Par James F. Jeffrey**


La première visite présidentielle de Joe Biden au Moyen-Orient s’annonce comme un changement potentiel dans les actions et les attitudes américaines envers la région. Il y a quelques mois à peine, la couverture du magazine « Foreign Affairs » a annoncé : « Le Moyen-Orient passe à autre chose : à la recherche d’un ordre post-américain ».

Bon, une interprétation juste à l’approche de la visite de juillet est qu’une grande partie du Moyen-Orient préférerait en fait s’en tenir à Washington. Et l’administration, hésitante au début, à s’engager là-bas au-delà du retour à l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien (JCPOA), est clairement à l’écoute.

Publicité

L’ambitieux programme du président avec Israël, la Cisjordanie et l’Arabie saoudite culminera par une rencontre entre lui et les dirigeants de neuf États arabes, dont quatre (EAU, Bahreïn, Jordanie, Égypte) entretiennent déjà des relations avec Israël. Il rencontrera également ceux de l’Irak, d’Oman, du Koweït, du Qatar et de l’Arabie saoudite, et organisera un sommet virtuel innovant avec les dirigeants américains, israéliens, indiens et des Émirats arabes unis, qui met en évidence les relations sécuritaires « de bout en bout » de l’administration avec les principaux acteurs régionaux, tout en veillant à ce qu’Israël y soit inclus.

Ce changement apparemment significatif dans la vision de l’administration a été déclenché par le conflit en Ukraine, qui a montré à la fois l’indivisibilité de la sécurité mondiale et les menaces qui pèsent sur elle. Les États-Unis ont un besoin spécifique du soutien des États de la région dans ce conflit, que ce soit sous la forme d’exportations de pétrole ou de votes à l’ONU, et ces mêmes États exigent que Washington, à son tour, prenne au sérieux leurs besoins en matière de sécurité. En attendant, l’échec probable des pourparlers du JCPOA pousse tout le monde à rechercher une architecture sécuritaire régionale plus étroitement mise en place. En fin de compte, cependant, alors que la visite fera passer le message de la coopération, un accord de sécurité collective revitalisé entre Washington et la région dépendra des questions clés suivantes.

Israël

Le voyage s’appuie sur les accords d’Abraham de 2020, que l’administration Biden a récemment commencé à vanter avec enthousiasme. Une intégration plus poussée d’Israël dans la région, avec ses extraordinaires ressources militaires, diplomatiques, de renseignement, technologiques et énergétiques, renforce la sécurité collective globale. Cela pourrait également tempérer la prudence arabe traditionnelle à l’égard d’Israël découlant de sa politique sur la question palestinienne : premièrement, en se concentrant sur des menaces sécuritaires encore plus pressantes, qu’Israël est bien placé pour contrer ; et deuxièmement, en ouvrant la porte à une collaboration accrue sur les questions palestiniennes, comme en témoigne le plaidoyer réussi des Émirats arabes unis contre l’annexion territoriale israélienne.

Le simple fait que Biden voyagera directement d’Israël en Arabie saoudite montre les progrès réalisés avec les accords d’Abraham en plus des réunions de suivi du début de 2022 en Israël, d’abord des ministres régionaux des Affaires étrangères (dont Tony Blinken), et puis des commandants militaires pour discuter de la défense antimissile non seulement des États reconnaissant Israël, mais aussi du Qatar et de l’Arabie saoudite.

Cela dit, une véritable percée, telle que la reconnaissance saoudienne d’Israël, est peu probable pendant le voyage. Le roi Salmane a clairement indiqué qu’il souhaitait davantage de progrès sur la question palestinienne, compte tenu du rôle de son royaume dans le monde arabe et musulman. La position saoudienne reste donc explicite : « nous ne serons pas les derniers à changer sur Israël », mais, implicitement, « pas tout de suite ». La visite pourrait voir une percée dans les discussions quadripartites sur le transfert des deux îles de la mer Rouge de l’Égypte à l’Arabie saoudite, mais ceci nécessite une coordination avec Israël et les États-Unis pour garantir la liberté de navigation d’Israël. Divers autres points relevés ci-dessous devraient favoriser la coopération militaire régionale déjà bien avancée et le partage plus secret du renseignement.

Les États-Unis

La plus grande question liée à la visite demeure : l’administration Biden est-elle vraiment déterminée à diriger la sécurité collective régionale contre les innombrables menaces, de l’Iran et de ses nombreux suppôts la Russie, la Syrie et les groupes terroristes ? La présence de la force régionale de l’administration et les relations entre militaires restent solides. Cependant, cela ne suffit pas, car la volonté nationale est nécessaire pour faire plus que promettre de vagues engagements en faveur de la stabilité et réagir de manière rhétorique aux défis. Compte tenu de cette coopération militaire solide, il s’agit plus d’une question de signal politique, utilisant des outils militaires, des sanctions, de contre-terrorisme et diplomatiques, que d’actions majeures demandant beaucoup de ressources. Mais après des années d’appel de Washington à un « pivot vers l’Asie » et le retrait chaotique de l’Afghanistan, les États-Unis doivent contrer de manière plus convaincante et prévisible l’avancée apparemment inexorable de l’Iran dans la région, qui constitue la préoccupation la plus urgente pour ses partenaires.

L’Iran

L’administration fait valoir qu’elle repousse les actions de Téhéran dans la région, citant ces liens de défense solides, en particulier une défense régionale en plein développement contre les missiles et drones iraniens, et son rôle dans le cessez-le-feu actuel au Yémen. Celles-ci sont importantes, mais ne correspondent pas encore à une remise en question effective de l’Iran. La réalité est que l’Iran et ses suppôts ont fait pleuvoir des missiles et des drones sur des cibles israéliennes, émiraties, irakiennes et saoudiennes et, selon NBC News, ont lancé 29 attaques contre des installations américaines depuis octobre. Outre les dégâts jusqu’à présent limités causés par ces attaques, l’apparente immunité non seulement de l’Iran mais de ses suppôts à toute réponse est largement considérée comme une faiblesse américaine. La présence américaine passive vaut certainement mieux qu’un retrait, mais ne dissuadera pas de nouvelles provocations, ne rassurera pas les partenaires ou ne minimisera pas les risques d’escalade.

Le cessez-le-feu au Yémen est un plus, mais il a été favorisé en grande partie par des concessions de l’Arabie saoudite, et non pas par l’Iran ou ses alliés houthis. Cela a également été rendu possible par le succès inattendu du gouvernement yéménite, de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis dans la tenue de la ville stratégique de Marib et l’interception des frappes de missiles houthis.

L’administration, en plus de fournir une aide humanitaire, a apparemment cédé le Liban au Hezbollah et donc au contrôle iranien. D’autre part, elle maintient sa présence globale en Syrie et en Irak, ostensiblement contre l’État islamique mais d’un autre côté en ne cédant pas du terrain à l’Iran et à ses alliés. Pourtant, Washington n’a pas fait grand-chose pour repousser les mesures diplomatiques, économiques, politiques et militaires iraniennes visant à affaiblir les partenaires américains dans les deux pays et à faire directement pression sur les États-Unis. Les dangers inspirés par l’Iran pour le principal allié irakien de Washington (et de la Turquie), le gouvernement régional du Kurdistan, des frappes militaires et du soutien au PKK aux agressions légales contre la production pétrolière vitale des Kurdes, sont particulièrement vifs.

Tout changement plus agressif contre l’Iran par Washington et ses partenaires ne serait probablement pas officialisé dans des documents de voyage ou des déclarations. Certains des partenaires de Washington au sommet de Djeddah, dont le Qatar et particulièrement l’Irak, ne pactiseront pas formellement contre leur dangereux voisin. Mais des mesures générales, y compris la défense antimissile et la protection des voies maritimes, y compris au moins une participation israélienne informelle, sont possibles et bienvenues ; pourtant, c’est le langage corporel du président et ses engagements dans les coulisses qui détermineront l’évaluation par la région de sa vigueur à contenir l’Iran.

Le JCPOA

Le sort de l’accord nucléaire avec l’Iran sera un sous-thème important des discussions iraniennes. Si un retour est imminent, la région poussera simultanément un soupir de soulagement et tremblera d’inquiétude. Empêcher un éventuel Iran nucléaire ou au seuil du nucléaire de quelques années vaut bien l’effort, mais les dirigeants régionaux, en particulier beaucoup en Israël, craindront qu’il utilise les recettes d’exportation de pétrole que le JCPOA permet pour faire avancer son agression régionale ; plus généralement, ils craindront que l’adhésion aux accords ne fasse que la Maison Blanche se considère comme « tirée d’affaire » avec l’Iran, malgré sa rhétorique. Si, d’un autre côté, le JCPOA semble définitivement mort, les dirigeants régionaux exigeront comment Washington compte dissuader l’Iran d’utiliser l’arme nucléaire et demanderont sans ambages si les États-Unis détruiront toute arme observée.

Questions diplomatiques et économiques

Une grande attention médiatique a été accordée ici au président qui aurait cédé aux Saoudiens en exhortant à davantage de ventes de pétrole et en accordant au prince héritier Mohammed ben Salmane le statut de « persona grata ». Ces questions sont cependant exagérées. Les Saoudiens ont déjà fait quelques concessions sur les augmentations du pétrole, mais leur modèle économique pétrolier en limitera des nouvelles. En outre, l’administration a déjà clairement indiqué qu’elle appréciait le travail du prince héritier sur le Yémen et d’autres questions et ferait affaire avec lui à tous les niveaux. L’avancement de l’esprit des Accords d’Abraham à travers l’intégration économique, technique et culturelle dans la région, en s’appuyant sur les récentes initiatives de commerce et d’investissement impliquant l’énergie, l’informatique et le tourisme entre Israël, le Maroc et les Émirats arabes unis, sera plus important sinon moins dramatique. En particulier, des progrès sur l’accord EAU-Jordanie-Israël sur l’eau et l’électricité, et au moins la reconnaissance du sort des Palestiniens, augmenteraient l’attrait des accords parmi les populations régionales.

 

* Article publié en anglais par le forum américain « Wilson Center »

** Président du programme Moyen-Orient, membre émérite de la famille Slater, ancien ambassadeur américain en Irak et en Turquie, et envoyé spécial auprès de la Coalition mondiale pour vaincre l’Etat islamique

N/B: cette chronique a été traduite par la rédaction d’Article19

Article19.ma