La mosquée bleue à Istanbul

Par Dr Mohamed Chtatou

Après l’effondrement de l’Empire ottoman (27 juillet 1299 – 1er novembre 1922), la Turquie est devenue un État-nation avec la nouvelle idéologie introduite par Mustafa Kemal Atatürk, fondateur de la République turque. Cette idéologie kémaliste était fondée sur le nationalisme et la laïcité turcs et le pays a lancé un vaste programme de réformes politiques, économiques et sociales avec pour objectif ultime de construire un État-nation moderne et laïque. Ces réformes ont influencé tous les aspects de la société turque, effaçant l’héritage de la domination longtemps exercée par la religion et la tradition.

Victoires des partis islamiques

En 1994, le Parti de la prospérité /bien-être – troisième incarnation du Parti pro-islamiste – a choqué l’establishment kémaliste en remportant les élections locales dans tout le pays et en prenant le contrôle des deux plus grandes villes de Turquie, Istanbul et Ankara. Le parti était dirigé par Necmettin Erbakan, qui avait des liens étroits avec les Frères musulmans d’Égypte. Après sept décennies, la marée laïque de la Turquie s’essouffle. Un an plus tard, le Parti de la prospérité/bien-êtreremporte le plus grand nombre de voix aux élections législatives, plaçant une coalition dirigée par des islamistes à la tête de tout le pays.

La victoire du Parti de la prospérité/bien-être est de courte durée. Craignant que le nouveau gouvernement n’adopte un programme ouvertement islamique, les militaires interviennent. Les généraux turcs craignent que le gouvernement ne supprime l’opposition laïque, n’autorise les tenues islamiques dans les universités et n’abandonne les alliances occidentales de la Turquie. En réalité, le Parti de la prospérité/bien-être a adhéré à la plupart des pratiques politiques traditionnelles de la Turquie. Il a bien essayé de placer des sympathisants dans les ministères qu’il contrôlait, mais c’était le cas de nombreux gouvernements précédents. Pourtant, la presse laïque met en garde contre une révolution islamiste imminente.

Le 28 février 1997, les militaires – avec un large soutien de la société civile et des médias laïques – ont chassé Erbakan et son parti du pouvoir. Ce coup d’État sans effusion de sang a eu d’importantes conséquences inattendues. Il a suscité un sérieux examen de conscience chez les islamistes turcs, ce qui a fini par provoquer un clivage générationnel et idéologique au sein du mouvement.

Les jeunes dirigeants pragmatiques du Parti de la prospérité/bien-être – notamment Recep Tayyip et Abdullah Gül – ont reconnu les lignes rouges de la laïcité turque. (Erdoğan, alors maire d’Istanbul, l’a appris à ses dépens. En 1999, il a passé quatre mois en prison pour avoir récité un poème à connotation islamique). Après avoir participé à la politique démocratique pendant plus de trois décennies, les islamistes turcs avaient déjà tempéré leurs opinions pour gagner un plus grand nombre de partisans lors des élections. À la fin des années 1990, l’islam politique était prêt à s’intégrer pleinement dans le courant politique dominant.

En 2001, Erdoğan a créé le Parti de la justice et du développement (AKP), la cinquième et dernière incarnation du parti pro-islamiste, à partir des cendres du Parti du bien-être et du Parti de la vertu dissous. Il a créé le terme de démocratie conservatrice – plutôt qu’une référence islamique – pour expliquer son programme politique. Il a compris que la libéralisation politique consoliderait la base du pouvoir de l’AKP.

Pour atteindre deux objectifs cruciaux, Erdoğan a placé les réformes démocratiques en tête de son programme, cherchant à se conformer aux directives d’adhésion à l’Union européenne (UE). Cette démarche lui a valu le soutien des milieux d’affaires, des intellectuels libéraux et de la classe moyenne pragmatique de Turquie. Elle lui a également conféré une légitimité politique aux yeux des militaires. Après tout, la reconnaissance européenne était depuis longtemps le prix ultime de la vision d’Atatürk d’une Turquie occidentalisée. Et en donnant la priorité aux services sociaux, l’AKP a également fait appel à la classe défavorisée appauvrie. La stratégie d’Erdoğan a porté ses fruits. En novembre 2002, le parti a remporté le plus grand nombre de sièges aux élections législatives.

La Turquie est un exemple réussi de la coexistence de l’Islam et de la démocratie

La lutte en Turquie n’oppose pas les islamistes aux laïcs, mais des élites rivales dans un jeu à somme nulle où le succès de l’une diminue le pouvoir et la richesse de l’autre. La démocratie turque sous le parti AK est comme une démocratie de style bavarois ou polonais. Les avertissements de l’armée turque selon lesquels le parti AK menaçait la laïcité établie par Mustafa Kemal Ataturk dans les années 1920 étaient un « faux-fuyant ».

La question de savoir si l’AK Party, qui a des racines islamiques, vise un État religieux est une mauvaise question, car il a déjà renoncé à cet objectif en faveur du respect des droits individuels dans la démocratie laïque, y compris la liberté de croire.

Plusieurs analystes espéraient que la Turquie inspirerait les islamistes arabes, dont beaucoup rêvent de s’emparer d’un État et d’y appliquer une charia stricte, mais la longue histoire de laïcité de la Turquie a créé un climat politique que l’on ne retrouve pas au Moyen-Orient. Les islamistes arabes n’ont pas été en mesure de transcender leur obsession de la charia et de la fondation d’un État islamique pur et dur.

Les talibans afghans et les dirigeants islamiques iraniens donnent des raisons de se demander si les islamistes peuvent être des démocrates tolérants, mais le cas de la Turquie montre que les deux ne sont pas nécessairement des opposés polaires. La Turquie montre que l’on peut être moderne tout en étant musulman.

Carte de la Turquie

La raison pour laquelle Erdogan est le héros des islamistes n’est pas un mystère : il est passé du statut de brûlot radical, emprisonné pour sédition en 1999, à celui de leader de la machine politique la plus performante de l’histoire moderne de la Turquie. Sous la direction d’Erdogan, l’AKP a remporté cinq scrutins nationaux, repoussé les contestations judiciaires et les tentatives de coup d’État, et présidé au doublement du PIB de la Turquie en huit ans.

Erdogan lui-même n’ose pas parler de la Turquie comme d’un exemple à suivre. La Turquie était autrefois le maître colonial de la région, et de nombreux Arabes sont encore sensibles au fait que les Turcs leur disent ce qu’ils doivent faire.

Néanmoins, il déclare à Newsweek :

« Je pense que la Turquie pourrait être une source d’inspiration plutôt qu’un modèle pour ces pays… il n’est pas réaliste d’attendre qu’un modèle unique s’adapte à tous les pays de la région. »

Mais, dit Erdogan,

« la Turquie a établi une démocratie fonctionnelle fondée sur le respect des droits de l’homme et de l’État de droit ».

Cela montre en soi que l’islam et la démocratie ne sont pas incompatibles.

En effet, lorsque les experts parlent du « modèle turc » pour un pays musulman stable et démocratique, ils pensent en réalité au modèle AKP. Il y a dix ans à peine, la Turquie était un exemple parfait du mauvais fonctionnement, et non du bon fonctionnement, de la démocratie dans le monde musulman : une porte tournante de coalitions instables et corrompues, un secteur bancaire faible, une armée qui a renversé quatre gouvernements civils en quatre décennies et qui pourrait être impliquée dans des milliers de disparitions de Kurdes et de gauchistes.

Il est vrai que les références démocratiques d’Erdogan ne sont pas tout à fait irréprochables : pendant des années, il a gardé le silence sur la cruauté des despotes arabes qu’il considérait comme des alliés (il a même reçu le prix des droits de l’homme de Mouammar Kadhafi). Mais l’essentiel est que la Turquie d’aujourd’hui – stable, avec une croissance de 8 %, une armée efficace et sans effusion de sang écartée de la politique, en paix avec ses voisins et une puissance économique régionale – est la création d’Erdogan.

Une vérité gênante pour les admirateurs islamistes d’Erdogan, cependant, est que le secret du succès de l’AKP est d’avoir abandonné tout discours sur la charia et de s’être réinventé comme ce qu’Erdogan appelle des « démocrates-musulmans » sur le modèle des démocrates-chrétiens d’Europe. Alors qu’Erdogan et ses alliés se rapprochent du courant dominant, les régimes islamistes d’Iran, du Soudan et d’Afghanistan « n’ont pas réussi à tenir leurs promesses de justice sociale, d’égalité, d’État de droit et de liberté vis-à-vis de la domination étrangère« , explique Gönül Tol, du Middle East Institute de Washington. En conséquence, « l’islamisme a perdu son énergie, sa légitimité et son attrait auprès de la nouvelle génération de musulmans arabes« , ajoute-t-il. Les islamistes arabes doivent se réinventer pour une nouvelle ère postrévolutionnaire – une ère dans laquelle ils seront jugés en fonction de la sécurité et de la prospérité qu’ils pourront apporter à leur peuple. En Europe de l’Est, les communistes se sont réinventés en socialistes. De la même manière, les islamistes turcs comme Erdogan se sont réinventés en conservateurs post-idéologiques. Si l’on en croit la Turquie, c’est une formule qui fonctionne.

L’expérience politique édifiante du Parti de la justice et du développement (AKP)

Au XXIe siècle, la Turquie est sans doute l’expérience la plus dynamique de l’islam politique parmi les cinquante-sept nations du monde musulman. Elle offre également des enseignements fondamentaux pour le monde arabe, malgré une histoire tendue (notamment pendant l’Empire ottoman) et de nombreuses différences.

Le parti au pouvoir en Turquie, le Parti de la justice et du développement (AKP), a connu cinq incarnations avant de trouver un équilibre auquel les électeurs adhèrent, mais que les militaires acceptent aussi, bien qu’à contrecœur. Son évolution montre comment les traditions et institutions démocratiques peuvent à la fois interagir avec l’islam politique et le modérer, du moins dans un pays géostratégique. En Turquie, une tradition d’élections libres et équitables et de capitalisme a encouragé les partis islamiques à respecter les règles du jeu. La laïcité radicale de la Turquie, imposée par l’armée, a également permis de dompter le dogme religieux strident qui, autrefois, mettait les politiciens islamiques en difficulté, voire en prison.

L’AKP est un parti politique aux racines clairement islamiques. Il s’est déplacé de manière pragmatique vers le centre-droit en une décennie, principalement pour échapper au sort de ses prédécesseurs disparus. Le succès du parti, cependant, n’a pas eu grand-chose à voir avec des facteurs idéologiques. Les électeurs turcs ont été principalement préoccupés par les questions de pain et d’argent. En juin 2011, ils ont une nouvelle fois voté pour la stabilité politique et ont récompensé le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan pour la prospérité croissante du pays et l’amélioration des services sociaux, notamment en matière de soins de santé et de logement.

Erdogan, grand architecte de la réussite turque

La victoire de l’AKP est historique. C’était seulement la deuxième fois depuis le début de la démocratie multipartite en Turquie en 1946 qu’un parti politique remportait trois élections consécutives. Et c’était la première fois qu’un parti augmentait son pourcentage de voix à chaque élection suivante. L’AKP a obtenu 34,28 % des voix en 2002. Il a remporté 46,58 % en 2007. Et il a obtenu 49,90 % en 2011.

Il s’agissait d’un renversement de situation frappant. Tous les partis islamistes précédents en Turquie avaient été fermés soit par une intervention militaire, soit par des décisions de la Cour constitutionnelle : Le Parti de l’ordre national, fondé en 1970, a été interdit par la Cour constitutionnelle en 1971. Le Parti du salut national, fondé en 1972, a été interdit après le coup d’État militaire de 1980. Le Parti du bien-être, fondé en 1983, a été interdit par la Cour constitutionnelle en 1998. Le Parti de la vertu, fondé en 1997, a été interdit en 2001.

La Turquie est remarquable parce que ses partis islamistes sont réapparus, plus modérés et pragmatiques, après chaque fermeture.

« Les régimes autocratiques du monde musulman interdisent souvent les partis religieux, qui entrent alors dans la clandestinité et deviennent violents. Les islamistes turcs ont suivi un chemin différent. Bien qu’ils aient été mis hors la loi et éjectés du pouvoir à plusieurs reprises, les politiciens pieux ont évité la violence, embrassé la démocratie et se sont intégrés au courant dominant », notait The Economist en 2008 et de continuer :

« Aucun parti islamique n’a été aussi modéré et pro-occidental que l’AKP, qui a été catapulté au gouvernement en 2002 en promettant de faire entrer la Turquie dans l’Union européenne. »

Erdogan, qui a fondé le parti, refuse en fait de définir l’AKP en termes religieux.

« Nous ne sommes pas un parti islamique, et nous refusons également les étiquettes telles que musulman-démocrate »,

a-t-il déclaré en 2005. Le leader de l’AKP qualifie plutôt le programme du parti de « démocratie conservatrice« .

Le passage de l’AKP de l’islam politique à la démocratie conservatrice n’est pas seulement le résultat de l’opportunisme politique ou du respect des lignes rouges de la laïcité turque. L’évolution du capitalisme turc sous la direction de TurgutÖzal dans les années 1980 a créé une bourgeoisie musulmane entreprenante dans le cœur conservateur de l’Anatolie. Cette nouvelle bourgeoisie musulmane s’intéresse davantage à la politique et s’engage davantage.

Toutefois, pour certaines critiques européennes, l’AKP est un parti-état qui occulte l’alternance démocratique d’après Gilles Dorronsoro :

‘’Cette énigme politique, l’absence d’usure des gouvernements monopartisans, s’explique par la formation d’un État-parti qui accumule les ressources au point d’empêcher l’alternance. Il ne s’agit pas d’un retour au parti unique sur le modèle du CHP kémaliste de l’entre-deux guerres, car pour des raisons qui tiennent notamment aux contraintes internationales (appartenance à l’OTAN, candidature à l’UE), le régime AKP maintient une façade démocratique avec des élections concurrentielles. Trois éléments caractérisent ce système comparable, par certains aspects, au PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel) du Mexique ou au gouvernement de la Russie actuelle.

D’abord, le parti dominant – l’AKP – investit l’État en recrutant ses militant·e·s au sein des institutions publiques, afin d’instrumentaliser celles-ci au service du parti. En ce sens, l’installation de l’État-AKP rappelle la décennie 1950, quand le Parti Démocrate a glissé vers l’autoritarisme. Le caractère massif de la politisation des institutions, qui va bien au-delà du spoil system à la manière des États-Unis, transforme la nature même des institutions, dont la neutralité est mise en cause. La nomination des premiers gouvernements AKP a vu en particulier s’éroder l’indépendance de la branche judiciaire, phénomène qui s’est radicalement accéléré avec les purges qui ont suivi le coup d’État manqué de juillet 2016.

Bel exemple de l’ambiguïté de l’AKP, la réforme de la constitution de 2011 avait été reçue à l’époque comme garantissant une plus grande autonomie de la branche judiciaire, alors qu’elle annonçait sa mise au pas. La fusion de l’État et du parti permet la monopolisation des ressources étatiques, utilisées dans la construction d’un clientélisme politique de grande ampleur. La base militante de l’AKP trouve ainsi des avantages concrets au niveau national ou municipal à son adhésion au parti, alors que les milieux d’affaires proches du pouvoir bénéficient des marchés publics. La possibilité pour l’AKP d’être à la fois un parti populaire et un parti pour les élites s’explique ainsi par la captation des ressources institutionnelles.’’

Les « calvinistes islamiques » de l’AKP se sont davantage préoccupés de maximiser les profits, de créer un accès aux marchés monétaires internationaux et d’assurer la stabilité politique que d’introduire la loi islamique ou de créer une théocratie. La Turquie compte désormais des milliers de ces petites et moyennes entreprises orientées vers l’exportation, souvent appelées « tigres d’Anatolie« . La plupart soutiennent l’AKP. À partir des années 1990, l’accession du parti au pouvoir politique a progressivement modéré les éléments radicaux de l’islam politique turc.

Les dirigeants de l’AKP considèrent clairement le parti comme un modèle pour les autres pays musulmans. Le 12 juin 2011, Erdogan a déclaré à des milliers de personnes qui s’étaient rassemblées pour célébrer la victoire écrasante de l’AKP :

« Sarajevo a gagné aujourd’hui autant qu’Istanbul. Beyrouth a gagné autant qu’Izmir. Damas a gagné autant qu’Ankara. Ramallah, Naplouse, Jénine, la Cisjordanie, [et] Jérusalem ont gagné autant que Diyarbakir ».

La success story turque

La Turquie est un peuple méditerranéen hospitalier et multiculturel, grand commerçant et amoureux des traditions, aux valeurs familiales fortes. La Turquie est un pays très jeune : sur ses 86 millions d’habitants, 50% ont moins de 31 ans.

Les Turcs ont les yeux rivés sur l’année 2023, date à laquelle sera célébré le centenaire de la République turque, un événement abordé dans le but de positionner le pays comme une grande puissance économique mondiale. Ces dernières années, le développement économique et industriel du pays a été spectaculaire, avec un taux de croissance moyen de 5% au cours des 15 dernières années. Ce succès a été obtenu grâce à la diversification des centres de production du pays, des types de produits et des destinations des exportations turques.

Le produit intérieur brut de la Turquie a augmenté de 2,1 % au deuxième trimestre de 2022 par rapport au trimestre précédent. Ce taux est supérieur de 14 -tentes d’un pour cent au chiffre de 0,7 % publié au premier trimestre 2022.

En glissement annuel, la variation du PIB a été de 7,2%, soit 1 -tenth d’un pour cent de plus que les 7,1% enregistrés au premier trimestre 2022. Le chiffre du PIB au deuxième trimestre 2022 était de 197 927 millions de dollars, la Turquie est numéro 17 dans le classement du PIB trimestriel des 53 pays. Le PIB trimestriel par habitant de la Turquie est de 2 026 dollars, soit moins que l’année dernière à la même période, où il était de 2 064 dollars.

Si o classe les pays en fonction de leur PIB par habitant, la Turquie se trouve en 47e position. Selon ce paramètre, sa population a un faible niveau d’aisance.

Le drone turc Baykar Bayraktar TB2

Istanbul est en train de devenir un important centre financier et, d’une manière générale, la Turquie constitue une porte d’entrée exceptionnelle vers les marchés de la Russie, du Moyen-Orient et de l’Asie centrale – une région dans laquelle la Turquie est le premier expert mondial, grâce à sa longue tradition de relations commerciales. Il convient de souligner l’importance des activités croissantes des entreprises turques en Europe orientale et en Afrique. En 2018, 46 entreprises turques figuraient parmi les 250 plus grandes entreprises de construction et d’ingénierie du monde en termes de chiffre d’affaires international, plaçant la Turquie à la deuxième place de ce classement.

En outre, la Turquie fait partie de l’union douanière et le rôle des institutions et des investissements internationaux est croissant. Entre 2000 et 2018, la Banque européenne d’investissement (BEI) a soutenu le développement et l’activité économique en Turquie avec des prêts en capital et des investissements d’une valeur de 30 000 millions d’euros. En ce qui concerne les organismes internationaux, la SFI (Société financière internationale) a son deuxième centre d’opérations le plus important à Istanbul, avec un effectif de 150 personnes. Par ailleurs, la Turquie est membre de l’OTAN depuis 1952, de l’OCDE depuis 1961 et est en cours de négociation pour adhérer à l’Union européenne (UE).

Les réalisations de la Turquie

Les réalisations de la Turquie sont d’autant plus remarquables si l’on considère son voisinage. Ses voisins à l’ouest, Chypre et la Grèce, sont à l’épicentre de la crise de la zone euro. Au sud-est se trouve la Syrie déchirée par la guerre, qui a déjà déversé près de 400 000 réfugiés en Turquie. À l’est se trouvent l’Irak et l’Iran, et au nord-est l’Arménie et la Géorgie. S’il existe un voisinage plus compliqué dans le monde, il serait difficile de le trouver.

Pourtant, la Turquie a fait des progrès remarquables au milieu des bouleversements régionaux. Après un fort ralentissement de 1999 à 2001, l’économie a progressé de 5 % par an en moyenne de 2002 à 2012. Le pays est resté en paix, malgré les guerres régionales. Ses banques ont évité le cycle d’expansion et de récession de la dernière décennie, ayant tiré les leçons de l’effondrement bancaire de 2000-2001. Les inégalités ont diminué et le gouvernement a remporté plusieurs élections générales consécutives, chaque fois avec une part plus importante du vote populaire.

L’ascension de la Turquie n’a rien de spectaculaire, car elle s’est appuyée sur les fondamentaux, plutôt que sur des bulles ou des découvertes de ressources. En effet, la Turquie ne dispose pas des ressources pétrolières et gazières de ses voisins, mais elle compense cela par la compétitivité de son industrie et de ses services. Le tourisme a attiré à lui seul plus de 36 millions de visiteurs en 2012, faisant de la Turquie l’une des premières destinations touristiques au monde.

Même un court séjour à Ankara permet de constater ces atouts sous-jacents. L’aéroport, les autoroutes et les autres infrastructures sont de première classe, et un réseau ferroviaire interurbain à grande vitesse relie Ankara aux autres régions du pays. Une grande partie de l’ingénierie de pointe est produite sur place. Les entreprises de construction turques sont compétitives au niveau international et remportent de plus en plus d’appels d’offres au Moyen-Orient et en Afrique.

Les universités turques sont également en plein essor. Ankara est devenue une plaque tournante de l’enseignement supérieur, attirant des étudiants d’Afrique et d’Asie. De nombreux programmes de haut niveau sont dispensés en anglais, ce qui garantit que la Turquie attirera un nombre croissant d’étudiants internationaux. Et les universités du pays créent de plus en plus d’entreprises de haute technologie dans les domaines de l’avionique, des technologies de l’information et de l’électronique avancée, entre autres.

À son crédit, la Turquie a commencé à investir massivement dans les technologies durables. Le pays est riche en énergie éolienne, géothermique et autres énergies renouvelables, et le pays deviendra très probablement un exportateur mondial d’innovations vertes avancées.

Les installations de traitement des déchets ne sont généralement pas des attractions touristiques, mais le nouveau système intégré de gestion des déchets urbains d’Ankara a attiré à juste titre l’attention du monde entier. Il y a quelques années encore, les déchets étaient déversés dans une décharge fétide, puante et nocive. Aujourd’hui, grâce à une technologie de pointe, la décharge a été transformée en zone verte.

La société privée de gestion des déchets ITC reçoit chaque jour des milliers de tonnes de déchets municipaux solides. Les déchets sont séparés en matériaux recyclables – plastiques et métaux – et en déchets organiques. Les déchets organiques sont traités dans une usine de fermentation, produisant du compost et du méthane, qui est utilisé pour produire de l’électricité dans une centrale électrique de 25 mégawatts. L’électricité est réinjectée dans le réseau électrique de la ville, tandis que la chaleur dégagée est acheminée vers les serres de l’installation, qui produisent des tomates, des fraises et des orchidées.

La base diversifiée et innovante de l’industrie, de la construction et des services de la Turquie lui sert bien dans un monde où les opportunités de marché se déplacent des États-Unis et de l’Europe occidentale vers l’Afrique, l’Europe de l’Est, le Moyen-Orient et l’Asie. La Turquie a su saisir ces nouvelles opportunités, ses exportations se dirigeant de plus en plus vers le sud et l’est, vers les économies émergentes, plutôt que vers l’ouest, vers les marchés à revenu élevé. Cette tendance va se poursuivre, l’Afrique et l’Asie devenant des marchés solides pour les entreprises de construction, les technologies de l’information et les innovations vertes de la Turquie.

Derviches tourneurs de Cappadoce

Alors, comment la Turquie a-t-elle réussi ?

Le plus important est que Recep Tayyip Erdogan et son équipe économique, dirigée par Ali Babacan, se sont tenus aux principes de base et ont envisagé le long terme. Erdogan est arrivé au pouvoir en 2003, après des années d’instabilité à court terme et de crises bancaires. Le Fonds monétaire international avait été appelé à la rescousse en urgence. Étape par étape, la stratégie Erdogan-Babacan a consisté à reconstruire le secteur bancaire, à maîtriser le budget et à investir massivement et systématiquement là où cela compte : les infrastructures, l’éducation, la santé, la gestion des déchets et la technologie.

Une diplomatie intelligente a également été utile. La Turquie est restée une voix résolument modérée dans une région où règnent les extrêmes. Elle a gardé une porte ouverte et une diplomatie équilibrée dans la mesure du possible avec les grandes puissances de son voisinage. Cela a aidé la Turquie non seulement à maintenir son propre équilibre interne, mais aussi à gagner des marchés et à conserver ses amis sans avoir à supporter le lourd fardeau et les risques d’une géopolitique conflictuelle.

Il ne fait aucun doute que la capacité de la Turquie à poursuivre sur une trajectoire de croissance rapide reste incertaine. Toute combinaison de crises – la zone euro, la Syrie, l’Irak, l’Iran ou les prix mondiaux du pétrole – pourrait créer de l’instabilité. Une autre crise financière mondiale pourrait perturber les entrées de capitaux à court terme. Un voisinage dangereux signifie des risques inéluctables, bien que la Turquie ait fait preuve d’une remarquable capacité à les surmonter au cours de la dernière décennie.

En outre, le défi consistant à améliorer la qualité et le niveau de l’enseignement, en particulier pour les filles et les femmes, reste une priorité. Heureusement, le gouvernement a clairement reconnu le défi de l’éducation et le relève par des réformes scolaires, des investissements accrus et l’introduction de nouvelles technologies de l’information dans les salles de classe.

Les succès de la Turquie sont profondément ancrés dans la capacité du gouvernement et les compétences de sa population, reflétant des décennies d’investissement et des siècles d’histoire remontant à l’époque ottomane. Les autres pays ne peuvent pas simplement copier ces réalisations. Mais ils peuvent tout de même tirer la principale leçon qui est trop souvent oubliée dans un monde de « stimulus », de bulles et de réflexion à court terme.

La croissance à long terme découle de politiques monétaires et budgétaires prudentes, de la volonté politique de réglementer les banques et d’une combinaison d’investissements publics et privés audacieux dans les infrastructures, les compétences et les technologies de pointe.

La Turquie accède au statut de grande puissance

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a une vision monumentale pour la plus grande ville de son pays : construire un nouveau méga-canal à travers Istanbul. Bien sûr, Istanbul abrite déjà le détroit du Bosphore, dont la coupure entre l’Europe et l’Asie a fait l’objet de nombreuses guerres au cours de l’histoire et a inspiré de nombreux clichés. Néanmoins, les projets d’Erdogan laissent entrevoir la possibilité d’une refonte prochaine de la carte géostratégique de la mer Noire.

Erdogan a lancé la construction du « Canal Istanbul » depuis de nombreuses années, le surnommant son « projet fou ». Fin juin 2021, il a organisé une cérémonie de pose de la première pierre du projet, dont le coût est estimé à au moins 15 milliards de dollars. Le projet vise ostensiblement à réduire les retards dans le transport maritime par le Bosphore et à donner un coup de pouce indispensable à l’économie turque. Les détracteurs d’Erdogan l’accusent depuis longtemps, ainsi que son parti au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP), d’utiliser les projets d’infrastructures publiques pour enrichir ses alliés et ses partisans. Pourtant, des doutes importants subsistent quant à la faisabilité et à la sincérité du canal, de nombreux observateurs attentifs de l’évolution de la Turquie notant les obstacles majeurs à l’obtention de financements et la détérioration de la situation économique d’Ankara.

Au sujet du canal d’Istanbul Adeline Descamps écrit :

‘’Sur un plan plus géopolitique, le canal Istanbul ne ravit pas la Russie avec laquelle la Turquie entretient des relations sinon ambiguës, du moins complexes (rivales mais pas forcément adversaires en raison de la codépendance dans le gaz). Le grand voisin du nord redoute de voir son unique accès à la mer Noire facilité pour les navires de ses adversaires de l’Otan dont est toujours membre la Turquie et à laquelle elle reste liée par des obligations en matière de défense.

La mer Noire est un des points clivants entre les deux pays alors que la Turquie a toujours refusé de reconnaître l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Certains observateurs internationaux prêtent d’ailleurs à Recep Erdogan l’intention de troquer un libre passage aux navires de l’Otan contre la levée des sanctions imposées par Washington pour l’achat de missiles russes.

En termes de navigation marchande, c’est la Convention de Montreux (signée le 9 novembre 1936) qui régit la circulation dans les détroits turcs. En vertu de ce traité, les pays non-riverains doivent signaler à l’avance le passage de leurs navires qui ne peuvent rester que pour une durée limitée. Tous les navires ont le droit de circuler librement dans le détroit du Bosphore sans avoir besoin de recourir aux services payants d’un pilote.

En tenant le nouveau passage hors de la Convention de Montreux et en considérant que le canal artificiel n’est pas un détroit, les navires marchands pourraient être soumis à des droits d’entrée. La Turquie doit avoir en tête les recettes que l’isthme centraméricain de Panama et égyptien de Suez apportent dans les caisses de l’État (5,9 Md$ et 3,3 Md$ respectivement). Mais à la différence de Suez et Panama, qui ont permis d’éviter le contournement de l’Afrique par le cap de Bonne espérance et le passage par les eaux agitées du cap Horn, Istanbul n’offrira pas de raccourci avantageux. Juste un passage accéléré dans le Bosphore.’’ 

Toutefois, le canal ne doit pas être considéré comme un projet national, mais plutôt comme un projet de la plus haute importance géopolitique. Il marque l’apogée des tentatives d’Erdogan de redéfinir l’équilibre des forces en mer Noire grâce à ses efforts continus pour établir Ankara comme une puissance militante. Ces dernières années, la politique étrangère d’Erdogan a remodelé la région. Il est intervenu en Syrie, créant de fait une zone tampon dans le nord du pays. Il a bouleversé le statu quo en Méditerranée orientale, en signant tout d’abord un accord controversé avec ses alliés libyens pour redessiner la frontière maritime de la région et en appelant à la partition officielle de Chypre, ce qui constitue un renversement des positions de longue date de la Turquie.

Erdogan a étendu l’influence d’Ankara en Azerbaïdjan, grâce à son soutien crucial dans la guerre de 2020, alors même que le reste de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord restait neutre. Erdogan n’a pas hésité non plus à vendre du matériel militaire, y compris ses drones loués, à l’Ukraine de l’autre côté de la mer Noire.

Pour ce qui est de l’importance des drones turcs, Emile Bouvier écrit :

‘’De fait, après des succès majeurs et particulièrement médiatisés en Syrie, Libye ou encore dans le Haut-Karabagh ces deux dernières années, les drones armés turcs, et notamment le TB2, s’illustrent à nouveau en Ukraine : suivant un mécanisme de propagande désormais éprouvé, les organes médiatiques civils et militaires ukrainiens publient régulièrement des images aériennes montrant les drones neutraliser alternativement des embarcations militaires, des hélicoptères, des avions de combat au sol ou encore des convois entiers de véhicules blindés russes. Si certaines de ses vidéos ont pu être identifiées comme fausses, voire issues d’un jeu vidéo pour l’une d’entre elles, l’emballement médiatique dont les drones turcs font l’objet s’avère réel et n’est pas sans conséquences diplomatiques, comme le montre la propagande russe à leur encontre et les mises en scènes – ratées – de destruction de TB2 [.
 
Ces drones constituent en effet un outil diplomatique puissant pour la Turquie mais qui, aujourd’hui, complique l’équilibre que tente d’entretenir Ankara à l’égard de Moscou et de Kiev : si les drones représentent un axe majeur du rapprochement stratégique entre la Turquie et l’Ukraine, qui devait d’ailleurs fournir à la Turquie les nouveaux moteurs des TB2, ils contrarient par ailleurs fortement la Russie qui a dénoncé, à plusieurs reprises, la livraison de ces drones aux forces ukrainiennes.’’

La Turquie est une puissance montante au Moyen-Orient, en Méditerranée, en Europe et en Eurasie. Le contrôle de l’accès à son intersection avec la mer Noire est particulièrement important si la Turquie veut passer du statut de puissance multirégionale à celui de véritable grande puissance.

Cappadoce, la magnifique

La région de la mer Noire a été le théâtre des deux guerres du XXIe siècle en Europe : L’invasion de la Géorgie par la Russie en 2008 et l’invasion de l’Ukraine par le Kremlin en 2014, l’annexion de la Crimée et la poursuite des hostilités dans le Donbas.

Pour faire simple, le contrôle de l’accès à et depuis la mer Noire reste une ligne de fracture géopolitique majeure. D’un point de vue historique, le Bosphore et Istanbul ont été le théâtre de nombreux grands déplacements de pouvoir, depuis le basculement de l’Empire romain jusqu’à la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453. Pourtant, la Turquie n’a pas été confrontée à une menace sérieuse pour son contrôle des détroits depuis que les tensions avec l’Union soviétique ont poussé Ankara à rejoindre l’OTAN en 1952. Il n’est donc guère surprenant que les facteurs géopolitiques aient joué un rôle majeur, voire décisif, dans la manœuvre du canal d’Erdogan.

La mesure dans laquelle Erdogan est prêt à risquer cette stabilité est étayée par son avertissement selon lequel le canal ne sera pas régi par la Convention de Montreux, le traité de 1936 sur l’accès au Bosphore, à la mer de Marmara et aux Dardanelles (bien que le canal ne fasse que remplacer le premier). La convention a permis à Ankara de remilitariser la zone, en annulant le traité de Lausanne en échange d’une promesse générale de libre passage des navires marchands ainsi que de la plupart des navires de guerre. En d’autres termes, la convention est ce qui permet à l’OTAN d’envoyer ses navires pour défendre ses intérêts en mer Noire, ou du moins de signaler son intention de le faire. Elle permet également à la Russie d’accéder à la Méditerranée, pour ses importants ports commerciaux du sud, tels que Rostov-sur-le-Don, et pour sa flotte de la mer Noire, qui risquerait sinon d’être limitée à son propre littoral comme la flotte russe de la mer Caspienne, bien moins prestigieuse.

Conclusion : Importance de la Turquie

La Turquie est connue par sa situation géostratégique entre l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie. Elle est également un pays musulman moderne et constitue culturellement un pont entre le monde occidental et le monde islamique et joue un rôle important dans le transit de l’énergie du Moyen-Orient vers l’Europe. Elle joue aussi un rôle de grande importancedans la région en tant que leader, catalyseur et médiateur dans l’amélioration des politiques étrangères du monde islamique et occidental.

Dans cette région, la Turquie entretient de solides relations s avec tous ses voisins, y compris Israël, la Russie et les pays arabes. Elle est membre de l’Organisation du Traité de l’Atlantique (OTAN) depuis 1952 et un partenaire stratégique des États-Unis. Ainsi, il est possible de considérer son importance stratégique dans trois dimensions :

1.    La dimension géopolitique ;

2.    La dimension économique ; et

3.    Dimension politique/culturelle.

Dimension géopolitique : La Turquie se trouve au milieu de quatre régions de grande importance géostratégique : les Balkans, le Caucase, le Moyen-Orient et le Golfe. Cette position place le pays comme lieu indispensable pour ceux qui ont de l’expédient dans ces régions. La Turquie est située sur la péninsule Anatolienne, et a trois mers autour : la mer Noire, la mer Méditerranée et la mer Égée. L’Anatolie occupe une position centrale et un point de rencontre de trois continents – l’Asie, l’Europe et l’Afrique via la Méditerranée et, au cours des siècles, elle a été utilisée comme un passage express pour les envahisseurs allant d’ouest en est et d’est en ouest. Le chaos politique, économique et militaire dans les quatre régions précitées est susceptible de se poursuivre à l’avenir. Pour cette raison, la caractéristique de puissance régionale de la Turquie est susceptible de se maintenir aussi pour de nombreuses années à venir. La région est devenue un centre d’approvisionnement en énergie au cours du XXe siècle.Comme les pays de la région sont les plus grands fournisseurs d’énergie du monde, la région continue de jouer un rôle primordial, pour ne pas dire névralgique, dans l’économie politique mondiale. Les pays du Moyen-Orient considèrent la Turquie comme un pays de transit important vers le monde occidental. Ainsi, la Turquie joue déjà le rôle de pont énergétique naturel entre le Moyen-Orient et l’Europe. Le Moyen-Orient est un important producteur d’énergie et si la Turquie devient un important couloir de transit énergétique vers l’UE. L’Union pourrait accroître la diversification de ses fournisseurs ce qui permettra à la Turquie d’être un transmetteur d’énergie vers les Occidentaux et une route de transit cruciale entre l’Est et l’Ouest.

Dimension économique : La Turquie est un pays qui se développe rapidement, s’urbanise en grande vitesse, et poursuit son intégration économique et culturelle avec le monde entier. Il dispose d’un marché de 86 millions de personnes en croissance continue. En outre, le développement de la technologie et de l’esprit d’entreprise et l’ouverture sur monde font de ce pays non seulement un marché, mais aussi une puissance économique qui produit énormément. Les relations économiques entre l’Europe et la Turquie s’intensifient davantage de jour en jour. La Turquie est également un partenaire de plus en plus important pour l’UE dans le domaine de l’énergie. Elle peut fournir de nouvelles routes pour les importations de pétrole et de gaz vers l’UE depuis la région de la mer Caspienne, l’Asie centrale et le Moyen-Orient et un jour proche l’Iran aussi. On estime que d’ici 10 ans, environ 10 à 15 % du gaz nécessaire à l’Europe pourrait transiter par la Turquie.

Dimension politique et culturelle : La Turquie est un pays islamique laïque et démocratique, le seul dans le mondemusulman à ce jour. L’image de la Turquie en tant que modèle laïc et démocratique fiable, pour le monde islamique n’est pas seulement important mais aussi prometteur pour cette partie du monde étant donné qu’il pourra servir, sans aucun doute, de modèle de démocratisation incrémentale. Par son existence, la Turquie prouve que la laïcité et la démocratie peuvent coexister et prospérer dans le monde musulman, sans problème aucun.

En conclusion, on peut dire que la dimension politico-culturelle de la Turquie, lorsqu’elle est combinée avec les dimensions géopolitique et économique fait que ce pays n’est pas seulement une puissance régionale mais elle est aussi un acteur de premier ordre dans l’arène internationale.

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu

Article19.ma