Le département d’Etat américain a approuvé une éventuelle vente au Maroc d’équipements de commandement et de contrôle au sol et d’équipements connexes pour un coût estimé à 141,1 millions de dollars, a indiqué l’Agence américaine de coopération pour la sécurité et la défense (DSCA).

Dans un communiqué, rendu public jeudi dernier, la DSCA a indiqué que Rabat a demandé l’achat de six systèmes radio d’information multifonctionnels tactiques interarmées (MIDS-JTRS), incluant des terminaux à bande étroite/large KY-100M, des appliques cryptographiques KIV-78 et KIV-77, des chargeur de clé simple AN / PYQ-10 (SKL), des systèmes de communications sécurisées supplémentaires, des dispositifs cryptographiques et équipement de navigation de précision, des logiciels non classifiés et classifiés, des pièces de rechange et de réparation, ainsi qu’un équipement de support et de test en plus d’une formation dispensée par l’ ingénierie du gouvernement américain, des entrepreneurs et les services d’assistance technique et logistique.

Selon la DSCA, « cette vente proposée soutiendra la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis en aidant à améliorer la sécurité d’un Allié majeur non membre de l’OTAN qui continue d’être une force importante pour la stabilité politique et le progrès économique en Afrique du Nord ».

Publicité

Le nouvel équipement « améliorera la capacité du Maroc à faire face aux menaces actuelles et futures en fournissant des services de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR) en temps opportun et en acquérant des cibles pour sa sécurité et sa défense », souligne l’agence américaine, précisant qu’il s’agit d’un « moyen de dissuasion face aux menaces régionales pour renforcer son autodéfense ».

« Le Maroc a démontré son engagement à moderniser son armée et n’aura aucune difficulté à intégrer ces articles dans ses forces armées », souligne la DSCA, indiquant que les principaux contractants seront General Atomic Aeronautical Systems Inc., San Diego, CA ; Lockheed Martin Inc., Bethesda, MD ; Raytheon Inc., Waltham, MA ; et Leonardo SpA, Rome, Italie.

Selon le site Atalayar, cette nouvelle coopération s’inscrit dans le cadre des ambitions du royaume de devenir l’une des plus importantes puissances régionales en matière d’armement.

Le Maroc, estime le média, entend poursuivre son renforcement militaire en mettant à profit les bonnes relations qu’il entretient avec les Etats-Unis, l’un de ses principaux fournisseurs d’armes.

Le royaume resterait le plus grand acheteur d’armes américaines sur le continent africain. Au cours de la dernière décennie, le Maroc a amélioré les capacités de ses forces navales et aériennes, en achetant des chasseurs F-16, des hélicoptères Apache, des drones et des systèmes de défense aérienne Patriot de fabrication américaine, ainsi que des avions de reconnaissance G-550, rappelle Atalayar, ajoutant qu’à la suite du rétablissement diplomatique entre le Maroc et Israël, ce dernier contribue également de manière significative à l’amélioration des capacités du royaume par la vente de drones, d’avions et de systèmes de cyber-attaque.

Article19.ma