Aux États-Unies, l’administration Biden a annoncé le samedi 18 Septembre, qu’elle commencerait à accélérer le rythme des expulsions par avion des près de 15.000 migrants, en plus particulier les Haïtiens, regroupés depuis plusieurs jours sous un pont au Texas, a rapporté le journal électronique fdesouches.com.

Ces migrants arrivés depuis le Mexique à Del Rio, au Texas, en traversant le fleuve Rio Grande n’étaient que 2.000 en début de semaine, alors que le samedi, administration américaine à affirmé plus de 14.800 personnes sous le pont en question, selon les chiffres du maire de la ville, Bruno Lozano.

+ Une Strategie d’expulsion massive sans précédent +

Ce sont les images virales spectaculaires de ces migrants massés sous un pont, dans la chaleur, en attendant que les autorités ne passent leurs cas en revue, ont poussé le gouvernement à prendre une décision au plus vite.

Le président américain est resté silencieux jusqu’au samedi où, son ministère de la Sécurité intérieure a annoncé « une nouvelle stratégie complète » pour répondre à ces arrivées massives.

Pour rappel, en 2010, après un tremblement de terre qui avait fait plus de 200.000 morts, de nombreux Haïtiens avaient quitté leur pays et s’étaient installés en Amérique latine. Cependant trouver du travail et renouveler un permis de séjour est devenu compliqué pour eux, ce qui les a poussé à changer de cap et choisir les États-Unis.

+ Déclaration de l’État d’urgence à D’El Rio +

Face à l’afflux de migrants, le maire démocrate de Del Rio a décrété un état d’urgence et fermé le vendredi 17 Septembre le pont à la circulation.

« Aujourd’hui il y a eu un changement important de stratégie », a-t-il souligné devant les médias samedi. « La région de Del Rio reçoit beaucoup plus de moyens, nous allons voir encore plus de bus arriver ici pour emmener les migrants vers d’autres centres de gardes-frontières, où leurs dossiers pourront être examinés, ainsi que des avions prévus pour les expulsions », a poursuivi le maire.

La police américaine des frontières(CBP), a envoyé 400 agents supplémentaires afin « d’améliorer la surveillance de la zone », selon le ministère de la Sécurité intérieure américain.

Ce dernier a insisté dans un communiqué qu’il menait déjà, avant la décision du gouvernement Biden que : « Des expulsions ainsi que des vols vers Haïti, le Mexique, l’Equateur et les pays du triangle nord, Honduras, Salvador et Guatemala ».

+ Les frontières ne sont pas ouvertes… +

L’administration Biden a rappelé que les frontières « ne sont pas ouvertes et que personne ne devrait faire ce dangereux voyage ».

Le sénateur Ted Cruz, sénateur du Texas au Congrès des États-Unis depuis 2013, a réagi et dénoncé sur Twitter « la politique inhumaine » de Biden.

Ils est à noter que, plus d’1,3 million de migrants ont été interpellés à la frontière avec le Mexique depuis l’arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche en Janvier, un chiffre records depuis 20 ans.

Article19.ma