Le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi a rejeté tout appel à la non-application de la mesure relative à l’obligation du pass vaccinal dans les tribunaux, prise dans le cadre de la loi de lutte contre le Covid-19, mais se dit « ouvert au dialogue » à ce sujet.

Ouahbi, qui intervenait, mardi devant les membres de la Chambre des Conseillers, a souligné qu’en tant que ministre il est responsable de l’application de la loi, rappelant que la décision imposant la présentation du pass vaccinal pour l’accès aux tribunaux a été prise dans le cadre de la loi.

Il a, à cet égard, rappelé que l’article 3 du décret-loi 2.20.292 sur les dispositions relatives à l’état d’urgence sanitaire au Maroc et aux procédures de sa déclaration stipule que « durant cette période, les autorités publiques peuvent prendre toutes les mesures nécessaires par des décrets ou des décisions administratives ou des circulaires ou encore par voie de communiqués ».

« C’est une loi, nous ne pouvons pas ne pas la respecter », a-t-il martelé, ajoutant qu’il était ouvert au dialogue avec les avocats.

« S’ils (les avocats) veulent que l’on travaille ensemble, s’ils veulent que l’on assure le contrôle ensemble, ils sont les bienvenus. Mais qu’ils ne me demandent pas d’abroger une loi adoptée par le pouvoir législatif ou de ne pas l’appliquer ».

Pour rappel, dans un communiqué conjoint du ministère de la Justice, de la présidence du ministère public et du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), il a été annoncé qu’à partir du 21 décembre 2021, l’accès aux tribunaux sera « conditionné par la présentation du pass vaccinal ».

En colère contre cette disposition, les avocats mènent depuis une semaine des sit-in de protestation dans les enceintes des tribunaux, provoquant le retard et le report de plusieurs audiences.

Le débat reste ouvert et la polémique risque de s’éterniser avec le bras-de-fer en cours entre Ouahbi et les avocats…

Article19.ma