Le patron de Tesla, Elon Musk, s’est appuyé sur les révélations faites par un ancien responsable de la sécurité de Twitter pour justifier l’abandon du rachat du réseau social.

Dans un courrier adressé aux responsables juridiques de Twitter, rendu public mardi, les avocats de Musk invoquent les accusations de Peiter Zatko, qui avait affirmé que le réseau social a dissimulé des failles sécuritaires « graves et choquantes », induisant en erreur aussi bien les régulateurs que les utilisateurs.

La défense du multimilliardaire évoque également des problèmes de confidentialité au niveau de la plateforme. Peu de temps après, les avocats de Twitter ont répondu que le dossier de Musk pour la résiliation de l’accord était « invalide et fautif ».

Il est à noter que Musk tente depuis des mois de s’extraire de la prise de contrôle de Twitter, qui s’élève à 44 milliards de dollars.

+ « Des lacunes dans le traitement des données personnelles des utilisateurs » +

Pour justifier l’abandon de la transaction, le patron de Tesla avait, initialement, contesté les chiffres sur le nombre d’utilisateurs de la société, basée à San Francisco, estimant qu’ils ont été gonflés par des millions de comptes automatisés.

Toutefois, les affirmations de Zatko ont donné de nouveaux arguments à Musk.

Zatko, qui a été licencié de Twitter plus tôt cette année, a fait état de graves lacunes dans le traitement par la société des données personnelles des utilisateurs, y compris l’exécution de logiciels obsolètes.

Il a également déclaré que les dirigeants avaient dissimulé des informations sur les violations et le manque de protection des données des utilisateurs.

Twitter a répondu que les propos de Zatko sont « truffés d’incohérences et d’inexactitudes ».

Pour rappel, Twitter a poursuivi Musk en justice pour le forcer à finaliser son projet d’acquisition. Plus de 100 personnes, banques, fonds et autres entreprises ont été citées à comparaître dans le procès, qui devrait s’ouvrir le 17 octobre dans le Delaware.

Article19.ma