L’affaire de la tentative d’expulsion des frères Megri de la maison qu’ils louent dans la Kasbah des Oudayas à Rabat depuis un demi-siècle a suscité une vague d’indignation et un élan de solidarité du grand public au Maroc et à l’étranger avec la famille artistique des Megri.

D’ailleurs, la famille Megri vient de révéler que les autorités marocaines ont démontré « une grande volonté » à préserver la maison des Megri de toute spéculation. Cette maison est considérée comme « un patrimoine artistique et culturel », selon une interview de la famille avec le journal électronique alyaoum24.com

+ Un patrimoine culturel +

Pour rappel, Wafae Bennani, veuve du défunt Hassan Megri, a affirmé que : « En 2010, le tribunal avait déjà rendu une décision dans l’affaire en notre faveur, cependant la nouvelle propriétaire a décidé de relancer la procédure d’expulsion ».

La veuve Megri a indiqué également que la nouvelle propriétaire, (la fille de l’ancien ministre), n’a jamais voulu discuter avec la famille Megri, malgré leur offre d’augmenter le loyer ou même d’acheter la maison afin de mettre un terme au litige.

Et d’ajouter que : « La maison est un patrimoine culturel qui a 50ans…nous avons un partenariat avec le Ministère de la Culture dans le cadre du Festival d’été des Oudayas, et l’adresse de la maison est la même que celle du Conseil National de la Musique et du Conseil international de la musique ».

Pour sa part, le fils de Hassan Megri, l’artiste Nasr Megri, a estimé que cette « triste affaire » a démontré l’amour des Marocains pour la famille Megri, ajoutant que certaines personnes ont proposé de l’aide pour acquérir une nouvelle maison pour la famille.

+ Bensaid reçoit les frères Megri +

D’autre part, le ministre de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication Mohamed Mehdi Bensaid, a reçu le vendredi les frères Megri, Younes et Mahmoud.

Bensaid a affirmé sa volonté de vouloir trouver une solution au litige, ceci en accord avec la propriétaire et dans le plein respect de la loi.

A l’issue de la rencontre, le ministre a affirmé que l’institution d’action sociale pour les artistes verra bientôt le jour et permettra une solution définitive à de tels problèmes, qui ne correspondent pas à l’image de l’artiste marocain.

+ L’identité de la propriétaire de la maison des Oudayas révélée par le site de Me Ziane +

L’ordre d’expulsion de la maison que les Megri occupent depuis plus de cinquante ans fait suite à une plainte déposée auprès de la justice par la propriétaire de la maison qui serait la fille d’un ancien ministre, selon le site alhayatalyaoumia.ma.

La propriétaire, qui aurait acheté cette la maison des Megri au moment où les autorités avaient interdit la vente immobilière dans le quartier historique des Oudayas, serait l’artiste plasticienne Leila Benabdeljalil, la fille de l’ancien ministre Abderahim Benabdeljalil dans le gouvernement de l’Istiqlalien Azzeddine Laraki pendant les années 80 avant d’être nommé ambassadeur du Maroc en chine en 1995.

La famille Benabdeljalil est l’une des grandes familles connues à Fès, Rabat et Meknès, par l’intérêt notamment qu’elle porte à la culture et au savoir.

L’un des fils de cette famille est l’Istiqlalien Omar Benabdeljalil, qui a occupé plusieurs postes sous le règne de Hassan II, et Mohamed Benandeljalil, rebaptisé Père Jean Mohamed Benabdelajali, après sa reconversion au christianisme et être devenu moine catholique marocain.

La famille Benabdeljalil est aussi présente aujourd’hui dans le gouvernement Akhannouch où l’Istiqlalien Mohamed Benabdeljalil, petit-fils du résistant du même nom et l’un des signataires du manifeste de l’indépendance, occupe le poste de ministre des Transports et de la Logistique.

Le poids de la famille Benabdejalail aurait-il favorisé l’achat de cette maison puis la décision d’expulsion? la question mérite en tout cas d’être posée, s’interroge le site de l’ex ministre des droits de l’homme, Mohamed Ziane.

Article19.ma