Le juge d’instruction près la cour d’appel de Casablanca a entendu mercredi plusieurs des bienfaiteurs dans l’affaire de la clinique Achifaa appartenant au chirurgien plasticien Hassan Tazi.

Selon le site arabophone Hespress, des donateurs, qui ont déjà été entendus par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ), ont été déférés devant le juge d’instruction pour être interrogés au sujet de leurs dons d’argent au profit de patients hospitalisés dans ladite clinique.

La même source a indiqué que le juge d’instruction poursuivra l’audition d’autres donateurs qui ont remis des sommes d’argent à Zineb. B., qui contactait les bienfaiteurs pour les convaincre de verser de l’argent sur les comptes de la clinique et son propre compte.

+ « Les donateurs ne sont pas des plaignants » +

Pour leur part, les avocats du chirurgien Tazi ont fait savoir qu’aucune plainte n’a été déposée à l’encontre de leur client, soulignant que les personnes entendues l’ont été en leur qualité de donateurs et ne sont pas des plaignants.

Quant aux cinq prévenus, dont Dr Hassan Tazi et son épouse, ils devraient comparaître, prochainement, devant le juge d’instruction.

Le chirurgien Tazi, qui est poursuivi dans cette affaire en état d’arrestation pour traite d’êtres humains, avait nié, lors de son audition devant la BNPJ, avoir autorisé photographier des patients nécessiteux.

De nombreuses personnalités, souligne-t-on, figurent parmi les donateurs auprès desquelles Hassan Tazi collectait des sommes importantes d’argent, par l’intermédiaire de Zineb B., afin soi-disant de s’acquitter des frais d’hospitalisation de patients démunis.

Parmi les personnalités, qui étaient approchés par la mise en cause, Zineb B. pour faire des dons, figurent Soukayna Akhannouch, la fille du milliardaire et actuel chef du gouvernement Aziz Akhannouch, le traiteur Rahal, le directeur général de Cooper Pharma, Anis El Youssoufi de la Fondation Bank Al-Maghrib, le PDG de Marjane, l’artiste Abderrahim Souiri, les secrétaires généraux du Parti de l’Istiqlal et du Parti du progrès et du socialisme, le wali de Bank Al Maghrib, et même de modestes retraités.

Article19.ma