Avec le deuxième anniversaire, la signature historique des Accords d’Abraham a instauré une nouvelle ère au Moyen-Orient. Les accords de normalisation conclus d’abord entre Israël, les Émirats arabes unis et le Bahreïn, puis plus tard un renouvellement des liens avec le Maroc, ont ouvert de nouvelles opportunités au Moyen-Orient. Les échanges interpersonnels, les partenariats commerciaux et les accords gouvernementaux ont tous conduit à l’investissement et à la croissance.

Parmi les accords notables issus des Accords signés à ce jour :

Publicité
  • Protocole d’accord de défense historique entre Israël et le Maroc en novembre 2021, le tout premier entre Israël et un État arabe.
  • En février 2022, Israël et le Bahreïn ont signé un accord de sécurité.
  • Israël et les Émirats arabes unis ont signé un accord de libre-échange historique en mai 2022, dont les deux parties espèrent qu’il portera à 10 milliards de dollars d’échanges par an au cours des cinq prochaines années.

Compte tenu de ce succès, quelle est la suite des Accords d’Abraham ? D’autres pays de la région, comme l’Arabie saoudite, pourraient-ils être les prochains ? Les Accords d’Abraham peuvent-ils être un modèle de réussite à l’échelle mondiale ?

Lors du Forum mondial AJC 2022, l’ambassadeur d’Israël à l’ONU Gilad Erdan, l’ambassadeur du Bahreïn à l’ONU Jamal Fares Alrowaiei, l’ambassadeur du Maroc à l’ONU Omar Hilale et l’ambassadrice des Émirats arabes unis à l’ONU Lana Nusseibeh ont discuté des avantages des accords d’Abraham et de ce qu’ils prévoient être nécessaires pour élargir les accords révolutionnaires.

Le leadership aux Etats-Unis est essentiel

La signature des accords de normalisation avec les Émirats arabes unis et Bahreïn en septembre 2020 lors d’une journée parfaite sur la pelouse de la Maison Blanche a été présentée comme un succès majeur de la politique étrangère des États-Unis.

Parlant du rôle des États-Unis dans la facilitation de l’accord, l’ambassadeur israélien Erdan a déclaré : « le fait que nous ayons une administration très engagée qui a transmis un message clair » en faveur de l’État juif et de la dynamique au Moyen-Orient était important.

Selon l’ambassadeur bahreïni Alrowaiei, le rôle des États-Unis est nécessaire à l’avenir.

« Les États-Unis en tant que partenaire stratégique jouent un rôle de premier plan », a-t-il déclaré. « Les États-Unis ont un rôle important dans les efforts … en travaillant ensemble sur les accords historiques d’Abraham. »

Pour le Maroc, qui a signé son accord de normalisation des relations avec Israël en décembre 2020, il s’agissait d’un renouveau et d’une mise à niveau des liens antérieurs, qui avaient été établis au cours des années 1990.

L’ambassadeur marocain Hilale a déclaré que « nous avons besoin d’un rôle plus proactif des États-Unis » pour contribuer à garantir la coopération future dans la région.

Depuis son entrée en fonction, l’administration Biden a continué de soutenir et de travailler pour élargir les avantages des accords d’Abraham, a établi des équipes conjointes avec des pays partenaires et identifié de nouveaux pays potentiels, a déclaré Erdan.

En mars, les ministres des affaires étrangères des pays des accords d’Abraham et de l’Égypte, ainsi que le secrétaire d’État Américain, ont tenu le sommet du Néguev en Israël afin de resserrer leurs liens. Ils ont lancé un processus qui mènera à des consultations et à des groupes de travail multilatéraux régionaux.

L’ambassadeur Nusseibeh a salué la participation du secrétaire d’État Antony Blinken au sommet du Néguev et s’est félicité de la poursuite de l’action des États-Unis.

« Le point de vue principal est l’engagement continu des États-Unis », a-t-elle déclaré. « Les États-Unis sont le partenaire privilégié pour cette région. C’est un partenaire de longue date. »

« L’effet domino » de l’Arabie saoudite

Plus tôt cette année, dans une entrevue avec The Atlantic, le prince héritier Mohammed ben Salman a proposé une réévaluation frappante des relations entre l’Arabie saoudite et Israël, affirmant que « nous ne considérons pas Israël comme un ennemi, mais plutôt comme un allié potentiel ».

En effet, des rapports faisant état de contacts clandestins entre Israël et les Saoudiens ont fait surface ces dernières années alors que les deux pays sont confrontés à une menace sécuritaire commune de la part de l’Iran ainsi qu’à un intérêt pour la stabilité de la région du Moyen-Orient.

En juillet, le président Joe Biden s’est rendu en Israël et en Arabie saoudite, où les spéculations sur le réchauffement des liens entre Jérusalem et Riyad étaient au centre des préoccupations. Le voyage, la première visite au Moyen-Orient de Biden depuis son entrée au pouvoir, a démontré que les États-Unis demeuraient déterminés à améliorer la sécurité de la région en renforçant leurs partenariats avec leurs alliés.

Bien qu’il n’y ait eu aucune annonce importante – comme un nouvel accord de normalisation – les Saoudiens ont pris la mesure importante d’adopter une nouvelle politique qui a permis d’ouvrir leur espace aérien aux vols israéliens.

De plus, Biden a également signé la «Déclaration de Jérusalem», qui stipulait que les États-Unis s’engageaient à «construire une architecture régionale solide; approfondir les liens entre Israël et tous ses partenaires régionaux ; faire progresser l’intégration régionale d’Israël au fil du temps et élargir le cercle de la paix pour inclure toujours plus d’États arabes et musulmans».

Le dividende de la paix

Les avantages réels des accords d’Abraham et leur soutien par le peuple de chaque pays sont essentiels pour reproduire ce modèle de réussite dans d’autres États arabes et majoritairement musulmans, ont déclaré les ambassadeurs.

« Cette combinaison de changement psychologique et de perspectives économiques va rendre cette paix plus résiliente », a déclaré Erdan. « Lorsque les fruits de cette paix seront exposés au monde musulman, je suis sûr que d’autres pays suivront. Et c’est pourquoi je suis si optimiste. »
L’ambassadrice Nusseibeh a déclaré qu’elle considérait les accords d’Abraham non seulement comme un accord entre les pays concernés, mais aussi « entre l’islam et le judaïsme ».

« Le dividende de la paix est vendu si les avantages tangibles et pratiques que nous voyons aux Émirats arabes unis, au Bahreïn, au Maroc et en Israël, se font sentir dans un cercle plus large de pays arabes et musulmans », a-t-elle déclaré.

De même, l’ambassadeur marocain Hilale a expliqué l’histoire unique et le lien entre le Maroc et le peuple juif qui remonte à des siècles. Israël abrite des centaines de milliers de Juifs d’origine marocaine et il reste un lien chaleureux entre la communauté juive marocaine et le gouvernement.

« Les accords d’Abraham n’étaient pas une fin en soi, mais un déclencheur pour un Moyen-Orient meilleur », a-t-il déclaré.

De plus, on espère que les accords mobiliseront de plus en plus les jeunes de la région – un vaste groupe démographique – et, grâce à une nouvelle ouverture et à de nouvelles possibilités d’emploi, aideront la prochaine génération à prendre une orientation positive.

L’ambassadrice Nusseibeh a déclaré que des études ont suggéré, que « si nous élargissons le cercle de la paix, nous pouvons ajouter un billion de dollars au cours de la prochaine décennie [et] les éloigner de la voie de l’extrémisme ».

Article19.ma