Au Maroc, le projet de loi-cadre n°06-22 relatif au système national de santé, adopté cette semaine en Conseil des ministres, vise à réformer le secteur selon une approche transversale et multidimensionnelle, a-t-on appris ce vendredi.

Ce texte constitue « une feuille de route globale »pour la réforme du secteur, qui doit être en mesure d’accompagner le chantier de la généralisation de la protection sociale, affirme-t-on.

Les opérateurs du secteur de la santé sont unanimes à souligner l’importance des efforts déployés pour le moderniser et le renforcer. Après les multiples textes de loi adoptés, c’est une loi-cadre, très attendue, qui a été adoptée, mercredi en Conseil des ministres, avec comme ambition de réformer le secteur selon une approche transversale.

La promotion du système de santé au cœur de Loi cadre n° 06-22

Ainsi, ce projet de loi-cadre relatif au système national de santé, élaboré en exécution des Hautes Instructions Royales, vise la promotion du système de santé pour qu’il soit à la hauteur du chantier de la généralisation de la protection sociale ordonné par le Souverain.

Les principales composantes du projet de réforme du système de la santé

Ce projet de réforme structurant est basé sur : l’adoption d’une bonne gouvernance, renforçant les mécanismes de régulation de l’action des acteurs et la consolidation de la gouvernance hospitalière et la planification territoriale de l’offre sanitaire ; la valorisation des ressources humaines, notamment à travers l’élaboration de la loi sur la fonction publique sanitaire, en vue de motiver le capital humain dans le secteur public et de réduire le déficit actuel en ressources humaines. Il s’agit aussi de réformer le système de formation, outre l’ouverture sur les compétences médicales étrangères et l’encouragement des cadres médicaux marocains résidant à l’étranger à retourner exercer dans leur pays ; la mise à niveau de l’offre sanitaire en vue de répondre aux attentes des Marocains en matière de facilitation de l’accès aux services médicaux, l’amélioration de sa qualité et la répartition équitable des services hospitaliers à travers le territoire national ; et la digitalisation du système de santé, à travers la mise en place d’un système informatique intégré pour le regroupement, le traitement et l’exploitation des principales informations ayant trait au système de santé.

Une loi commune aussi bien pour le secteur sanitaire publique que privée

Le nouveau statut de la fonction publique sanitaire va changer la donne, puisque le médecin va avoir, en plus de sa rémunération de base, une rémunération selon les actes effectués. La loi-cadre va par ailleurs permettre de créer des pôles d’excellence et c’est ce qu’il faut, dans le public comme dans le privé.

Article19.ma