La campagne céréalière au Maroc a été impactée par la sécheresse et des températures chaudes, souligne le dernier bulletin du Centre de recherche de la Commission européenne (Joint Research Centre-JRC).

Selon le JRC, au niveau de l’ensemble des pays d’Afrique du Nord, la campagne céréalière a été marquée jusqu’en février-mars par la sécheresse et des températures élevées, notamment au Maroc et dans l’ouest algérien.

Cette situation a entraîné « une perte irréversible des potentiels de rendement au Maroc », souligne le bulletin de l’UE.

Concernant les autres pays d’Afrique du Nord, le Centre relève que malgré une certaine amélioration depuis mars en Algérie, les rendement seront inférieurs à la moyenne sur 5 ans, alors qu’ils seront supérieurs à la moyenne enTunisie au moment où les attentes pour la Libye et l’Égypte se situeront autour de la moyenne sur 5 ans.

+ La sécheresse saisonnière a entravé la croissance des cultures jusqu’au début de la floraison +

Au Maroc, souligne le JRC, la sécheresse saisonnière a entravé la croissance des cultures jusqu’au début de la floraison et a entraîné une formation de biomasse bien inférieure à la moyenne dans la plupart des zones agricoles, ainsi qu’un taux élevé de mauvaises récoltes.

En Algérie, les cultures d’hiver dans les régions du centre et de l’est ont connu une forte reprise grâce à des précipitations supérieures à la moyenne en mars et avril. Cependant, dans les régions de l’ouest, les précipitations sont arrivées trop tard pour enclencher la reprise des cultures.

En Tunisie, des températures et des précipitations favorables depuis mars ont entraîné une accumulation de biomasse supérieure à la moyenne dans les régions du nord-ouest et une reprise des cultures a été observée dans les régions du centre-ouest après une pluviométrie intense à la mi-mars.

En Libye, des conditions de croissance supérieures ont été relevées dans les zones agricoles orientales. En revanche, la sécheresse de début de saison dans les régions occidentales a eu des effets négatifs sur les cultures et a entraîné une accumulation de biomasse proche de la moyenne.

En Égypte, la croissance céréalière cette saison a été de moyenne à légèrement supérieure à la moyenne et aucune limitation des cultures due aux stress des maladies biotiques n’a été observée, selon le JRC.

Prévisions de rendement des cultures céréalières en Afrique du Nord :

Article19.ma