Inédit. Au Canada, les policiers de Montréal ont rencontré un influent mafieux du clan «Rizzuto» pour l’inciter à «calmer le jeu» dans la ville, plombé par une vague de fusillades entre gangs de rue, selon le journaldemontreal.com.

Les enquêteurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), ont effectué cette approche inusitée au cours des derniers jours, alors que l’explosion de violence par armes à feu soulève des préoccupations à l’hôtel de ville de Montréal et représente un enjeu majeur de la présente campagne électorale municipale.

Le message de ces attaques à Barberio vaut également pour son principal partenaire d’affaires, le mafieux notoire Marco Pizzi, d’après les sources du Journal de Montréal.

+ Pas une première +

Davide Barberio considéré comme le « boss de la rue » au sein de la mafia italienne, « s’est fait passer le message qu’il devrait mettre de l’ordre dans le monde interlope du secteur de Rivière-des-Prairies à Montréal », précise la même source.

Ce n’est pas la première fois que la police canadienne approche d’influents criminels pour les inciter à intervenir en parallèle avec les autorités lorsqu’une situation dégénère sur un de « leurs » territoires. Bien que méconnue de la population, cette stratégie policière donne parfois plus de résultats que des discours de politiciens.

Le SPVM l’a fait entre 2009 et 2010 lorsque des cafés italiens du nord-est de Montréal ont été les cibles de 18 incendies criminels liés à des conflits de mafieux, avant d’épingler des responsables.

Également en 2017, la police a mis de la pression sur les Hells Angels quand la crise du fentanyl a éclaté à Montréal, tout en traquant les trafiquants qui causaient des surdoses mortelles en vendant de l’héroïne « coupée » avec cet opiacé. À la tête du marché de la drogue, les Hells s’en sont mêlés pour que ça cesse en faisant tabasser des fautifs, ajoute la même source.

Voici les fiches technique des criminels impliqués dans les récentes fusillades :

Marco Pizzi

  • 51 ans
  • Considéré par la police comme un importateur de cocaïne à la tête de son propre réseau de trafic dans l’est de Montréal
  • Associé du clan Rizzuto
  • Il a échappé à deux tentatives de meurtre en 2014 et en 2016
  • Arrêté en 2016 dans l’opération antidrogue Clemenza, mais libéré de toute accusation en 2017

Davide Barberio

  • 42 ans
  • Considéré par la police comme le « patron de la rue » pour la mafia, chargé d’assurer la discipline
  • Associé du clan Rizzuto
  • Lui aussi arrêté dans l’opération Clemenza et libéré des accusations portées contre lui en 2017
  • Victime d’une tentative de meurtre le 21 septembre 2021 à Laval.

Article19.ma