Par Salem AlKetbi*


Quiconque suit le débat international sur les prix du pétrole et du gaz constate que les pays consommateurs occidentaux, qui sont dans une position difficile en raison des effets du conflit en Ukraine, font porter les conséquences de la crise sur les pays producteurs. La Russie est accusée d’utiliser le gaz comme une arme politique.

L’analyse de l’ensemble de la scène fait ressortir diverses vérités, dont la compréhension permet de conclure les dimensions manquantes des accusations stéréotypées que l’on entend dans les médias en Occident.

Publicité

Le premier point du débat concerne les demandes occidentales d’augmentation de la production pétrolière des pays de l’OPEP+. Ces demandes peuvent avoir une pertinence raisonnable si elles sont formulées dans le contexte d’une véritable crise des marchés énergétiques mondiaux. Mais le fond du problème est que la crise n’est pas due à un manque d’approvisionnement.

Mais d’une volonté de sous-coter le pétrole et le gaz russes et de limiter la capacité de Moscou à profiter de ses revenus énergétiques. C’est une question purement géopolitique qui n’a rien à voir avec l’équation de l’offre et de la demande. Les pays producteurs pourraient subir des pertes importantes si les prix tombent en dessous du niveau intégré dans leur budget global.

Le deuxième point est que l’Occident ignore la capacité de production maximale des pays de l’OPEP+, notamment les pays du Golfe. Ces pays produisent près de leur capacité de production maximale. Il leur est donc difficile de compenser le manque d’approvisionnement en pétrole russe.

Il existe également une opinion selon laquelle ce déficit n’est pas réel, mais lié aux destinations d’exportation, dans le sens où l’interdiction des importations de pétrole russe par les pays occidentaux, par exemple, ne signifie pas qu’il existe un déficit dans l’approvisionnement total en pétrole au niveau mondial.

Il existe même une volonté de la part de l’Occident de restructurer le commerce du pétrole en fonction des souhaits de ces pays, qui savent bien que toute la question est régie par des contrats d’approvisionnement en pétrole et en gaz à long terme. Ces contrats sont difficiles à contrôler du jour au lendemain. Toute la crise a des réalités numériques claires.

Elle devrait se compliquer d’ici la fin de l’année, à savoir le 5 décembre, avec l’imposition d’une interdiction européenne totale des importations de pétrole russe, estimée à environ 1,5 million de barils par jour.

Il s’agit de volumes difficilement compensables, tant par la différence entre l’offre et la demande mondiales que par l’augmentation de la production de certains exportateurs, ainsi que par l’introduction d’autres quotas, comme celui du pétrole iranien en cas d’accord sur le renouvellement de l’accord nucléaire.

Les raisons sont techniques, liées à la faible capacité de produire, d’exporter et d’atteindre la capacité maximale à court terme en raison de l’impact des sanctions internationales sur le secteur pétrolier iranien depuis de nombreuses années. Sans aucun doute, tant les producteurs que les consommateurs souffrent de la crise.

Ses conséquences désastreuses sur l’économie mondiale et les plans de lutte contre le changement climatique. Il est possible de revenir sur nombre de ces plans pour répondre aux contingences actuelles. Mais il faut noter que les États-Unis, par exemple, considèrent la crise comme une création des grands pays producteurs de pétrole, notamment l’Arabie saoudite.

La politique américaine en particulier et la politique occidentale en général n’ont rien à voir avec elle. Toute décision sur le pétrole est mise en avant comme un défi à la politique américaine ou comme un message de l’Arabie saoudite à Washington, comme nous l’avons constaté dans les commentaires des analystes américains sur la récente décision de l’OPEP+ de réduire la production de pétrole.

La présentation de leur point de vue peut avoir une pertinence évidente. Mais elle est en totale contradiction avec toute analyse globale de la situation.

Cette dernière n’est pas un duel bilatéral entre Riyad et Washington, mais une décision concernant les intérêts, les politiques et les stratégies de plusieurs pays producteurs de pétrole ; l’Arabie saoudite a un budget et des intérêts stratégiques à soutenir, tout comme les États-Unis, qui agissent selon une étrange logique unilatérale qui veut que les autres servent ses intérêts même au détriment des leurs.

En clair, l’Occident veut réaliser une équation impossible. Il s’agit de priver la Russie des revenus pétroliers qui financent la guerre en Ukraine. Cela en augmentant l’offre de pétrole des autres producteurs, c’est-à-dire en privant le trésor russe des bénéfices des prix élevés.

C’est la première moitié de l’équation, diamétralement opposée à sa seconde moitié, — essayer de maintenir le pétrole et le gaz russes hors des marchés mondiaux et chercher à isoler énergétiquement la Russie.

Il s’agit d’un scénario fictif qui place l’Occident dans la catégorie de ceux qui se punissent eux-mêmes, puisque personne ne peut compenser les exportations énergétiques russes sans affecter la courbe des prix.

Le point ici est que les États-Unis font le contraire de ce qu’ils disent, ou au mieux n’appliquent pas ce qu’ils déclarent, dans le sens où Washington considère toujours les pays du Golfe producteurs de pétrole comme son outil subordonné dans les conflits et la compétition internationale, et ne fait pas preuve de conviction que ces pays ont des intérêts stratégiques qu’ils doivent poursuivre tout en maintenant un équilibre complexe et sensible avec toutes les grandes puissances internationales.

Les États-Unis n’ont dans aucune situation récente démontré à ces pays qu’ils sont un partenaire crédible ou leur volonté de préserver les alliances historiques qui existent entre les deux parties, que les administrations américaines successives au cours des deux dernières décennies ont voulu transformer en un partenariat unilatéral dans lequel il n’y a aucun droit pour la seconde partie et aucune responsabilité pour la première.

La solution pour sortir de ces situations délicates dans lesquelles l’Occident s’est retrouvé n’est pas de mettre les producteurs de pétrole dans un coin de blâme ou d’essayer de faire pression sur eux.

Mais de reconsidérer la totalité de la politique américaine et de prendre en compte les intérêts des autres pays afin de construire une relation équilibrée sur laquelle on peut compter dans un avenir prévisible.

*Politologue émirati et ancien candidat au Conseil national fédéral

Article19.ma