Première mondiale, l’Observatoire astronomique de l’Oukaimeden près de Marrakech a détecté récemment une rémanence de sursaut gamma (GRB- Gamma Ray Burst).

Selon l’observatoire, cité par l’agence de presse MAP, la rémanence a été détectée par le télescope MOSS, le 14 mai courant à 8 heures du matin après une alerte donnée par le télescope spatial FERMI de la NASA et le satellite Integral de l’Agence spatiale européenne (ESA), tous deux dédiés à la détection des sursauts Gamma.

« Huit heures après avoir reçu l’alerte, nous avons pointé le télescope Oukaimeden MOSS vers la position indiquée par le télescope de la NASA et de l’ESA », a indiqué l’observatoire.

+ “Les phénomènes les plus explosifs de l’univers” +

Pour rappel, les sursauts gamma, également connus sous le nom de GRB, sont des éclairs rapides de rayons Y qui sont considérés comme étant les phénomènes les plus explosifs de l’univers.

Zouhair Benkhaldoun, enseignant-chercheur à l’Université des Sciences Semlalia de Marrakech et directeur de l’observatoire de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech, a indiqué que le télescope de l’observatoire de l’Oukaimeden est le seul dans cette partie du globe à avoir détecté ce phénomène.

L’observatoire d’Oukaimeden est équipé de plusieurs télescopes pour observer de telles merveilles de l’univers, relève le site anglophone Morocco World News qui rappelle qu’outre le télescope Moss il est aussi équipé du télescope OWL de l’agence spatiale sud-coréenne et des télescopes des associations marocaines d’astrophotographie.

La NASA définit les GRB comme des éclats de lumière gamma de courte durée, connus comme étant la forme de lumière la plus énergétique.

« Durant de quelques millisecondes à plusieurs minutes, les GRB brillent des centaines de fois plus qu’une supernova typique et environ un million de milliards de fois plus que le soleil », selon la NASA.

+ « La mort d’étoiles massives dans les supernovas » +

Selon l’agence spatiale américaine, il existe deux types de GRB : les rafales de longues et de courtes durées.

Les rafales de longues durées durent de deux secondes à quelques centaines de secondes, tandis que les rafales de courtes durées peuvent durer moins de deux secondes.

Les sursauts de longues durées sont associés à « la mort d’étoiles massives dans les supernovas », tandis que les sursauts de courtes durées sont associés à la « fusion de deux étoiles à neutrons dans un trou noir », selon la NASA, citée par Morocco World News.

L’éclatement de courte durée, souligne l’agence américaine, pourrait également être associé à l’extinction d’une étoile à neutrons avec un trou noir pour former un trou noir plus grand.

Article19.ma