchir les Britanniques : La préoccupation de l’Amérique pour les politiques raciales et identitaires a certainement contribué au succès politique d’Obama.

Le fait que le nouveau chef du gouvernement ait prêté serment en tant que député sur la Bhagavad Gita, sans aucune controverse, montre à quel point la Grande-Bretagne a adopté la diversité et le multiculturalisme comme étant supérieurs à son héritage judéo-chrétien.

Il n’y a pas si longtemps, Boris Johnson est devenu le Premier ministre catholique de Grande-Bretagne, ce qui constitue un autre grand pas en arrière par rapport au passé biblique de la nation.

Un moment décisif pour les personnes de couleur

« C’est presque un moment décisif », a déclaré un jeune homme de 31 ans alors qu’il était bénévole dans le caverneux lieu de culte coiffé d’un dôme qui dessert la communauté sikhe dans le quartier de Southall, à l’ouest de Londres. « C’est juste un signe de la Grande-Bretagne du 21e siècle, où peu importe le milieu d’où vous venez maintenant, vous pouvez gravir les échelons jusqu’aux postes de pouvoir. »

Mais, pour de nombreuses personnes de couleur au Royaume-Uni, ce n’est pas si simple. Sunak, 42 ans, sera le premier hindou et la première personne d’origine sud-asiatique à diriger le pays, qui a une longue histoire de colonialisme et qui a souvent eu du mal à accueillir les immigrants de ses anciennes colonies – et qui continue à se débattre avec le racisme et les inégalités de richesse.

Le roi Charles III a demandé à M. Sunak, dont les parents ont quitté l’Inde pour s’installer en Grande-Bretagne dans les années 1960, de former un nouveau gouvernement, un jour après avoir été choisi comme chef du parti conservateur au pouvoir.

Cette étape est doublement importante pour de nombreuses personnes ayant des racines asiatiques, car elle intervient pendant le Diwali, la fête des lumières célébrée pendant cinq jours par les hindous, les sikhs et les jaïns.

Plus tôt cette année, Sunak, un hindou pratiquant, a parlé de la signification de l’allumage des bougies du Diwali devant la résidence officielle de Downing Street du chancelier de l’Échiquier, poste qu’il a occupé pendant deux ans jusqu’à sa démission en juillet 2022.

« C’est l’un des moments dont je suis le plus fier d’avoir pu faire cela sur les marches de Downing Street », a-t-il déclaré au Times of London. « Et cela a signifié beaucoup pour beaucoup de gens et c’est une chose étonnante sur notre pays ».

Il n’en a pas toujours été ainsi en Grande-Bretagne.

En 1968, le législateur conservateur Enoch Powell a prononcé son tristement célèbre discours sur les « rivières de sang », décriant la migration de masse et préconisant une aide aux immigrants pour qu’ils « rentrent chez eux. »

En 1987 encore, il n’y avait aucune personne issue d’une minorité ethnique à la Chambre des Communes. Un Asiatique et trois Noirs ont été élus au Parlement cette année-là.

Les chiffres n’ont cessé d’augmenter depuis, avec 65 personnes issues de minorités ethniques, soit 10 % de la Chambre des communes, élues lors des dernières élections générales de 2019. Cela n’est toujours pas totalement représentatif du Royaume-Uni dans son ensemble, où 13 % de la population s’identifie à des minorités ethniques.

La victoire de Sunak est une preuve de ce progrès – un pas vers quelque chose de mieux, a déclaré Tariq Modood, directeur du Centre d’étude de l’ethnicité et de la citoyenneté de l’Université de Bristol.

« Je dirais que la chose la plus importante aujourd’hui est que la majorité, l’écrasante majorité des députés conservateurs, ont choisi comme premier choix un homme jeune d’origine indienne, faisant de lui le Premier ministre britannique de couleur », a-t-il déclaré lundi 24 octobre 2022. « Et je pense que les autres partis vont le noter, le Parti travailliste très certainement, et voudront rattraper cela, voire essayer de faire mieux. »

Mais Sunak n’est pas typique des millions de personnes d’origine asiatique, africaine et caribéenne qui se heurtent encore à des obstacles dans l’emploi et l’éducation.

Fils d’un médecin et d’une pharmacienne, M. Sunak a obtenu un diplôme de premier cycle à l’université d’Oxford et une maîtrise en administration des affaires à l’université de Stanford avant de travailler pour Goldman Sachs, puis de passer dans le secteur des fonds spéculatifs, où il a fait fortune dans la finance. Il est marié à Akshata Murty, fille du milliardaire indien N.R. Narayana Murthy, fondateur de la société mondiale de technologies de l’information Infosys.

M. Sunak a été critiqué au début de l’année lorsque les médias britanniques ont rapporté que son épouse avait profité des règles lui permettant d’éviter les impôts britanniques sur ses revenus étrangers. Elle a depuis promis de renoncer à son statut de « non domiciliée » et de payer tous ses impôts en Grande-Bretagne.

D’une manière plus générale, les Indiens ont mieux réussi économiquement que les autres groupes minoritaires en Grande-Bretagne.

Les Indiens gagnaient en moyenne 14,43 livres (16,29 dollars) par heure, soit 15,5 % de plus que les résidents britanniques blancs, en 2019, derniers chiffres disponibles auprès de l’Office des statistiques nationales. En revanche, les personnes originaires du Pakistan et du Bangladesh gagnaient environ 15% de moins que les Blancs, et les Noirs 6,9% de moins.

La baronne Sayeeda Warsi, première femme musulmane à siéger au Cabinet lorsqu’elle faisait partie du gouvernement de l’ancien Premier ministre David Cameron, a déclaré qu’elle pensait que Sunak serait une figure unificatrice pour tous les Asiatiques britanniques.

« Mais il y a eu un énorme débat pour savoir si oui ou non c’est quelque chose que nous devrions célébrer, et je pense que nous célébrons le fait que c’est une diversité visible », a déclaré Warsi à la BBC.

« Mais il faut aller au-delà de la diversité visible. Il doit y avoir aujourd’hui de jeunes enfants issus de foyers pauvres, fréquentant des écoles publiques ordinaires, qui se disent qu’ils pourraient eux aussi devenir Premier ministre. »

Sunder Katwala, directeur de British Future, un groupe de réflexion axé sur l’immigration, l’identité et la race, a qualifié la victoire de Sunak de « moment historique » qui n’aurait pas été possible il y a seulement dix ans. Mais, a-t-il ajouté, la lutte pour mettre fin à la discrimination n’est pas terminée.

Le Royaume-Uni est-il multiculturel ?

Le Royaume-Uni est assurément multiculturel, et il l’a toujours été. Pour commencer, il est composé de quatre nations différentes. L’Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord sont tous des pays différents avec des dialectes, des coutumes, des musiques et des langues différentes.

Lorsque les Romains, les Vikings et les Normands ont envahi le Royaume-Uni, ils ont apporté leurs cultures et leurs langues avec eux et de nombreux mots anglais ont des origines françaises, allemandes ou scandinaves.

En outre, en raison de sa proximité avec l’Europe, le Royaume-Uni a une longue histoire de commerce avec les autres nations européennes, ce qui a inévitablement entraîné la libre circulation des personnes, y compris les mariages.

La famille royale britannique est très multiculturelle, et ce, même avant Meghan Markle. Nombre des anciens rois et reines sont issus de familles royales européennes. Par exemple, la première épouse d’Henri VIII, Catherine d’Aragon, était espagnole. La Grande-Bretagne a même été dirigée par des monarques européens. Guillaume Ier était normand, et Guillaume III (également connu sous le nom de Guillaume d’Orange) était néerlandais.

Le passé colonial du Royaume-Uni explique également son multiculturalisme. Pendant l’Empire britannique, de nombreux Britanniques sont allés vivre et travailler dans des colonies du monde entier et de nombreux sujets coloniaux sont venus en Grande-Bretagne. Aujourd’hui encore, les anciens territoires et colonies ont des liens étroits avec la Grande-Bretagne et les gens continuent d’émigrer. Fait intéressant, le recensement de 2011 a révélé que le pourcentage global de Britanniques qui s’identifient comme blancs et chrétiens est en baisse. Une étude distincte montre que plus de 300 langues sont parlées au Royaume-Uni.

Toutefois, cette diversité n’est pas répartie uniformément sur le territoire britannique. Les grandes villes comme Londres, Manchester et Birmingham sont extrêmement multiculturelles, mais les petites villes et les villages le sont beaucoup moins. Cela s’explique par le fait que les immigrants ont historiquement afflué vers les grandes villes à la recherche de travail.

Les différentes villes du Royaume-Uni présentent également des proportions différentes de groupes ethniques en fonction de leur histoire individuelle. Par exemple, Liverpool possède une ancienne communauté noire, car la ville était autrefois liée au commerce transatlantique des esclaves. Liverpool abrite également la plus ancienne communauté chinoise d’Europe en raison des liens commerciaux étroits de la ville avec Shanghai, qui remontent aux années 1890.

Ces dernières années, on a constaté une augmentation sensible du sentiment nationaliste au Royaume-Uni, car certains Britanniques estiment que le Royaume-Uni ne devrait pas être multiculturel. Mais beaucoup plus de Britanniques pensent que leur histoire montre qu’ils ont toujours été multiculturels et qu’il y a de nombreux avantages économiques et sociaux à être une nation multiculturelle.

Le multiculturalisme en pratique

Bien que le multiculturalisme en Grande-Bretagne soit généralement reconnu comme un fait démographique, il n’a été formellement affirmé dans aucun sens constitutionnel, législatif ou parlementaire. En effet, le discours tend à s’éloigner de l’usage du terme « multiculturalisme » et penche plutôt vers celui de cohésion et d’intégration.

Néanmoins, il y a eu beaucoup d’activités dans ce domaine. Par exemple, en 2001, une série d’incidents raciaux à Oldham, Burnley et Bradford a mené à la création d’une équipe d’examen sur la cohésion communautaire (Home Office 2001). Ceci, couplé aux attentats terroristes de Londres du 7 juillet 2005, a contribué à un discours qui se concentre principalement sur les communautés. En 2005, le gouvernement britannique a lancé Improving Opportunity, Strengthening Society, une stratégie visant à ‘’accroître l’égalité raciale et renforcer la cohésion communautaire en aidant les personnes d’horizons différents à bien s’entendre dans leur région’’ (Department for Communities and Local Government 2009) qui a pris fin en 2009.

À ce moment-là, le gouvernement a annoncé une nouvelle stratégie, Tackling Race Inequalities, qui s’est engagée dans un certain nombre de consultations. Les consultations ont abouti à un rapport final publié en 2010 et à l’élaboration d’un Fonds de lutte contre les inégalités raciales (TRIF) qui a abordé certaines des principales recommandations politiques du rapport (Khor et Carlisle 2011). Depuis lors, le gouvernement a mené plusieurs examens de la politique raciale et du racisme affectant les communautés ethniques noires, asiatiques et minoritaires, notamment l’examen Lammy de 2017 sur le racisme dans le système de justice pénale (Lammy 2017) et l’examen McGregor-Smith de 2017 sur la race et la discrimination au travail (McGregor-Smith 2017).

Bien que plusieurs agences gouvernementales aient des mandats liés au multiculturalisme, le ministère du Logement, des Communautés et des Gouvernements locaux est probablement le plus directement impliqué, car il est responsable de la cohésion sociale (Commission européenne 2020d). En 2018, le Ministère a élaboré le Plan d’action pour les collectivités intégrées, qui énonce la ‘’vision du gouvernement visant à bâtir des collectivités intégrées où des personnes de tous horizons vivent, travaillent, apprennent et socialisent ensemble, sur la base de droits, de responsabilités et d’opportunités partagés’’ (Ministère du Logement, Communautés et gouvernement local 2019). Le plan décrit les domaines liés au soutien des migrants et note que « l’intégration est une voie à double sens – les résidents locaux partagent la responsabilité d’accueillir les nouveaux arrivants dans leurs communautés, y compris les migrants, et de leur fournir l’environnement et les opportunités de participer à la vie communautaire qui permettront une intégration efficace’’ (Ibid, 9).

En outre, la Commission pour l’égalité et les droits de l’homme, un organe officiel créé en 2007, est responsable des questions liées à l’équité, à la discrimination et aux droits de l’homme. Elle a remplacé la Commission pour l’égalité des chances, la Commission pour l’égalité raciale et la Commission pour les droits des personnes handicapées (Commission pour l’égalité et les droits de l’homme 2020).

L’adoption du multiculturalisme dans les programmes scolaires

La rhétorique liée à l’éducation multiculturelle est présente depuis les années 1970, mais en 1981, le Home Affairs Committee Report a constaté que les efforts déployés pour répondre aux besoins des étudiants issus de minorités ethniques en matière d’éducation étaient encore limités (Swann 1985, 219-220).

Le National Curriculum Council, créé à la suite de la loi de 1988 sur la réforme de l’éducation, a recommandé que l’éducation multiculturelle et citoyenne soit développée dans le cadre d’un programme d’études plus large. Cette recommandation n’a jamais été adoptée (Figueroa 2007). Néanmoins, un rapport de 1985, intitulé Education For All, recommandait d’accorder une attention accrue aux « valeurs communes » de la Grande-Bretagne dans les programmes scolaires, ainsi qu’une « appréciation de la diversité des modes de vie et des origines culturelles, religieuses et linguistiques qui composent cette société et le reste du monde » (Swann 1985). Ces recommandations ont été acceptées et une petite somme d’argent a été allouée pour leur application (Bleich 1998, 85). Au début des années 1990, la plupart des conseils locaux avaient intégré le multiculturalisme dans leur programme (Bleich 1998).

En 1991, 95 % des collectivités locales avaient adopté des politiques de multiculturalisme ou de lutte contre le racisme (Bleich 1998, 85-86).

En 1997, le gouvernement du New Labour a créé une unité au sein du ministère de l’éducation pour s’occuper des résultats scolaires des minorités ethniques (Tomlinson 2005, 161).

Bien que la responsabilité de l’enseignement et des programmes scolaires continue d’être déléguée aux autorités locales, le Ministère de l’Éducation définit une politique plus large. Le programme d’études national fournit des directives relatives à l’anti-discrimination et à l’inclusion dans les écoles (Department for Education 2014). Dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté, le Ministère de l’Éducation soutient que les élèves apprennent « les diverses identités nationales, régionales, religieuses et ethniques du Royaume-Uni et la nécessité du respect et de la compréhension mutuels » (Ministère de l’Éducation 2013a).

En outre, la loi modificative sur les relations interraciales (2000) « exige des [autorités locales] qu’elles éliminent la discrimination et promeuvent l’égalité des chances, et qu’elles élaborent des politiques d’égalité raciale de manière proactive plutôt que réactive, comme c’était le cas auparavant » (Fry et al. 2008, 7 ; voir également Tomlinson 2005).

Malgré cela, certains (par exemple, Fry et al. 2008 ; Olssen 2004 ; Osler 2000) affirment que le programme d’études ne met pas suffisamment l’accent sur le multiculturalisme, l’antiracisme et les aménagements. Tomlinson (2005, p. 167) confirme ce point de vue : « Malgré l’introduction des études sur la citoyenneté, il n’y a pas eu de révision du programme national d’enseignement pour déterminer s’il reflète la Grande-Bretagne en tant que société multiculturelle. » Le rapport d’Ajegbo et al. (2007, 6) a constaté que « la qualité et la quantité de l’éducation à la diversité sont inégales en Angleterre », et que sa « priorité est trop faible pour être efficace. » Le rapport note que de nombreux enseignants manquent de confiance pour aborder les questions de diversité en classe et que peu d’écoles se connectent aux ressources communautaires qui favorisent l’éducation à la diversité.

Les données du MIPEX suggèrent également que la formation des enseignants en matière d’éducation interculturelle est minimale au Royaume-Uni et qu’elle dépend fréquemment de la motivation des enseignants individuels lorsqu’il s’agit de progresser professionnellement dans ce domaine (Huddleston et al. 2015).

L’inclusion de la représentation/sensibilité ethnique dans le mandat des médias publics ou l’octroi de licences aux médias

Avant les années 1980, peu d’attention était accordée à la représentation ethnique dans les médias, et c’est en partie en réponse aux critiques que plusieurs initiatives ont été entreprises. Celles-ci étaient principalement axées sur la formation de journalistes et de producteurs blancs, ainsi que sur l’augmentation de l’emploi des minorités dans le secteur des médias (Alibhai-Brown 1998). Un rapport de 1983 de la Commission pour l’égalité raciale, intitulé Ethnic Minority Broadcasting, encourageait les réseaux à examiner plus sérieusement le contenu des médias afin qu’il puisse « contribuer à refléter notre société multiraciale » (Zolf1989).

Les années 1980 ont vu une augmentation substantielle du nombre d’organisations médiatiques de minorités ethniques (Alibhai-Brown 1998, 112-114).

Le rapport de 1988 de la Chambre des Communes sur l’avenir de la radiodiffusion encourageait la radiodiffusion ciblée sur les minorités ethniques, y compris la radiodiffusion dans les langues des minorités ethniques. Cette émission est diffusée sur BBC Channel 4 depuis 1982 (Zolf 1989, 20).

La loi de 2000 modifiant la loi sur les relations raciales exige que chacun des quatre conseils des arts du Royaume-Uni démontre qu’il promeut l’égalité raciale (Fisher et Ormstron 2013).

Actuellement, la loi sur les communications de 2003 charge l’Office of Communications (OFCOM) de réglementer les réseaux de communications électroniques, y compris la radiodiffusion, la radio et la télévision. Dans l’exercice de ces fonctions, la section 3(3)(l) de la loi exige que l’OFCOM prenne en compte « les différents intérêts des personnes vivant dans les différentes parties du Royaume-Uni, des différentes communautés ethniques au sein du Royaume-Uni et des personnes vivant dans les zones rurales et urbaines ». L’OFCOM a produit des recherches qui examinent la connaissance et la consommation des médias par les minorités ethniques.

En outre, la BBC, qui est le radiodiffuseur de service public du pays et est financée par une redevance payée par tous les ménages du Royaume-Uni, compte parmi ses objectifs la représentation et le reflet des différentes communautés, y compris les communautés ethniques et religieuses. La société indique que son objectif est de « refléter, représenter et servir les diverses communautés de toutes les nations et régions du Royaume-Uni et, ce faisant, soutenir l’économie créative à travers le Royaume-Uni… la BBC doit représenter et dépeindre de manière précise et authentique la vie des habitants du Royaume-Uni aujourd’hui, et sensibiliser aux différentes cultures et aux points de vue alternatifs qui composent sa société. Elle doit s’assurer qu’elle fournit une production et des services qui répondent aux besoins des nations, des régions et des communautés du Royaume-Uni. La BBC doit rassembler les gens autour d’expériences communes et contribuer à la cohésion sociale et au bien-être du Royaume-Uni. » (BBC 2016 ; voir aussi Cullen International 2019).

Mot de fin

Il y a un vieux dicton dans la politique britannique qui dit : « La droite cherche des convertis tandis que la gauche cherche des traîtres / The right looks for converts while the left looks for traitors ». Il vient à l’esprit lorsqu’on réfléchit à l’élection de Rishi Sunak comme premier ministre non blanc du Royaume-Uni dans un parti traditionnellement considéré comme le plus opposé à l’immigration de masse et à la dilution de l’identité nationale par le multiculturalisme.

L’onction de Sunak par les membres du parti conservateur marque un tournant dans l’histoire britannique, ce qui n’aurait pas été possible il y a encore dix ans. « Cela montre que le service public dans la plus haute fonction en Grande-Bretagne peut être ouvert à ceux de toutes les croyances et origines ethniques. Ce sera une source de fierté pour de nombreux Asiatiques britanniques – y compris ceux qui ne partagent pas la politique conservatrice de Rishi Sunak », a déclaré Sunder Katwala de British Future, un groupe de réflexion sur l’intégration et la race.

Avec la nomination de Sunak, il y a une leçon à tirer, surtout pour les sociétés multiculturelles, à savoir qu’il faut aller au-delà des « origines » et juger une personne sur ses seules capacités. Le nouveau Premier ministre britannique sera d’ailleurs mis à l’épreuve.

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu

Article19.ma