Par Abdellatif Ouahbi *


Au cours des deux dernières années, le monde est entré dans une spirale de perturbations et de bouleversements, imposée par l’étendue de la propagation du nouveau coronavirus, au point que tous les pays aussi bien les grands que les petits sont aujourd’hui confrontés à de nombreux défis et changements et parfois à des secousses multiples.

Ces nouveaux défis, outre l’entrée du monde, avant la pandémie, dans un processus croissant d’unification des économies nationales dans des imbrications mutuelles de production basée sur le modèle de la modernisation du travail et du renforcement des mécanismes de consommation comme levier de croissance ; ont imposé à de nombreux pays, en particulier ceux en développement, d’impulser un fort dynamisme et d’opérer des transformations dans leurs structures sociales et politiques, et la nécessité de s’engager sur la voie de la démocratie et de la modernisation, afin de trouver une place dans un monde devenu plus complexe et sans cesse en mutation.

La mondialisation de l’épidémie, l’intensification de la mondialisation économique, la prolifération des technologies modernes de communication et l’expansion des libertés individuelles et collectives ont fait naître chez la plupart des peuples à travers le monde des promesses de bonheur et de prospérité, et imposé aux gouvernements la nécessité de trouver des politiques publiques capables de les réaliser, même s’il ne s’agissait pas toujours de promesses cohérentes dans une perspective unifiée.

Le Royaume du Maroc – un pays qui est toujours resté fidèle à ses valeurs et à son histoire, ouvert sur son époque moderne et attelé avec sérieux à la modernisation de son économie et à l’accomplissement de son développement économique et politique à même de répondre aux besoins de ses citoyennes et citoyens – a entrepris l’année dernière, « comme toujours et historiquement », les changements nécessaires afin de relever les défis que posent les situations présente et future.

+ Le Royaume du Maroc a fait de son intégrité territoriale une question non négociable +

Comme tous les pays enracinés dans l’histoire, le Maroc a toujours su opérer d’importants changements qui lui garantissent son intégration dans un monde qui ne cesse de muter, tout en préservant sa spécificité en tant que nation qui a une histoire distincte, des traditions séculaires, et un modèle de gouvernement propre basé sur la légitimité de servir le citoyen et la patrie.

C’est ainsi que le Maroc continuera à faire face aux défis externes et internes sous toutes leurs formes, changeantes et continues , en poursuivant le travail audacieux dans lequel se sont toujours engagés les Marocains en vue de réaliser des changements aux niveaux de l’économie et de la société ainsi que dans le processus de lier la démocratie au développement qui a été choisi et a commencé à trouver sa voie vers la réalisation.

Au niveau international, la diplomatie marocaine sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, qui a su remporter le pari d’obtenir la reconnaissance internationale de la marocanité du Sahara et la légitimité de sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire national de Tanger à Lagouira, continuera à relever ce défi sur une scène internationale qui connaît une lutte aigüe d’intérêts laquelle a effacé des frontières et altéré l’unité d’Etats.

C’est ainsi que le Royaume du Maroc a fait de son intégrité territoriale une question non négociable et un principe fondateur de toute amitié avec les pays de la région et du monde.

Le pari de gagner le défi nécessite la préservation des acquis et le renforcement des moyens pour gagner de nouveaux défis. La diplomatie marocaine continuera à faire preuve de créativité pour développer des amitiés avec les pays du monde qui ont sérieusement et justement cru en sa cause nationale. Le Maroc a fait de ces amitiés, sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, une opportunité de coopération fraternelle avec les États du Golfe qui ont toujours exprimé leurs positions claires quant à leur soutien à l’intégrité territoriale de notre pays, et continuera, grâce à sa diplomatie ouverte sur la construction d’une coopération économique basée sur l’équation gagnant-gagnant, de mettre à nue toutes les manœuvres des adversaires de la l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc et de les tourner en dérision et en folies qui suscitent la pitié envers ceux qui en sont derrière.

Au plan national interne, le Maroc est pleinement conscient des changements nécessaires pour gagner le défi du développement durable, approfondir la démocratie et la modernisation, et améliorer les conditions de larges catégories de citoyennes et de citoyens, en vue de réaliser la dignité humaine et le bien-être pour le peuple marocain, une des préoccupations profondes de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Le défi le plus important que le Maroc a peut-être relevé est celui de son attachement fort et clair à la démocratie en tant que seule voie politique pour parvenir à un développement global. C’est pourquoi, le Maroc a tenu à organiser les élections, en tant que meilleur instrument démocratique pour renouveler les institutions élues, en leur temps constitutionnel et dans le respect de leurs conditions démocratiques, malgré les circonstances résultant de la lutte contre le Covid-19. Ainsi, le Maroc a pu relever le défi du développement à travers la participation démocratique de tous ses citoyennes et citoyens, sans craindre les changements que requiert ce défi civilisationnel et démocratique.

+ Le Royaume du Maroc est déterminé à relever les défis et les changements de la nouvelle année +

Grâce à la démocratie participative et à la politique d’alternance sur le centre décisionnel gouvernemental, selon le mécanisme électoral, le Maroc a pu engager un processus de changements qu’il juge nécessaire pour gagner les défis futurs.

C’est ainsi que le gouvernement élu en septembre dernier a assimilé les orientations et les préoccupations royales, ainsi que les besoins urgents de la société marocaine, et a élaboré un programme économique dont les objectifs visent à réaliser des changements dans tous les domaines publics, allant de l’économie à l’administration, et de l’État central aux régions et provinces dans le monde rural comme dans les villes.

Il est possible de trouver un grand titre à tous les changements que le gouvernement actuel entend accomplir pour gagner le pari du développement et du progrès dans le slogan et l’expression de « l’État social », pour la réalisation duquel le gouvernement a adopté une politique de soutien à l’économie nationale en vue de renforcer sa compétitivité et la rendre capable de créer des opportunités d’emplois et de réduire le chômage, puis d’orienter directement des programmes économiques de petites et moyennes envergures pour créer davantage d’opportunités d’emplois à travers le programme « Forsa » tout comme il a lancé de grands chantiers pour la modernisation du système de santé et de l’école publique, et de renforcement de la capacité d’intégration des activités sociales et productives grâce à l’adoption d’une protection sociale publique qui renforce la citoyenneté et la traduit en acquis engendrant des conditions favorables à l’amélioration de la dignité des citoyennes et des citoyens et à la prospérité de l’individu et de la communauté dans un cadre national unifié.

Conscient de la nécessité d’entreprendre des changements sociaux fondamentaux et globaux, le gouvernement a prévu de mener à bien des transformations qui concernent également le monde rural en programmant des mesures concrètes à même de créer une classe moyenne en milieu agricole rural. Le programme gouvernemental entend faire accéder entre 350.000 et 400.000 familles d’agriculteurs à la classe moyenne, stabiliser les revenus de 699.000 familles et œuvrer à l’émergence d’une nouvelle génération de jeunes entrepreneurs agriculteurs. La généralisation de l’assurance agricole pour une superficie de 2,5 millions d’hectares a permis aux agriculteurs et à leurs familles de bénéficier de la protection sociale, dans le cadre de la mise en œuvre saine des chantiers royaux en généralisant la protection sociale à tous les citoyennes et citoyens.

C’est de cette façon que le Maroc fait face aux défis de son avenir sous la direction éclairée du Souverain, avec l’implication consciente et responsable de toutes les institutions constitutionnelles, des forces vives et de la société civile, ainsi qu’à travers une politique gouvernementale rationnelle qui réalise les changements nécessaires de nature à pousser la société marocaine à valoriser toutes ses ressources naturelles et humaines, afin d’améliorer la position de leur pays parmi les États développés.

Avec une ferme détermination, et loin de toute improvisation, le Royaume du Maroc est déterminé à relever les défis et les changements de la nouvelle année, en lançant un programme économique, politique et social qui ne craint pas les défis et n’hésite pas à réaliser les transformations nécessaires pour le Maroc de demain.

* Me Ouahbi est ministre de la Justice et secrétaire général du PAM

Article19.ma