Le Maroc a réclamé à Adidas le retrait d’un maillot de football de la sélection algérienne, en cause, une appropriation de symboles du «patrimoine culturel marocain», à rapporter cnews.fr.

Le ministère marocain de la Culture a sommé le géant allemand de l’équipement sportif Adidas de retirer sa nouvelle collection de maillots de la sélection algérienne de football, l’accusant de s’être indûment approprié des symboles du «patrimoine culturel marocain», a appris jeudi l’AFP auprès de son avocat.

+ « Une appropriation culturelle » +

Ce nouveau design, selon l’équipementier sportif allemand, « tire son inspiration du palais de Mechouar à Tlemcen, dans le nord-ouest de l’Algérie », souligne la même source.

«Il s’agit d’un vol de motifs inspirés du ‘zellige marocain’ (céramique caractéristique de l’art décoratif traditionnel marocain, ndlr) qui figurent sur des maillots de sport de l’Algérie, ce qui a poussé le ministère à agir en urgence», a expliqué à l’AFP une source au sein du ministère de la Culture.

Dans une mise en demeure adressée via courrier électronique et par voie d’huissier au PDG d’Adidas Kasper Rorsted, dont l’AFP a obtenu une copie, l’avocat marocain a dénoncé «une appropriation culturelle et une tentative de voler un motif du patrimoine culturel marocain pour l’utiliser en dehors de son contexte».

+ « Des maillots de sport inspirés de l’art du zellige marocain » +

Maître Mourad Elajouti, l’avocat du ministère, a exigé le retrait sous quinzaine de la collection des maillots de sport «inspirés de l’art du zellige marocain».

«Le ministère de la Culture marocain se réserve le droit d’utiliser toutes les voies de recours judiciaires possibles devant les tribunaux allemands et internationaux», avertit l’avocat dans son courrier.

Il menace également de porter l’affaire «devant les organismes relatifs à la protection du patrimoine et les droits d’auteurs, l’Unesco et l’OMPI (Organisation mondiale de la propriété intellectuelle), afin de protéger les éléments du patrimoine culturel marocain des tentatives illicites d’appropriation», ajoute la même source.

Article19.ma