La Tunisie rejette Kais Saied

Par Dr Mohamed Chtatou


La Tunisie a dû relever de nombreux défis. Sur le front intérieur, terrible conditions socio-économiques, aggravées par les mesures d’austérité adoptées par le gouvernement, ont alimenté la frustration et la colère de la population – en particulier des nouvelles générations. Parallèlement, les préoccupations sécuritaires liées à l’extrémisme violent et l’instabilité débordant de la Libye ont risqué de compromettre la politique et acquis institutionnels à partir de 2015. Enfin, la propagation virulente du covid-19, en particulier au cours des premiers mois de 2021, a dramatiquement démasqué la gestion inefficace de l’État par les autorités.

Faillite économique

Le choc qui a suivi la prise de pouvoir du 25 juillet 2021 par le président Kais Saied est passé, et les Tunisiens se réveillent maintenant face à l’une des crises économiques les plus dangereuses depuis l’indépendance. Parce que tout est politisé en Tunisie, les gens aiment haranguer sur qui est responsable de l’effondrement de l’économie du pays plutôt que de comprendre ses véritables causes et de discuter des meilleures solutions pour le sauver.

Au cours de l’année écoulée, Saied a négocié avec le Fonds monétaire international (FMI) un renflouement de plusieurs milliards de dollars qui sauverait la Tunisie d’un défaut de paiement imminent. Un tel prêt exigerait probablement que la Tunisie élabore d’abord « un plan de réformes pour s’attaquer aux subventions, à la masse salariale élevée du secteur public et aux entreprises publiques déficitaires« , rapporte Reuters. Le moment est venu de compléter (sinon de remplacer) ces conditions par des conditions explicitement politiques : que Saied entame un dialogue national avec tous les principaux partis politiques, trouve un consensus sur une feuille de route de retour à la démocratie, et mette en œuvre cette feuille de route.

Certes, ce n’est pas ainsi que le FMI fonctionne habituellement. Ses statuts ne précisent pas de conditions politiques ; les autocrates comme les démocrates peuvent bénéficier d’un soutien. Toutefois, les États-Unis et les pays européens, en tant que principaux actionnaires du FMI, peuvent utiliser leurs droits de vote pour contraindre les responsables du Fonds à faire une pause dans les négociations.

C’est peut-être la meilleure – et la dernière – chance de faire pression sur Saied pour qu’il change de cap. Avec une économie en chute libre, la Tunisie a plus que jamais besoin de ses partenaires occidentaux. Comme l’a dit récemment un ancien haut fonctionnaire tunisien, « Saied ne peut pas vivre sans le FMI« . Le prêt du FMI est important pour la Tunisie non seulement comme palliatif pour financer le budget de l’État, mais aussi comme signal pour améliorer son crédit afin d’obtenir d’autres prêts. (La Tunisie a récemment été rétrogradée à « CCC », sa note de crédit la plus basse de tous les temps). Le taux de chômage en Tunisie a atteint 17,8 % en mars et 600 000 Tunisiens sont passés sous le seuil de pauvreté après deux années de pandémie de COVID-19.

Des décennies de corruption, de clientélisme et l’absence de toute forme de planification stratégique ne sont pas les seuls symptômes de la crise économique chronique dont a hérité la Tunisie post-révolution. Certains phénomènes ont été aggravés. D’autres sont nés avec la révolte. Bien que facilement disponibles, les Tunisiens n’accordent guère d’importance aux chiffres réels concernant les finances et la dette extérieure de leur pays.

Les données officielles du gouvernement montrent que la Tunisie compte environ 700 000 travailleurs publics, y compris les enseignants des écoles et des universités. En 2020, la masse salariale totale s’élevait à environ 5,6 milliards de dollars, absorbant ainsi près de 70 % des ressources annuelles de l’État. Le secteur de la distribution des biens de consommation est contrôlé par des intermédiaires puissants et corrompus qui ne sont ni les producteurs ni les vendeurs mais ceux qui décident des prix.

La bureaucratie, la corruption systématique dans les douanes et les services publics, et la législation décrépite découragent toute forme d’investissement de la part des Tunisiens ou des entreprises internationales. Des centaines d’entreprises étrangères qui étaient là ont fini par quitter le pays. Une poignée de familles et de groupes d’affaires contrôlent l’ensemble de l’économie tunisienne depuis 1956.

Bien que riches en ressources naturelles – phosphate, pétrole et gaz, sel – et en produits agricoles – blé, huile d’olive, dattes, poisson, fruits – ces secteurs ne contribuent pas ou peu au produit national brut. Ajoutés à l’instabilité politique et aux incidents sécuritaires, principalement depuis 2014, la production et l’exportation ont atteint les taux les plus bas jamais enregistrés.

L’aide économique comme levier

L’escalade politique interne coïncide avec une crise économique. Sans un nouveau prêt du FMI rapidement, la Tunisie pourrait faire face à un défaut de paiement et dans le pire des cas – comme le gouverneur de sa banque centrale l’a prévenu – à un scénario libanais ou vénézuélien.

Naissance d’un autocrate

La Tunisie dit avoir besoin d’emprunter 7 milliards de dollars américains en 2022. Selon la banque centrale, la hausse rapide des prix de l’énergie et des céréales provoquée par l’invasion russe de l’Ukraine fait que la Tunisie a besoin de plus de 1,5 milliard de dollars en plus. L’agence de notation Moody’s a dégradé la Tunisie de B3 à Caa1 en octobre 2021 ; Fitch a fait de même en mars 2022, de B- à CCC.

L’aide financière des États du Golfe, à laquelle Saied et son gouvernement ont fait allusion depuis juillet 2021, ne s’est pas matérialisée. Il semble que Washington les ait pressés d’attendre afin d’éviter de renforcer la position de Saied. Les États-Unis ont également réduit très rapidement leur propre soutien, annonçant une réduction de moitié de leur aide militaire en avril 2022. Washington a également envoyé des signaux diplomatiques clairs, le Secrétaire d’Etat Antony Blinken omettant la Tunisie de son voyage au Maghreb fin mars 2022. L’Allemagne ne fournira pas de soutien macroéconomique tant qu’un programme du FMI ne sera pas mis en place.

L’Union européenne (UE) a en revanche versé 300 millions d’euros d’aide macro-financière à la fin du mois de mai 2022. Le nouveau programme de sept ans, nettement plus généreux, ne sera pas soumis à approbation avant l’automne 2022. L’Algérie, voisine de la Tunisie, a également fourni une aide budgétaire importante.

Le gouvernement tunisien a élaboré un programme de réforme économique, auquel le FMI a répondu positivement. Mais les négociations officielles n’ont pas encore commencé : L’UGTT a déjà déclaré qu’elle ne signerait aucun accord avec le gouvernement actuel, comme l’exige le FMI.

On peut également se demander si le président soutient sans équivoque le plan de réforme du gouvernement. Il s’est prononcé à plusieurs reprises contre les mesures d’austérité. Au cours de sa présidence jusqu’à présent, Saied a montré peu d’intérêt ou de connaissance des questions économiques. Ses décrets dans ce domaine ont été anachroniques et centralisateurs : campagnes contre les soi-disant spéculateurs, amnisties dans les affaires de corruption, promotion des coopératives. Mais il n’a pris aucune mesure pour empêcher la Tunisie de se diriger vers le défaut de paiement.

En définitive, les difficultés économiques de la Tunisie constituent le seul véritable levier pour les partenaires européens. Les membres du conseil d’administration du FMI, qui doit approuver tous les crédits, comprennent les États-Unis, l’Allemagne et la France. Cela crée une opportunité d’exercer une pression bilatérale sur le(s) décideur(s) de la Tunisie – en particulier lorsqu’un accord du FMI déclencherait normalement un financement supplémentaire de la part de partenaires comme l’Allemagne.

Perspectives d’un mouvement anti-Saied plus large

Il y a eu au moins deux développements récents qui pourraient élargir la portée de la résistance nationale à Saied. Le premier est l’échec total de sa « consultation » en ligne. Saied a prétendu que l’initiative donnerait aux citoyens une chance d’exprimer leurs opinions sur la réforme politique avant un dialogue national promis qui, à son tour, préparerait le terrain pour un référendum sur une nouvelle constitution le 25 juillet 2022. Mais seuls quelque 2,5 % des électeurs éligibles ont participé à l’exercice. Intitulé à juste titre « Votre opinion, notre décision« , il n’a guère atteint les régions rurales de l’arrière-pays, où l’accès à Internet est limité, tandis que les rapports de presse suggèrent que de nombreux Tunisiens ont considéré l’ensemble de l’exercice comme une imposture, tandis que certains membres du Mouvement Ennahda ont appelé au boycott. Pour souligner son caractère illusoire, le 20 mars2022, jour de la fin officielle de la consultation (qui, à dessein, était la fête de l’indépendance), plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés à Tunis aux cris de « Faites tomber le président » et « Non à la consultation ».

Le deuxième développement est l’annonce par Saied, le 30 mars 2022, de la dissolution du parlement. Cette annonce, que le président a faite dans un discours prononcé tard dans la nuit, semble avoir suscité l’inquiétude de certains dirigeants qui avaient auparavant soutenu le président. Par exemple, ZouhairMaghzaoui, le leader du Mouvement populaire, a fait remarquer que « Nous étions parmi les partisans du 25 juillet, mais le désaccord aujourd’hui porte sur la gestion de l’étape actuelle, et sur les priorités. » En effet, a-t-il ajouté, « je n’ai pas compris pourquoi il faisait un discours avant et après minuit. A l’occasion de la fête de l’indépendance« . Au-delà du timing du discours, dont le ton, a-t-il insisté, était typique du président, les propos de Saied ont démontré un problème persistant, à savoir l’existence de « deux têtes de l’exécutif. » « Le discours de Saied’’, a-t-il insisté, ‘est totalement différent du discours du Premier ministre Najla Bouden« .

Venant de l’un des plus fidèles soutiens de Saied, ces propos pourraient laisser présager des tensions croissantes dans le camp pro-Saied. Mais l’affirmation de Maghzaoui selon laquelle le cœur du problème est constitué par deux exécutifs concurrents offre un résumé oblique, voire évasif, de la question clé : Le coup de force anticonstitutionnel de Saied. Le fait que son langage soit complètement différent de celui du premier ministre n’est pas surprenant mais n’est pas non plus pertinent car Najla Bouden est redevable à Saied et non à l’électorat ou au défunt parlement.

L’équivoque de l’UGTT a fortement contrasté avec la réponse de nombreux chefs de partis et mouvements, qui sont descendus dans la rue pour rejeter la légitimité de la dissolution du parlement par le président, et pour dénoncer son appel à une enquête sur les chefs de partis, y compris Rachid Ghannouchi, du parti islamiste Ennahda. Mais sans le soutien clair de la seule organisation qui a la capacité de mobiliser les masses, une opposition de plus en plus diversifiée, comprenant des forces islamistes et laïques, est toujours confrontée à une bataille difficile pour contrecarrer le projet autocratique de Saied, ou pour détourner les tribunaux militaires qui peuvent maintenant menacer l’opposition sans se soucier d’un système judiciaire civil potentiellement gênant.

Le projet démocratique en lambeaux

Les décisions du président de concentrer les pouvoirs entre ses mains, de suspendre certaines parties de la constitution de 2014 et de créer un nouvel ordre constitutionnel hybride qui pourrait ouvrir la voie à une restauration autoritaire sont arrivées à un moment délicat. La Tunisie se dirigeait vers l’étape initiale de la consolidation de sa démocratie, mais elle était encore loin d’atteindre l’objectif.

Le 25 juillet 2022, les Tunisiens ont voté sur une nouvelle constitution visant à accorder un pouvoir incontrôlé au président Kais Saied, qui avait été élu en 2019 mais qui avait ensuite suspendu le Parlement en 2021. La nouvelle charte a été approuvée par 94,6 % des électeurs, bien que le taux de participation n’ait été que de 30 % en raison de boycotts et d’une apathie généralisée.

La prise de pouvoir du président Saied a constitué un revers majeur pour Ennahda. Il a réussi à diaboliser le parti. Il a capitalisé sur la colère généralisée contre Ennahda en le rendant responsable d’une grande partie de l’échec de la gouvernance de la Tunisie depuis la révolution de 2010-2011.

En même temps, la constitution est alignée avec les valeurs d’Ennahda dans au moins un cas. Saied est un musulman religieux et conservateur. La constitution reflète cela en allant plus loin que tout ce qu’Ennahda a jamais proposé. L’article cinq stipule que la Tunisie fait partie de l’oummah (nation) islamique et que l’État seul, dans le cadre d’un système démocratique, doit œuvrer pour atteindre « les objectifs de l’islam pur en préservant la vie, l’honneur, l’argent, la religion et la liberté« . Cette déclaration consacre un rôle plus important pour la religion que dans la constitution de 2014.

La prochaine priorité de Saied est de rédiger une nouvelle loi électorale, qu’il peut faire passer en vertu de la nouvelle constitution, qui lui permet de gouverner par décret jusqu’aux prochaines élections parlementaires. Cette loi pourrait avoir de graves conséquences pour Ennahda. Le parti détenait le plus grand nombre de sièges au Parlement, 52 sur 217, avant le coup d’État de Saied en juillet 2021. Les élections sont prévues pour décembre 2022. « On s’attend à ce que la loi électorale que Saied approuvera garantisse la victoire de ses partisans« , a déclaré Rached Ghannouchi, le chef d’Ennahda, en juillet 2022, « et exclue certains partis comme le mouvement Ennahda. »

Même si Saied n’interdit pas purement et simplement Ennahda, certains de ses membres pourraient se voir interdire de se présenter aux élections. Les dirigeants d’Ennahda ont souvent été la cible de la campagne de Saied contre l’opposition, qui comprend des arrestations, des interdictions de voyager, des poursuites judiciaires et des gels d’actifs.

Il ne fait plus aucun doute que le président tunisien Kais Saiedmène son pays vers un retour à l’autoritarisme. Le 25 juillet 2021 – près de deux ans après son élection en octobre 2019 – il a limogé le Premier ministre et suspendu le Parlement ; en septembre 2021, il a également annoncé une suspension partielle de la Constitution de 2014. Depuis lors, il gouverne par décret. Saied a aboli la séparation des pouvoirs et placé les institutions centrales de la jeune démocratie fragile – comme le Conseil judiciaire suprême et la Haute autorité indépendante pour les élections (ISIE) – sous son contrôle direct. Son assaut contre le système judiciaire se poursuit : En juin 2022, il s’est octroyé le pouvoir de révoquer sommairement les juges.

La liberté d’expression reste relativement large mais elle est successivement réduite ; des traits autoritaires réapparaissent, pas seulement dans l’appareil de sécurité. Le président ne donne aucune conférence de presse et communique principalement via Facebook. Sa rhétorique est populiste et divise ; les opposants politiques sont traités comme des traîtres. Faute de base politique au sein du système, Saieddépend fortement de l’appareil de sécurité, et a visité plusieurs bases militaires pendant le Ramadan 2022. Il communique aussi occasionnellement les décisions importantes du ministère de l’Intérieur.

Le contrepoids

Le plus important contrepoids à Saied est Noureddine Taboubi, secrétaire général de la confédération syndicale UGTT (Union Générale Tunisienne du Travail), qui compte plus d’un million de membres. En plus de son potentiel de mobilisation, l’UGTT possède un veto politique, car le Fonds monétaire international (FMI) a conditionné tout nouveau prêt à l’approbation par l’UGTT et l’organisation patronale UTICA du programme de réformes du gouvernement.

Alors que l’UTICA reste sur ses positions, Taboubi a critiqué à plusieurs reprises l' »unilatéralisme » de Saied et exige un dialogue national inclusif. En réponse à la pression de l’UGTT, Saied a créé le Haut Comité Consultatif National pour la Nouvelle République présidé par un professeur de droit constitutionnel de confiance. Le Comité consultatif est chargé de synthétiser les conclusions des comités consultatifs économique/social et juridique et du dialogue national. Mais les consultations n’impliquent qu’une poignée d’acteurs choisis par le président. Les partis politiques sont exclus, et l’on peut supposer que les discussions n’auront que peu ou pas d’influence sur la constitution. L’UGTT a décidé fin mai 2022 de boycotter le dialogue national, au motif qu’il n’était pas inclusif et que ses résultats avaient été décidés à l’avance.

Si l’UGTT applique tout son poids politique à la relance des processus et structures démocratiques, cela aura une grande influence sur le processus. C’est l’espoir de l’opposition tunisienne et des partenaires extérieurs. Mais certains signes indiquent que les syndicats pourraient choisir de se concentrer davantage sur la réalisation d’objectifs socio-économiques : L’une des principales revendications de leur grève générale de la mi-juin est d’amener le gouvernement à négocier des augmentations de salaire. Finalement, l’UGTT pourrait se retrouver dans le même camp que Saied – et s’opposer au gouvernement et au FMI – sur des questions (socio-)économiques clés.

Jeunesse désœuvrée et en colère en Tunisie

Une constitution pour renforcer l’autocratie de Saied

Regardant l’horizon sombre devant eux, les leaders de l’opposition luttent toujours pour unifier leurs rangs derrière un mouvement national. Les événements qui ont précédé et suivi la publication du projet de constitution pourraient jouer en leur faveur. Le jour de sa publication, Sadok Belaïd, un constitutionnaliste chevronné que Saied a nommé à la tête d’un comité consultatif constitutionnel, a affirmé que le texte publié au Journal officiel le 30 juin 2022 n’était pas celui qu’il avait remis au président dix jours auparavant. Le texte du comité, a souligné M. Belaïd, renforce le pouvoir exécutif tout en maintenant la gouvernance démocratique.

En revanche, le projet officiel accorde des pouvoirs dictatoriaux au président et énonce de vagues concepts religieux qu’il pourrait invoquer pour imposer sa volonté. Amplifiée par un concert de critiques émanant d’ONG, de politiciens et de constitutionnalistes, la condamnation de Belaïd – sans parler de sa démission ultérieure du comité de rédaction – alimente un sentiment croissant de chaos politique et social, quelques semaines seulement avant que le gouvernement ne soit censé organiser un référendum auquel il n’a apparemment pas fait grand-chose pour se préparer.

Mais si l’amateurisme apparent de Saied est une bonne nouvelle pour ses opposants, la mauvaise nouvelle est qu’il ne semble pas découragé. Il est peut-être un one-man-show, mais il crée la confusion et l’utilise à son avantage, et cette confusion s’étend au projet de constitution. Patchwork d’objectifs, de principes et de procédures contradictoires, la constitution garantit la liberté d’expression mais pas, comme le dit la plaisanterie, la liberté après l’expression. La constitution proposée est une recette pour une autocratie renaissante présidée par un président qui sera l’arbitre ultime d’une politique fragmentée confrontée au péril de l’effondrement économique.

En effet, la lutte pour la nouvelle constitution pourrait bien être le dénouement de ce drame interminable. Des signes de cette lutte sont apparus au début du mois de juin 2022, lorsque Saied a tenté de solliciter le soutien d’éminents juristes constitutionnels, alors même qu’il poursuivait son offensive contre le secteur judiciaire. Lorsque les doyens des principales facultés de droit de Tunisie ont refusé de jouer le jeu, Saieds’est alors tourné vers Belaïd, lui-même doyen à la retraite. La raison pour laquelle Belaïd a cru que son comité serait indépendant est difficile à deviner. Après tout, le processus qu’il venait de rejoindre a d’abord commencé par une « consultation nationale » farfelue en ligne, suivie d’un exercice de rédaction de la constitution totalement caché au public. Cette absence de responsabilité d’un comité redevable à un autocrate ambitieux a permis de garantir que le projet de constitution du 30 juin 2022 refléterait les souhaits de Saied, plutôt que ceux de Belaïd et de son équipe.

Le projet de constitution du 30 juin 2022 a heurté de plein fouet ces attentes. Au lieu de créer un système présidentiel fort basé sur la séparation des pouvoirs entre les branches exécutive, législative et judiciaire, Belaïd a estimé que le document de Saied créait un système présidentialiste, c’est-à-dire un système construit autour d’un leader qui n’a pas de comptes à rendre et qui n’est pas soumis à des contraintes. D’autres membres de l’équipe de Belaïd ont dénoncé l’absence d’une « composante socio-économique ». De plus, loin d’éloigner la religion de l’État, Belaïd prétend que le projet du 30 juin resserre ce lien. Il ne le fait pas par le biais de l’article 1, qui ne fait plus référence à l’Islam, mais plutôt par l’article 5, qui stipule que l’un des devoirs de l’Etat est de « réaliser les principes de l’Islam« . Cet article, lorsqu’il est associé aux dispositions relatives à la toute-puissance du président, pourrait être à l’origine d’une théocratie autoritaire.

La stratégie de Saied va enhardir la dictature

Il n’y a rien de plus tragiquement ironique que de tuer une démocratie par un référendum populaire. Ce qui est encore plus décourageant, c’est l’apathie qui a entouré le crépuscule de l’expérience démocratique de la Tunisie, et la réponse muette aux signes de plus en plus visibles de la frustration populaire des Tunisiens vis-à-vis des derniers développements. En particulier, l’environnement favorable qui a permis à Kais Saied de détourner les espoirs d’un avenir meilleur d’une population découragée à ses propres fins vénales incarne les échecs de la politique étrangère européenne et américaine au cours de la dernière décennie. Un pays autrefois salué comme une lueur d’espoir démocratique dans une région assombrie par l’autoritarisme a succombé sous le regard des pays occidentaux.

Le précédent créé n’est pas seulement consternant pour la Tunisie, mais il envoie également son propre message au-delà des frontières du pays. La chorégraphie totalitaire de Saied a vu une jeune population désespérée muselée dans le silence, forcée de regarder un professeur constitutionnel vieillissant se transformer en despote. Son huile de serpent de la stabilité autoritaire comme panacée a été rejetée depuis longtemps par ses électeurs, mais leur boycott de son pseudo-processus n’a pas compté. La morale – à savoir que la volonté populaire ne compte pas – ne sera pas perdue pour les populations assiégées des pays voisins, ni pour les dictateurs actuels et en herbe de la région, qui accueilleront Saied à bras ouverts.

La seule lueur d’espoir dans le tableau sombre de la Tunisie est que la promesse de Kais Saied de sauver la Tunisie grâce à sa constitution va rapidement s’avérer fictive. Alors que la situation socio-économique de la Tunisie va malheureusement, inévitablement se dégrader de jour en jour, Saied devra assumer lui-même tous ces échecs. Le dénouement actuel de sa consolidation autocratique est donc paradoxalement une perte pour lui et les autoritaires de son acabit, puisqu’il s’agit de sa disparition politique. Même si cela semble aujourd’hui plus éloigné que jamais, la jeunesse tunisienne pourrait, à son insu, avoir un autre rendez-vous avec le destin plus tôt qu’elle ne le pense.

Grand Maghreb occulté

Saied a aussi tué l’Union du Grand Maghreb

Une dispute diplomatique a commencé entre le Maroc et la Tunisie suite à la rencontre du Président tunisien Kais Saiedavec le chef du Front Polisario, qui demande l’indépendance du Sahara Occidental. Le Maroc a rappelé son ambassadeur à Tunis pour des négociations et s’est retiré de la Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique -TICAD, une conférence panafricaine sur l’investissement qui a lieu récemment à Tunis.

Le Maroc, qui détient la souveraineté sur le Sahara occidental, a critiqué la Tunisie pour avoir invité Brahim Ghali, le leader du Front Polisario, à un sommet africain sur le développement ce week-end, qualifiant cette démarche d' »hostile et préjudiciable aux relations fraternelles que les deux pays ont toujours cultivées » et d' »acte grave et sans précédent qui blesse profondément les sentiments du peuple marocain« . Contrairement aux conseils du Japon, au processus de planification et aux procédures établies, « la Tunisie a choisi unilatéralement d’inviter le Front Polisario« , indique le communiqué.

Ghali, le soi-disant président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), et d’autres dignitaires africains étaient parmi ceux qui ont passé une grande partie de la journée de vendredi 26 juillet 2022 à écouter Saied parler à la réunion de la TICAD.

Enflammant la compétition régionale entre le Maroc et l’Algérie, principal sponsor du Polisario, cette question ouvre un nouveau front dans une série de confrontations sur le Sahara qui ont déjà attiré l’Espagne et l’Allemagne.

La Tunisie s’est rapprochée de l’Algérie, dont elle dépend pour son énergie, depuis que le président Kais Saied a rencontré le président algérien Abdelmadjid Tebboune en juillet 2022. En réponse à l’annonce du Maroc, la Tunisie a déclaré qu’elle allait rappeler son ambassadeur à Rabat pour des négociations.

Dans un communiqué laconique du ministère des affaires étrangères, le Maroc a déclaré qu’il ne participerait plus au sommet. Il a également accusé la Tunisie d’avoir récemment « multiplié les positions négatives » contre le Maroc, et a déclaré que sa décision d’accueillir le Ghali « confirme son hostilité de manière flagrante« .

En invitant le ‘’Président’’ de la fantomatique RASD et en le recevant officiellement, la Tunisie a certainement mis fin à sa ‘’neutralité positive’’ et s’est rangé officiellement du côté de l’Algérie tuant du coup le grand Maghreb et portant un coup dur à la fraternité maroco-tunisienne et l’amitié séculaire.

Conclusion : Tunisie, avenir estropié

La lutte pour la démocratie en Tunisie a été mise à rude épreuve depuis que le président Kais Saied a suspendu le parlement du pays en juillet 2021. Il gouverne désormais par décret et a refusé de dialoguer avec les parlementaires. Ceux-ci ont réagi en convoquant une session virtuelle, au cours de laquelle 116 députés (soit la majorité des 217 sièges de la Chambre) ont voté l’annulation des « mesures exceptionnelles » du président. En retour, M. Saied a demandé à son ministre de la Justice d’arrêter les 121 députés qui ont participé à la session et de porter plainte contre eux.

En décembre dernier, il a annoncé une feuille de route comprenant une consultation publique sur la constitution, à laquelle le public s’est montré largement indifférent, un dialogue national, qui devrait être entamé dès maintenant, et un référendum sur les amendements constitutionnels en juillet2022, conduisant à de nouvelles élections législatives fin 2022. Dans le même temps, la crise économique de la Tunisie a été aggravée par la hausse des prix des céréales et du pétrole causée par la guerre en Ukraine. Un défaut de paiement de la dette se profile à moins qu’un accord puisse être conclu avec le FMI, mais cela impliquerait des mesures sévères à un moment où la propre popularité du président est en baisse.

La transition complète de la Tunisie vers l’autocratie ne dépendra pas d’un seul référendum. Ce qui comptera le plus, c’est le rapport de force entre un président déterminé et une opposition qui n’a pas encore réussi à mobiliser un mouvement de masse.

L’équation mondiale et régionale n’aide pas non plus. L’arrêt des exportations de blé ukrainien a exacerbé la situation économique déjà désespérée de la Tunisie. Épuisés par la lutte quotidienne pour survivre, de nombreux jeunes découragés voient probablement dans la lutte pour la constitution un nouvel exemple de la politique inconsidérée des élites.

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu

N/B: Le contenu de cette analyse nengage que son auteur.

Article19.ma