La députée Rime Chabat a interpellé le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Abdellatif Miraoui, sur les mesures que son département entend prendre pour permettre aux titulaires d’un ancien baccalauréat de s’inscrire dans les universités.

Dans une question écrite, relayée par le site alyaoum24, la députée a estimé que l’interdiction faite aux anciens bacheliers de poursuivre leurs études universitaires en les obligeant à obtenir un nouveau diplôme de baccalauréat « constitue une atteinte au principe de l’égalité des chances et de l’égalité d’accès aux universités publiques ».

Selon elle, le diplôme de baccalauréat est « valide en tout temps et il n’y a aucune base légale pour empêcher ceux qui souhaitent s’inscrire dans les universités marocaines avec un ancien baccalauréat car ce diplôme n’a pas de durée de validité spécifique ».

En ce sens, Mme Chabat a rappelé l’article 31 de la Constitution du Royaume qui stipule que « l’Etat, les établissements publics et les collectivités territoriales œuvrent à la mobilisation de tous les moyens à disposition pour faciliter l’égal accès des citoyennes et des citoyens aux conditions leur permettant de jouir d’un ensemble de droits, y compris l’accès à une éducation moderne, accessible et de qualité ».

A signaler qu’un hashtag « le bac ne meurt jamais » a été lancé sur les réseaux sociaux, appelant à autoriser l’inscription des « anciens » bacheliers dans les universités marocaines.

Article19.ma