Le président tunisien Kaïs Saïed a créé la polémique en détournant un verset de Sourate Al-Alaq du saint Coran.

« Lis au nom de ton parti qui a étouffé, étouffé l’homme avec du papier ! », a dit le président Saied en recevant le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Nouerddine Taboubi, au palais de Carthage.

Kaïs Saïed s’est inspiré, comme il l’a expliqué, de l’article qu’un journaliste satirique avait écrit en 1977 dans le journal de l’UGTT pour dénoncer l’oppression exercée, à l’époque, par l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali et son parti en Tunisie.

Plusieurs internautes ont critiqué le président Saïed qui n’a pas trouvé mieux que de détourner un verset coranique pour adresser un message à ses adversaires et aux acteurs politiques tunisiens.

Depuis quelques mois, le président tunisien fait face à une opposition de plus en plus virulente qui l’accuse d’avoir paralysé le pluralisme démocratique et de gérer le pays en « autocrate » comme l’époque de Ben Ali.

Article19.ma