Jamel Debbouze a été volé par son ancienne assistante qui n’a pas hésité à lui voler près d’un demi-million d’euros sur ses comptes en banque, selon tendances.mariefrance.fr.

En 1999 Nadia, âgée de 26 ans, se présente à l’humoriste qui l’engage en tant qu’assistante financière au sein de sa société Kissman Productions.

La jeune femme est alors chargée de lui ouvrir un compte bancaire au CIC et d’y déposer 134.071 euros, où elle en profite pour s’octroyer une fausse procuration sur le compte en question.

Les mois suivants, l’assistante effectuera près de 15 virements au profit de sa famille, et ce, alors qu’elle retire également d’importantes sommes d’argent sur le compte de la société Kissman, en six mois, 466.672 euros seront ainsi détournés, rappelle la même source.

+ Un procès très médiatisé +

Informé de retraits suspects par sa banque en juin 2000, Jamel Debbouze s’aperçoit qu’il ne lui reste plus que 3 810 euros alors même qu’il vient de toucher 380 000 euros pour une publicité pour Maroc Telecom.

Après avoir tenté – en vain – de joindre son assistante, le comédien décide de porter plainte au pénal. Appelée à la barre, Nadia, qui se présente comme son agent, reconnaît les fausses signatures mais assure « avoir tout fait à la demande de Jamel ».

Selon elle, l’argent détourné correspondrait en réalité à sa rémunération, ce que l’artiste réfute avec véhémence. « A aucun moment, la prévenue ne justifie que les chèques ou virements litigieux aient été faits avec l’accord, ou au bénéfice de Jamel Debbouze », estime de son côté la cour d’appel.

Finalement, le 6 juin 2007, le tribunal de grande instance condamne Nadia à 18 mois de prison avec sursis pour « faux et usage, contrefaçon ou falsification de chèque et usage ». L’accusée doit également rembourser les sommes détournées et verser 3 000 euros au plaignant pour le préjudice moral.

Un jugement dont Nadia décide de faire appel. Le 26 février 2010, elle est finalement condamnée à deux ans de prison avec sursis en raison du caractère « élaboré et parfaitement organisé des détournements, de leur multiplicité, et leur montant total considérable ». (Marie France)

Article19. ma