Par Salem Al-Ketbi *


Il y a beaucoup à analyser dans un article récent du président Joe Biden publié dans le Washington Post**, et il faut essayer de le lire à la lumière des circonstances et des changements régionaux et internationaux actuels.

Le moment choisi pour la publication de l’article, qui anticipait la tournée de Biden au Moyen-Orient, reflétait les objectifs de ce dernier, qui souhaitait avant tout faire valoir son point de vue auprès de l’opinion publique et des élites politiques américaines.

Nous ne sommes pas intéressés par la controverse entourant l’auteur de l’article, qu’il s’agisse du président Biden lui-même ou d’autres personnes. Dans ce cas, la règle est que le « contenu » reflète les convictions de l’auteur, indépendamment de tout autre contexte.

Cela ne me dérange pas non plus que l’article ne reconnaisse pas explicitement un certain nombre d’échecs américains dans la gestion des problèmes de notre région, en particulier dans la gestion des relations avec l’Arabie saoudite, le partenaire stratégique historique des États-Unis.

Une telle admission ne peut tout simplement pas être attendue, car elle implique une reconnaissance des erreurs de calcul, des mauvais jugements et des échecs politiques.

Ce serait un double désastre, surtout dans le cas du président Biden, étant donné sa vaste expérience de la région, de ses problèmes et de ses sensibilités, et étant donné qu’une telle reconnaissance affecterait partiellement la popularité d’un président qui est en perte de vitesse et qui doit faire face à de très importantes élections de renouvellement du Congrès à mi-parcours dans lesquelles il pourrait perdre le soutien de son parti, ce qui compliquerait le reste de son mandat.

On ne s’attendait pas à ce que le président Biden dise qu’il avait tort dans sa position sur l’Arabie saoudite. La visite à Riyad, la reconnaissance du statut, de l’importance et du rôle de l’Arabie saoudite dans le calcul de la politique étrangère américaine, et le retrait de toutes les positions de la Maison Blanche sont une reconnaissance implicite de l’erreur et un désir de la réparer.

C’est une pratique courante dans les relations internationales. Aucun des deux pays n’attend que l’autre admette directement son erreur avant de corriger le tir. En bref, le point est que l’article est un tremplin sur la route de la descente de ses positions erratiques vers Riyad.

Il semble donc naturel que l’article de Biden parle de ne pas vouloir abandonner ses positions précédentes, de vouloir diffuser les valeurs américaines, etc. Ce qui est compréhensible dans le contexte de la politique, de la diplomatie et de la pratique sur le terrain.

Cela était évident dans l’empressement de l’article à relier les intérêts immédiats de l’électeur américain en parlant d’énergie, de commerce, de chaînes d’approvisionnement, et de la visite de la Maison Blanche à Riyad, la langue la plus proche de la compréhension de la rue américaine, avec la marée montante de l’inflation.

Certes, l’article n’est pas exempt de tentatives de jeu de mots, notamment lorsqu’il s’agit de rappeler que son objectif, dès le départ, était de « réorienter – mais pas de rompre – les relations » avec l’Arabie saoudite ; il ne s’agissait d’aucun des deux termes.

Il s’agissait d’« isoler » le Royaume, que ce soit dans le but de couper les relations, ou de maintenir le minimum, ce qui semble plus concevable. Mais ces tentatives sont aussi une nécessité ; Biden voulait justifier sa nouvelle position et la commercialiser de manière à ne pas être gêné lorsqu’il répondrait aux questions des journalistes lors de la tournée.

L’article leur a fourni des réponses toutes faites en se référant à son contenu et en évitant toutes les autres réponses qui pourraient apporter davantage de problèmes et de critiques à la Maison Blanche. Il ne faut pas négliger l’impact des plus de 100 journalistes qui ont accompagné le Président lors de ce voyage.

Dans son article, le président Biden a tenté d’embellir le Moyen-Orient en parlant d’un Moyen-Orient différent, plus sûr et plus stable que celui dont son administration a hérité, en liant sa quête de stabilité dans la région à la lutte contre le terrorisme et à la sécurité intérieure des États-Unis pour éviter de nouvelles guerres affectant les familles américaines.

Toutes ces déclarations de campagne sont légitimes, même si elles ne correspondent pas à la réalité dans tous les détails. L’article du président Biden était certainement un prélude médiatique proactif à sa visite en Arabie saoudite et à sa tentative de placer l’alliance avec Riyad sur une base plus réaliste. C’est ce qui s’est réellement passé.

Toutes ces choses sont à mettre au crédit des dirigeants saoudiens et reflètent la place du royaume dans le calcul des décideurs américains, qu’ils l’admettent ou non. La réalité reflète fidèlement les nouveaux équilibres de pouvoir et la place du royaume dans ceux-ci.

Le chemin des États-Unis pour regagner leur statut et maintenir leur position dans l’ordre mondial, que ce soit sous Biden ou d’autres, doit passer par la région du Golfe et l’Arabie saoudite en particulier.

La plus grande erreur du président Biden est que sa grande expérience de la politique américaine l’a conduit à ne pas comprendre l’influence des alliés historiques de son pays comme l’Arabie saoudite et les EAU.

Il n’a pas non plus compris la dynamique de changement qui balaie leur politique étrangère, les implications pour les intérêts américains et la manière de faire face à la nouvelle réalité stratégique.

Une compréhension précoce et une évaluation stratégique minutieuse de toutes ces questions auraient pu éviter de nombreuses erreurs et laisser les États-Unis dans une position plus forte pour faire face aux crises internationales.

Les politiques du président Biden sont compliquées principalement par le fait qu’il blâme souvent l’administration précédente du président Trump pour la détérioration des relations américaines avec ses partenaires du Golfe.

C’est l’une des tromperies qui cache le parti pris du président Biden en faveur du président Barack Obama, avec lequel il a travaillé en tant que vice-président pendant huit ans. Il ne s’agit pas de défendre la politique partisane des démocrates, ni même les politiques que Biden a lui-même contribué à créer et à mettre en œuvre.

Il s’agit de défendre Obama parce qu’il est convaincu de la direction et de la vision de sa politique, à laquelle Biden continue d’adhérer et d’essayer de mettre en œuvre, avec tous les désastres qu’elle a causés non seulement pour les pays de la région, mais aussi pour les États-Unis.

Mais lui-même n’a pas non plus survécu aux conséquences de cette politique, qui a affaibli sa position face aux grandes crises internationales et l’a mis dans de nombreuses situations critiques depuis sa prise de fonction il y a un an et demi.

**https://www.washingtonpost.com/opinions/2022/07/09/joe-biden

* Politologue émirati

Article19.ma