L’Algérie a décidé de revoir les prix du gaz avec tous ses partenaires, justifiant cela par l’augmentation significative des prix de cette substance sur le marché international, avertissant que les mesures nécessaires devraient être prises si le gaz est transféré vers une destination autre que celle pour laquelle il a été exporté, en référence au mouvement de l’Espagne vers le Maroc.

Le PDG de Sonatrach, Tawfiq Hakkar, a indiqué dimanche que l’entreprise avait décidé d’activer « les clauses contractuelles de révision des prix du gaz avec tous les partenaires » au vu de la hausse importante des prix de cette substance sur le marché international.

Hakkar a indiqué, dimanche, lors d’une conférence de presse au siège de la Sonatrach à Alger, consacrée à la présentation des recettes de l’entreprise au cours de l’année écoulée et des cinq premiers mois de l’année 2022, que le groupe a conclu un accord avec trois de ses partenaires pour revoir les prix des contrats de gaz (hausse des prix), sans les divulguer.

+ Le gaz en question n’était « pas algérien, mais plutôt importé des USA +

Par ailleurs, il a également souligné que « la réalité du marché international a incité l’entreprise à activer les clauses contractuelles liées à la révision des contrats », selon les médias locaux.

En référence à la décision de l’Espagne d’inverser le flux du gazoduc Maghreb-Europe pour alimenter le Maroc en gaz, Hakkar a affirmé, que «si cela se produisait, Sonatrach a parfaitement le droit de prendre les mesures nécessaires».

Cette déclaration du responsable algérien équivaut à « une réaction officielle de de Sonatrach » sur sa détermination d’agir « en cas de non- respect des clauses du contrat » qui lie la Compagnie nationale d’hydrocarbures à son partenaire espagnol, selon le journal algérien +L’Expression+.

La même source a ajouté, qu’il y a des exceptions et cela nécessite la notification et l’approbation de Sonatrach, notant qu’elle a le droit d’obtenir des bénéfices du processus de commercialisation du gaz vers la nouvelle destination, expliquant que jusqu’à présent, il n’y a eu aucun changement dans le destination du gaz algérien exporté.

Pour rappel, l’Espagne a commencé depuis une semaine à fournir du gaz naturel au Maroc, via le gazoduc Maghreb- Europe, toutefois les médias espagnols ont relevé que le gaz en question n’était « pas algérien, mais plutôt importé des USA.

Article19.ma