Par Dr Mohamed Chtatou


Le Plan Marshall pour L’Europe de 1947

La reconstruction de l’Europe occidentale après la Seconde Guerre mondiale a été l’un des plus grands succès économiques et de politique étrangère du XXe siècle. Elle a considérablement accéléré la reprise en finançant les investissements privés, en accélérant la réparation des infrastructures ou en atténuant les goulets d’étranglement liés aux produits de base. Néanmoins, les conditions liées à l’aide Marshall ont contribué de manière significative à la croissance rapide de l’Europe occidentale après la Seconde Guerre mondiale, en poussant les « économies mixtes » d’Europe dans une direction qui leur a laissé un mélange de plus de « marché » et de moins de contrôles.

Le plan Marshall est invoqué chaque fois que les décideurs politiques envisagent une aide étrangère à grande échelle. Une recherche rapide sur Google permet de trouver « Un plan Marshall pour l’Afrique », « Un plan Marshall pour Haïti », « Un plan Marshall pour l’Europe de l’Est » et « Un plan Marshall pour l’Orient ».

Au cours des quatre années allant de 1948 à 1951, les États-Unis ont transféré 13 milliards de dollars (environ 115 milliards de dollars aux prix actuels) aux nations européennes déchirées par la guerre. Ce transfert représentait environ deux pour cent du produit intérieur brut (PIB) des États-Unis et à peu près la même part du PIB collectif des pays bénéficiaires.

Les pays bénéficiaires, qui semblaient au bord de l’effondrement économique, ont connu une forte reprise. La production industrielle des pays européens bénéficiaires est passée de 87 % des niveaux d’avant la Seconde Guerre mondiale en 1947 à 135 % en 1951, soit un bond de 55 % en quatre ans seulement. Fait au moins aussi important, la reprise de la croissance a été soutenue. L’Europe est entrée dans un « âge d’or » de croissance économique qui s’est étalé sur plusieurs décennies. Il n’est donc pas étonnant que le plan Marshall soit largement considéré comme l’exemple historique le plus frappant d’un programme d’aide étrangère à grande échelle réussi. Et il n’est pas étonnant que l’on ait tenté à plusieurs reprises d’identifier les ingrédients clés de son succès dans l’espoir de pouvoir le reproduire à d’autres époques et en d’autres lieux.

Si, dans certains cas, on peut établir un lien direct entre l’aide américaine et un résultat positif, dans la plupart des cas, le plan Marshall peut être considéré comme un stimulus qui a déclenché une chaîne d’événements conduisant à toute une série de réalisations. À la fin de la période du plan Marshall, la production agricole et industrielle européenne était nettement plus élevée, la balance commerciale et le « dollar gap » correspondant s’étaient nettement améliorés, et des mesures importantes avaient été prises en vue de la libéralisation du commerce et de l’intégration économique.

Les historiens citent l’impact du plan Marshall sur le développement politique de certains pays européens et sur les relations entre les États-Unis et l’Europe. L’aide du programme de redressement européen aurait contribué à améliorer le moral des Européens et à favoriser la stabilité politique et économique, ce qui a permis de diminuer la force des partis communistes nationaux. Le rôle politique et économique des États-Unis en Europe a été renforcé et le commerce américain avec l’Europe a été stimulé.

Un plan Marshall américain pour l’Afrique

Les États-Unis doivent aider l’intégration mondiale de l’Afrique en faveur d’un continent plus prospère, démocratique et stable. L’Afrique devrait compter 26 % de la population mondiale d’ici 2050. Plus de la moitié de sa population vit dans la pauvreté et n’a pas accès aux besoins humains fondamentaux tels que l’eau et le logement. Le manque de commerce et d’investissement l’empêche de s’intégrer dans l’économie mondiale, ce qui compromet la prospérité et la stabilité. L’extrême pauvreté et l’extrémisme violent sont d’autres menaces.

Une meilleure gouvernance est essentielle. Des études empiriques montrent que les 20 % de résidents les plus pauvres d’un pays paient le pourcentage le plus élevé de leurs revenus en pots-de-vin. Ces pots-de-vin les privent de la chance d’avoir une vie meilleure et privent leurs gouvernements de ressources en capital. Les Africains méritent mieux.

Les États-Unis ont l’expérience et l’expertise nécessaires pour aider l’Afrique à croître et à améliorer sa gouvernance. L’engagement du président Biden à renouveler Prosper Africa est un pas dans la bonne direction et l’Amérique devrait poursuivre sur cette lancée.

Les États-Unis bénéficieront largement d’un plan Marshall pour l’Afrique :

Premièrement, il bénéficiera d’un commerce accru avec la population africaine croissante. Les technologies avancées des États-Unis peuvent aider à surmonter les problèmes d’accessibilité courants dans la région. Les agriculteurs africains peuvent utiliser des outils agricoles de précision abordables pour augmenter les rendements alimentaires. La technologie américaine des drones peut aider à atteindre les zones rurales reculées et à livrer des biens essentiels. La demande de logiciels et de matériel aux États-Unis augmentera à mesure que de plus en plus de consommateurs s’adapteront au paysage technologique. Les agriculteurs du Kenya et du Rwanda ont amélioré leurs programmes d’irrigation et la gestion de leurs champs grâce à ces technologies.

Deuxièmement, cela créera des alliés démocratiques et stables en Afrique. Les États-Unis ont besoin de plus d’alliés pour promouvoir la paix et la justice dans le monde. Une gouvernance solide et équitable donne également confiance aux investisseurs. Fournir des conseils sur les meilleures pratiques et les systèmes de responsabilisation permettra d’avoir des institutions justes et démocratiques. Un projet judiciaire de la Banque mondiale a aidé à mettre en place un système avancé d’analyse de données au Kenya pour surveiller les performances des tribunaux, des juges et du personnel judiciaire. De tels systèmes de gestion aident les utilisateurs à identifier et traiter les risques de corruption.

Troisièmement, les États-Unis doivent veiller à ce que l’Afrique ne devienne pas un terreau fertile pour les groupes terroristes. La persistance des organisations terroristes djihadistes salafistes en Afrique menace à la fois les intérêts locaux et américains. S’ils sont laissés seuls, ces groupes évolueront au point de pouvoir attaquer directement les intérêts américains au-delà de l’Afrique. Les groupes terroristes profitent des pauvres qui se tournent vers les groupes extrémistes pour subvenir aux besoins de leurs familles. Le rapport de la Commission sur le 911 a conclu que la stratégie antiterroriste US doit « inclure des politiques économiques qui encouragent le développement… et des opportunités pour les gens d’améliorer la vie de leurs familles ».

Investir en Afrique ne signifie pas moins d’argent ou moins d’emplois aux États-Unis. Le contraire est vrai. S’engager dans le commerce international se traduit par de meilleurs retours sur investissement et des biens moins chers pour les citoyens américains. L’externalisation de biens à forte intensité de main-d’œuvre qui sont incorporés dans des produits et services aux États-Unis entraîne une demande d’emplois plus qualifiés aux États-Unis. La diversification de la chaîne d’approvisionnement atténue les risques en dépendant moins de sources de production uniques. Le développement économique à l’étranger profite considérablement à l’économie américaine.

Les États-Unis doivent accroître leur engagement à construire une Afrique plus prospère, démocratique et stable. L’importance de l’Afrique sur la scène mondiale ne cesse de croître. Grâce à l’attention et aux investissements, l’Afrique deviendra à la fois un partenaire commercial important et un allié dans la promotion de la démocratie et des droits de l’homme. Les États-Unis devraient se joindre à l’Afrique sur la voie de la prospérité. Une Afrique stable et démocratique ouvre la voie à un monde sûr et pacifique.

Le plan Marshall allemand pour l’Afrique

Le gouvernement allemand opère un changement de paradigme dans sa coopération avec le continent africain. Dans cette optique, le ministère fédéral de la coopération économique et du développement a lancé les « pierres angulaires d’un plan Marshall avec l’Afrique » et le ministère fédéral des finances a lancé un « pacte avec l’Afrique » sous la présidence allemande du G20. L’Union européenne s’est fait l’écho de la nécessité de ces plans. Mais les plans de l’Allemagne peuvent-ils profiter de l’élan pour créer ce changement de paradigme dans la coopération entre les pays africains et le monde ?

Les temps ne pourraient être meilleurs pour un changement de paradigme dans la coopération internationale avec l’Afrique. Le modèle actuel de mondialisation a échoué, comme en témoignent la crise financière de 2008, l’accroissement des inégalités et la montée du protectionnisme et du nationalisme économique. Ces défis mondiaux ont eu raison de l’image stéréotypée d’une Afrique sujette aux crises. Les pays riches sont désormais tout autant concernés par les différentes crises des pays africains. Un nouveau modèle de mondialisation juste et équitable exige des solutions africaines autant que des solutions asiatiques, américaines et européennes. Mais le « plan Marshall avec l’Afrique » allemand peut-il tenir ses promesses ?

Le plan Marshall avec l’Afrique se concentre sur le défi le plus important auquel est confronté le continent africain : la nécessité de créer 20 millions de nouveaux emplois chaque année. À long terme, c’est le secteur privé – et non le financement du développement fourni par les gouvernements – qui génère des emplois sur le terrain. C’est pourquoi le financement du développement sert, entre autres, à améliorer l’environnement général des investissements privés durables. Cela permet de créer davantage d’emplois et de revenus pour la population jeune d’Afrique, et de soutenir un développement économique à la fois autonome et durable.

Cela nécessite la paix et la sécurité, ainsi que des efforts de la part des partenaires africains pour améliorer l’environnement des investissements dans leurs propres pays. Le plan Marshall repose donc sur trois piliers qui sont à la base de notre coopération à ce jour :

  • Activité économique, commerce et emploi ;
  • La paix et la sécurité ; et
  • La démocratie et l’État de droit.

Le plan Marshall de l’Allemagne pour l’Afrique marque le début d’une nouvelle ère de coopération entre l’Europe et l’Afrique, qui pourrait stimuler le développement industriel et offrir d’énormes possibilités à la jeunesse africaine, dont la croissance est rapide.

Beaucoup évoquent un « plan Marshall pour l’Afrique », mais le fait est que l’Occident n’est nulle part aussi investi en Afrique que les États-Unis l’étaient en Europe lorsque le premier plan Marshall a vu le jour.

Pour Alexandra Rudolph et Sarah Holzapfel l’efficacité d’une telle stratégie est liée à la cohérence des politiques, l’alignement de la coopération au développement sur les stratégies des partenaires et les partenariats multipartites entre les gouvernements centraux et locaux, les parlements, la société civile et le secteur privé, mais aussi :

‘’Il sera crucial pour le succès et l’efficacité d’une stratégie africaine de savoir si la promesse d’utiliser et de promouvoir les approches et les structures africaines sera tenue. En pratique, cela signifierait que la coopération au développement est alignée sur les stratégies nationales de durabilité des partenaires africains et utilise leurs institutions pour la planification, la mise en œuvre et la mesure des résultats de la coopération au développement afin de les renforcer.

L’objectif d’une nouvelle stratégie africaine ne peut pas être de promouvoir uniquement des États réformateurs qui font preuve de sécurité juridique et de participation politique. Le continent abrite un nombre relativement important d’États africains fragiles et très pauvres avec des structures administratives faibles et dont les institutions ont peu de capacité pour les programmes de coopération au développement. Les instruments de la politique de développement doivent être rendus plus flexibles et les partenariats stratégiques avec les « champions de la réforme » doivent être intelligemment combinés avec la stabilisation des États fragiles. Les réformes à court terme et les gains économiques rapides compromettent ce développement et peuvent contribuer à la propagation des conflits.’’

Malgré le nom du plan – qui évoque une Europe occidentale d’après-guerre moralement défaite -, il met fortement l’accent sur les choix africains, l’appropriation par les Africains des politiques de développement et la vision africaine (Agenda 2063) comme base de la coopération. Au-delà de la « discussion sur l’étiquetage », les observateurs des relations internationales africaines trouveront beaucoup de vieilles, mais bonnes, idées dans le plan Marshall pour l’Afrique – comme l’emploi, l’appropriation, l’idée d’une « grande poussée » et la lutte contre la corruption. Cependant, s’il est considéré comme la somme de ses parties, le plan contient également des opportunités pour un changement paradigmatique bien nécessaire dans la coopération africaine-allemande et européenne. Celles-ci peuvent être résumées en trois points principaux.

Premièrement, le plan Marshall va au-delà de la réforme économique (comme indiqué dans son premier pilier) pour englober la paix et la sécurité (deuxième pilier), ainsi que la démocratie et l’État de droit (troisième pilier). Le plan reconnaît ainsi que l’élaboration des politiques économiques et politiques et qu’une répartition équitable des ressources est plus probable dans les régimes démocratiques. La réunion des idées de réforme des trois piliers offre une approche qui favorise la transformation économique structurelle – une condition préalable à la paix et au développement durable sur le continent. Pourtant, le plan laisse aux décideurs politiques le soin de déterminer comment construire une approche globale sur la base de ces piliers. Une mise en œuvre réussie nécessitera l’élaboration de politiques intersectorielles de plus en plus explicites, ainsi qu’une coopération fondée sur le principe de réciprocité.

Deuxièmement, le plan est l’occasion de renouveler l’engagement de l’Europe envers l’Afrique. Il reconnaît que l’Allemagne ne peut atteindre cet objectif à elle seule. Les pays européens et la société civile doivent donc travailler ensemble pour parvenir à un développement durable. La Banque européenne d’investissement et le Parlement européen ont déjà fait écho à ce plan. Il faut s’attendre à ce que les institutions européennes, l’Allemagne et d’autres membres de l’UE reprennent le fil et préparent des propositions plus spécifiques.

Troisièmement, le plan Marshall offre un point de départ pour la réforme des structures mondiales et nationales. Il plaide en faveur de l’interdépendance des réformes à différents niveaux de la politique mondiale. Par exemple, l’expansion des structures du commerce équitable ou la limitation de l’exportation d’armes légères vers l’Afrique nécessitent des réformes à tous les niveaux.

Réflexions sur le plan Marshall pour l’Afrique

L’idée d’un plan Marshall pour l’Afrique refait souvent surface dans les médias comme une bonne idée, car elle a si bien fonctionné pour l’Europe occidentale.

Elle est souvent présentée comme un « ticket d’or » ou une « balle d’argent » pour le développement économique de l’Afrique par des commentateurs qui n’ont peut-être qu’une connaissance superficielle de ce qu’impliquait le plan Marshall, de la manière dont il pouvait fonctionner et de la façon dont il se compare aux efforts de développement des pays africains au 21e siècle.

Il ne fait aucun doute que le plan Marshall porte en lui un solide héritage intellectuel. Il marque le retour, après la Seconde Guerre mondiale, au « développement » qui avait vu le jour pendant la guerre.

On oublie souvent que le développement à grande échelle, et en particulier les efforts de reconstruction qui ont eu lieu à la fin des années 40 et dans les années 50, ont eu lieu dans toute l’Europe occidentale.

Ce qu’on appelle aujourd’hui familièrement la « Banque mondiale » est un groupe d’institutions, mais ce à quoi la plupart pensent probablement quand on dit la Banque mondiale, c’est la Banque internationale pour la reconstruction et le développement, fondée à la conférence de Bretton Woods en 1944 afin de soutenir le nouvel ordre mondial après la fin de la seconde guerre mondiale. Son premier prêt a été accordé à la France, pour la construction d’écoles.

Le plan Marshall allait au-delà de la Banque mondiale, mais faisait partie d’une initiative soutenue par les États-Unis visant à remettre l’Europe occidentale sur pied le plus rapidement possible. La sagesse conventionnelle veut qu’il ait fonctionné, et de nombreux appels ont donc été lancés pour qu’il soit répété dans d’autres scénarios.

Le plan Marshall ne peut être séparé de son contexte local et historique et n’est donc pas facilement transposable à d’autres contextes.

Le plan Marshall est-il une bonne recette pour tous les lieux et toutes les époques, et on n’a simplement pas encore pensé à l’utiliser, ou existe-t-il des conditions particulières qui ont permis au plan Marshall de fonctionner ?

Le premier facteur, c’est l’importance même accordée à l’Europe par rapport à l’Afrique. 

Actuellement, les économies de l’Afrique subsaharienne ne représentent que 3 % du PIB mondial. Alors que le PIB total de l’Europe occidentale dans les années 1940 était estimé à environ 30 % du PIB mondial. Cela en dit long sur les enjeux de l’époque et sur l’importance de bien faire les choses.

En 1945, l’économie mondiale était en ruines. Si l’on pouvait restaurer les pays allant de la Norvège au nord à l’Italie au sud, et à l’ouest du mur de Berlin, cela signifiait qu’un tiers de l’offre et de la demande économique mondiale pouvait être restauré.

Même si les États-Unis ou l’Allemagne ont une solution pour que l’Afrique puisse prospérer, aujourd’hui, les enjeux, et donc la volonté politique et le désir d’y parvenir, sont relativement faibles.

Le deuxième point concerne la politique par rapport à l’économie. 

Les historiens économiques de l’Europe ont tenté d’expliquer l’âge d’or de la fin des années 1940 aux années 1970, et le poids financier du plan Marshall n’apparaît pas comme le principal moteur, si ce n’est qu’il est mentionné comme un catalyseur indirect.

La leçon importante du plan Marshall, qui va au-delà de l’argent, est l’engagement pris en faveur de l’ouverture et de la démocratie, et peut-être le plus important de tous, la volonté de coopérer les uns avec les autres.

Le plan Marshall a semé les graines de la création de la coopération économique qui a finalement abouti à la coalition connue sous le nom de l’UE. L’essentiel ici est que ce n’est pas le plan Marshall en soi, mais plutôt ce à quoi il a abouti, qui a vraiment compté.

Troisièmement, on doit répondre à la question de savoir s’il s’agit d’un cas de non-essai. La réponse est que cela a été tenté, mais, comme indiqué plus haut, pas avec les bonnes incitations en tête.

Le célèbre article intitulé « The Marshall Plan : History’s Most Successful Structural Adjustment Program  » (1992, J. Bradford Delong and Barry Eichengreen (https://ideas.repec.org/p/cpr/ceprdp/634.html)), est instructif. Il a été écrit dans les années 1990, en regardant en arrière sur une décennie d’échec. Il faisait référence aux programmes d’ajustement structurel incroyablement infructueux mis en œuvre dans les années 1980 et 1990 en Amérique latine, en Asie et en Afrique.

Pourquoi les programmes d’ajustement structurel des années 1980 ont-ils échoué ? C’est l’une des questions les plus épineuses des études sur le développement. Il existe une longue série d’ouvrages qui documentent de manière convaincante pourquoi et comment certaines des réformes ont été directement nuisibles et contre-productives.

Il y a une énorme dissonance quant à savoir si le problème était les politiques, ou si l’ajustement structurel n’a été que partiellement mis en œuvre.

Il n’y a pratiquement personne qui regarde le développement économique en Europe et qui pense qu’un marché commun, une allégeance commune aux démocraties libérales et aux politiques économiques libérales ont été la cause du déclin économique en Europe.

Cela a clairement conduit à différents types de problèmes en Grèce et en Allemagne, mais le désaccord porte davantage sur l’importance relative de l’équité, du nationalisme et du progrès. En revanche, il y a désaccord sur la vertu du train de mesures à mettre en œuvre dans les pays à faible revenu.

Résumons donc la situation. Il est généralement admis que le succès du plan Marshall n’est pas dû à sa puissance financière. Les commentateurs qui suggèrent qu’un plan Marshall est nécessaire pour l’Afrique, et qui sous-entendent que « l’aide officielle au développement devrait être augmentée », font référence au plan Marshall à tort.

Il faudrait plutôt revenir sur l’histoire de l’aide officielle au développement de l’Afrique et faire valoir que si l’on avait fait plus, on aurait pu faire plus.

La principale leçon à tirer du plan Marshall ne concerne pas l’ampleur des flux d’aide. Il s’agit surtout d’un engagement mutuel et crédible en faveur de la réforme et de la coopération.

Les États-Unis avaient un réel intérêt économique et militaire dans une Europe occidentale libérale et prospère. D’autre part, pour les pays européens, il ne s’agissait pas d’accepter les conditions un, deux et trois, puis de bénéficier d’une aide financière d’un montant x en contrepartie.  Il s’agit plutôt d’être inclus dans la sphère d’influence politique et militaire de l’Occident.

Quelle est la probabilité d’une réforme de type plan Marshall pour l’Afrique ? Pour l’instant, cela ne semble ni imminent ni probable. L’incitation la plus probable pour que l’Europe entreprenne un tel investissement serait la force actuelle des craintes xénophobes de migration en provenance du continent, mais cela ne me semble pas être une base probable pour un engagement holistique à long terme en faveur de la collaboration économique et du développement en Afrique.

Cela a clairement conduit à différents types de problèmes en Grèce et en Allemagne, mais le désaccord porte davantage sur l’importance relative de l’équité, du nationalisme et du progrès.

L’Afrique, impératif stratégique pour l’Occident

L’histoire de l’Afrique est une étude des contradictions. Pour certains, le continent est prêt à tirer parti de la quatrième révolution industrielle, grâce à ses énormes ressources naturelles et à sa population de plus en plus instruite. Pour d’autres, il s’agit d’un continent qui porte en lui les deux graines de la menace pour l’Occident : une terre de recrutement potentielle pour les organisations terroristes mondiales et le pion et le fourrage de la Chine pour la domination mondiale.

Outre ses marchés à croissance rapide, l’Afrique abrite la moitié des réserves mondiales connues de minerais de terres rares, essentiels à la fabrication de produits allant des piles aux moteurs d’avion et des appareils électroniques domestiques aux missiles à guidage laser. Aucun pays n’a répondu à l’appel des opportunités de richesse de l’Afrique « comme la Chine ».

Entre 1960 et 2018, le taux de croissance du PIB de l’Afrique a été de 3,5 %. En comparaison, l’Asie de l’Est (à l’exclusion des pays à haut revenu) a connu une croissance légèrement supérieure à 7 %. Pendant la même période, le PIB de l’Asie du Sud a enregistré un taux de croissance de 5,1 pc. Il convient également de noter qu’au cours des six dernières décennies, les taux de croissance démographique de l’Asie de l’Est et du Sud ont connu des baisses notables, tandis que leurs économies respectives ont enregistré des hausses vertigineuses. En comparaison, la croissance démographique relativement élevée et la faible croissance du PIB de l’Afrique sont restées pratiquement inchangées.

La structure démographique de l’Afrique est une bombe à retardement, puisque 43 % de la population totale a moins de 14 ans. Dans 15 ans, cette démographie se situera dans la tranche d’âge de 15 à 30 ans, gonflant les rangs explosifs des chômeurs et créant un ground zero pour le recrutement de terroristes, sans parler d’un exode de réfugiés de proportion biblique. En cela réside un vecteur de menace pour l’ordre et la sécurité mondiale qui nécessite des réformes fondamentales.

Oublions donc les opportunités de l’Afrique et concentrons-nous plutôt sur le fait de sauver l’Afrique et le monde en général des douleurs et menaces futures certaines de l’Afrique. L’Occident a tout intérêt à lancer un plan Marshall pour l’Afrique, car l’alternative est un cancer métastasé par la pauvreté, l’instabilité politique et l’effondrement de l’ordre de sécurité mondial.

Il n’est pas surprenant que l’Afrique soit devenue un champ de bataille pour la Chine et l’Occident. Le problème est que la concurrence entre ces deux mastodontes géopolitiques, sans oublier les pays du Golfe et la Russie, ne sert pas les intérêts de l’Afrique, car la Chine est principalement motivée par des objectifs politiques qui vont à l’encontre des intérêts économiques et de gouvernance de l’Afrique.

La Chine contrôle de plus en plus les richesses de l’Afrique, jusqu’au monopole, dans le cadre de sa stratégie de domination mondiale, tandis que l’Occident ne cesse de payer les factures de la lutte contre la pauvreté et les crises sociales du continent, qu’il s’agisse de catastrophes naturelles, de famines ou de pandémies.

Prenez, par exemple, la contribution de la Chine lors de la crise Ebola de 2014. Elle s’est élevée à la somme dérisoire de 47 millions de dollars, soit seulement 1,3 % de l’aide mondiale totale, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires. À titre de comparaison, les États-Unis ont versé 1,8 milliard de dollars, soit près de la moitié du total, et le Royaume-Uni 364 millions de dollars.

Au cours de l’actuelle pandémie de coronavirus nouveau (COVID-19), la Chine a été le seul membre du G20 à hésiter à suspendre inconditionnellement les obligations de paiement de la dette internationale de l’Afrique jusqu’à la fin de 2020. Bien qu’elle ait finalement signé avec les pays du G-20, sa réticence initiale à assumer sa juste part de l’obligation mondiale était inexplicable, étant donné qu’elle est la source de la pandémie.

La Chine est également, et de loin, le premier partenaire économique de l’Afrique. Selon McKinsey & Company, on estime qu’un million de ses citoyens vivent et travaillent actuellement en Afrique dans plus de 10 000 entreprises chinoises.

Un examen superficiel de l’engagement de la Chine en Afrique montre que ses prêts à de nombreux pays africains sont garantis par des ports maritimes stratégiques, des aéroports nationaux phares et des revenus provenant de ressources naturelles telles que le pétrole ou les minéraux de terres rares. Un examen plus approfondi révèle deux facteurs inquiétants qui régissent le modèle commercial de la Chine et l’espace dans lequel elle opère.

Sur les 50 pays les plus endettés envers la Chine, 25 sont africains. Parmi eux, 23 font partie de la pire moitié du classement de Transparency International en matière de corruption, dont six des dix nations les plus corrompues au monde, à l’exclusion des pays en guerre civile. En outre, sur les 50 pays fortement endettés auprès de la Chine, une grande majorité d’entre eux sont historiquement enclins à la crise de la dette. Depuis 2013, près de la moitié de ses nouveaux prêts ont été accordés à des nations présentant un risque élevé de défaillance.

Conclusion : un nouveau départ pour l’Afrique

L’Amérique a ramené l’Europe à la vie il y a un demi-siècle. Pourquoi ne pas donner la même chance à l’Afrique ?

Selon un avis du Financial Times de 2007, un plan Marshall pour l’Afrique ne devrait pas être considéré comme un grand programme d’aide. Il s’agirait plutôt d’un moyen d’utiliser le pouvoir des entreprises pour stimuler la croissance et réduire la pauvreté, ce qui nécessiterait un ensemble d’institutions différent du système d’aide actuel. Le commerce, des investissements plus importants et une meilleure aide au développement sont nécessaires.

L’Europe et le continent africain devront faire des choix importants au cours des prochaines décennies après la crise économique induite par la pandémie, qui sera bien pire que la récession économique qui a débuté en 1929 et a conduit à la « Grande Dépression ».

Ce sera le siècle décisif pour la survie du monde, et l’Afrique et l’Europe occuperont le devant de la scène. L’Union européenne pourrait envisager quelque chose de similaire au plan Marshall des États-Unis, un programme d’aide à une Europe dévastée après la Seconde Guerre mondiale. L’Italie, était le troisième plus grand bénéficiaire de l’aide du plan Marshall. Des décennies après leur indépendance, les pays africains se remettent encore des effets du colonialisme et des dictatures qui l’ont suivi, que l’Europe a souvent soutenues. Un plan similaire devrait être élaboré pour ces pays.

L’Union européenne devra choisir entre pivoter vers l’Afrique ou se replier sur elle-même tout en luttant contre la stagnation économique intérieure et en perdant peut-être l’occasion de devenir le leader coopératif dont le monde a besoin en ce siècle. Quant à l’Afrique, elle devra décider si elle se tourne vers l’avenir ou si elle continue à rejeter la faute sur le passé.

Ce sont des choix difficiles, mais il n’y a pas de solution facile pour assurer l’avenir de l’humanité : nous avons besoin d’un leadership visionnaire et d’actions courageuses, ou nous devons faire face à l’effondrement des sociétés.

Pourtant, tout n’est pas perdu. L’avenir est toujours porteur de défis et de menaces, mais aussi de possibilités et d’opportunités.

L’Afrique peut encore faire beaucoup avec un bon leadership et une bonne coopération. Et l’ère post-COVID-19 pourrait être l’occasion d’un changement. L’étape la plus importante pour l’Afrique dans un avenir proche est d’évoluer rapidement vers un marché intégré en mettant en œuvre la zone de libre-échange africaine, tout en bénéficiant du soutien de l’Europe.

La Méditerranée pourrait redevenir le pont entre l’Europe et l’Afrique, avec la possibilité de faire prospérer à nouveau les sociétés de part et d’autre. Au lieu d’être le cimetière des migrants qui tentent de traverser ses eaux, la Méditerranée pourrait devenir le lien entre les civilisations et les histoires, les marchés et les personnes, pour un avenir de prospérité et de paix sur les deux rives.

Pour faire de l’Afrique la région des opportunités, l’Union européenne et l’Union africaine devront investir dans la stabilité du continent et dans la sécurité humaine de ses habitants.

Les Nations unies ont défini la sécurité humaine comme « le fait de vivre à l’abri de la peur, du besoin et de l’indignité », mais la sécurité humaine en Afrique est au niveau le plus bas du monde.

Investir dans la sécurité humaine en Afrique signifie tout d’abord s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité et mener un véritable processus de « consolidation de la paix » en investissant aux niveaux social, politique et économique de la société.

S’attaquer aux causes profondes de l’instabilité impliquerait de combattre la corruption endémique au niveau institutionnel, de donner du pouvoir aux organisations de la société civile, de soutenir la démocratisation et de travailler avec les entreprises internationales pour mettre fin au pillage des ressources africaines. Il faut également dénoncer les violations des droits de l’homme, s’attaquer au lien entre sécurité et développement, combattre les groupes armés qui profitent du sous-développement économique, soutenir le développement économique local et mettre fin aux inégalités entre les sexes et à la violence contre les femmes.

Vous pouvez suivre Le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu

Article19.ma