Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a révélé que les négociations entre le Maroc et l’Égypte sur leur accord de libre échange ont abouti à la levée de l’interdiction de l’importation des voitures fabriquées au Maroc.

Mezzour, qui répondait à une question écrite du Parti du progrès et du socialisme à la Chambre des représentants, a indiqué qu’en vertu de l’accord d’Agadir établissant le libre-échange entre le Maroc et plusieurs de ses voisins les voitures Renault fabriquées à Tanger pourront désormais entrer sur le marché égyptien sans droit de douane.

Il a également indiqué que l’Institut Marocain de Normalisation (IMANOR) sera chargé de certifier et de s’assurer de la conformité aux normes internationale des entreprises marocaines et des produits fabriqués au Maroc.

+ Augmentation des investissements étranger +

L’Égypte a accepté les normes définies par IMANOR et de laisser entrer les produits marocains sur ses marchés, a souligné Mezzour, dont les propos ont été relayés par le site anglophone Morocco World News.

Les accords de libre-échange du Maroc avec de nombreux pays à travers le monde ont donné un coup de fouet à l’économie marocaine en encourageant les investissements étrangers, a-t-il ajouté.

A ce sujet, le ministre a fait savoir que les investissements étrangers au Maroc ont connu une augmentation constante au cours des dernières années, enregistrant plus de 350 milliards de dirhams (38 milliards de dollars) d’investissements entre 2011 et 2020, contre 249 milliards de dirhams (27 milliards de dollars) au cours de la décennie précédente.

Toutefois, relève Morocco World News, les accords de libre-échange signés par le Maroc avec d’autres pays ont également été un sujet de controverse.

L’accord avec la Turquie a récemment été critiqué, les exportations et les entreprises turques étant accusées de nuire à l’industrie et au marché marocains. Le Maroc a ainsi révisé l’accord avec la Turquie en 2020 alors que d’autres accords de libre échange, notamment celui signé avec les Etats-Unis se sont avérés bénéfiques pour l’économie marocaine.

Article19.ma