Par Salem AlKetbi *

Au milieu des conflits et des tensions mondiales, le concept de guerre cognitive est devenu un élément fréquent des rapports des médias. Certaines parties accusent d’autres pays de mener une guerre cognitive contre elles en effectuant des manœuvres, des démonstrations de force et d’autres manifestations de cette guerre.

Des termes connexes, comme la cyberpsychologie, sont également entendus à plusieurs reprises. C’est l’un des produits du développement et de l’interaction de la psychologie et des technologies modernes de communication. Elle étudie les phénomènes psychologiques comportementaux associés à cette technologie.

Publicité

La guerre cognitive fait appel aux théories traditionnelles et modernes de la psychologie.
Elle a connu une évolution accélérée qui l’a fait passer de la guerre de génération (quatrième, cinquième, etc.) à la guerre cognitive globale, qui n’est pas significativement différente de la guerre de génération mais qui est plus sophistiquée et plus profonde dans son application des théories de la psychologie et de la cyberpsychologie pour contrôler les sociétés et changer les croyances et le comportement des gens.

La conclusion de tout cela et de ce qui se passe dans les laboratoires de développement de la guerre et leurs théories dans les principaux pays est que l’esprit humain est au centre, ce qui est maintenant devenu un véritable champ de conflit entre les États.

+ La perturbation des esprits qui sont devenus la cible des guerres cognitives +

Si les guerres conventionnelles restent une réelle menace pour la sécurité et la stabilité internationales, comme c’est encore le cas dans de nombreuses régions du monde aujourd’hui, les guerres cognitives leur sont parallèles et constituent une menace plus persistante que les guerres conventionnelles. Les guerres futures et leurs zones de conflit sont les plus perturbatrices pour l’esprit humain.

Les guerres du passé et de nombreuses guerres actuelles ont été menées contre des infrastructures et des installations. Mais le plus grand danger réside dans la perturbation des esprits qui sont devenus la cible des guerres cognitives.

Elles ne sont pas comparables aux guerres de quatrième génération en termes de modification des croyances, de distraction, de manipulation des pensées et des idées, y compris la rhétorique, la guerre psychologique et d’autres moyens familiers. Elles sont plus profondes et comportent plus de risques.

Elles utilisent l’intelligence artificielle pour manipuler les perceptions des sociétés, jusqu’à modifier le comportement humain à l’aide de techniques construites sur la compréhension des actions humaines à partir de vastes bases de données de personnes. Ces données sont analysées et les motivations sont comprises et contrôlées, comme dans le cas des grandes entreprises de marketing qui utilisent des techniques psychanalytiques pour comprendre le comportement d’achat des gens à partir de données personnelles recueillies par divers moyens de communication. Elles sont devenues l’un des actifs les plus coûteux requis par les systèmes algorithmiques et les techniques d’intelligence artificielle pour comprendre et contrôler le comportement humain.

+ La place du monde arabe dans ce grand développement scientifique ? +

Des recherches scientifiques récentes parlent des données comme l’un des actifs stratégiques des nations. L’IA évolue rapidement, produisant de nouveaux concepts et modèles à un rythme soutenu, notamment dans le domaine des relations homme-technologie. Ce qui me préoccupe le plus ici, c’est la place du monde arabe dans ce grand développement scientifique.

De nombreux pays arabes souffrent encore d’un système éducatif sous-développé et mal équipé pour produire des générations capables de comprendre et de résoudre les problèmes modernes. Les pays arabes, ou du moins certains d’entre eux, participent activement au développement mondial des technologies de l’IA et de leurs applications civiles et militaires.

Cependant, le rythme de développement dans ce domaine reste limité à une toute petite partie des pays arabes. Certains aspects du développement dans ce domaine sont également encore totalement absents. Ceci est vrai non seulement pour la région arabe, mais aussi pour de nombreuses régions du monde.

+ Quand la Russie va chercher des drones chez l’Iran +

Certains pays développés ont presque monopolisé ce savoir comme une nouvelle source de pouvoir au XXIe siècle. Nous voyons autour de nous comment la technologie a entraîné des changements frappants, par exemple dans l’industrie de la défense.

Nous voyons comment la Russie, l’une des plus grandes puissances de l’industrie militaire et de la défense, va en Iran pour acheter des drones qui seront utilisés contre les drones turcs qui gênent l’armée russe en Ukraine.

Cette évolution est inéluctable dans l’industrie de la défense après que les drones aient été le fer de lance de nombreuses batailles ces dernières années, réduisant la pertinence de l’équipement conventionnel sur lequel les armées s’appuient dans leurs guerres. La question plus large est que les guerres cognitives et autres ne seront pas la dernière étape de cette course acharnée.

Au contraire, nous pouvons nous attendre à d’autres percées plus capitales, notamment en ce qui concerne la relation entre les humains et la technologie et les limites de l’influence mutuelle dans ce contexte. Difficile de dire ce qui va se passer sur ce front.

Il faut donc accorder une attention réelle à l’éducation et à la recherche, et augmenter les fonds alloués à ce domaine à la mesure de son importance pour l’avenir des nations.

* Salem AlKetbi est un politologue émirati

Article19.ma