Dans la culture populaire, les hommes (et les femmes) des cavernes sont souvent drapés de fourrures, mais les preuves archéologiques de ce que nos ancêtres de l’âge de pierre portaient réellement et de la façon dont ils fabriquaient des vêtements sont rares.

La fourrure, le cuir et les autres matières organiques ne sont généralement pas conservés, surtout au-delà de 100.000 ans. Toutefois, des chercheurs estiment que 62 outils en os utilisés pour traiter et lisser les peaux d’animaux trouvés dans une grotte au Maroc pourraient être l’une des premières preuves indirectes des vêtements archéologiques. “Les outils ont entre 90.000 et 120.000 ans”.

+ Une trouvaille d’environ 12.000 os d’animaux +

« Je ne m’attendais pas à les trouver. J’étudiais d’abord cet assemblage pour examiner les ossements d’animaux afin de reconstituer le régime alimentaire humain », a indiqué Emily Yuko Hallett, une chercheuse du groupe de recherche sur l’évolution en panafricaine de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine.

« Et quand je les ai examinés – il y avait environ 12.000 os d’animaux – j’ai commencé à remarquer que ces os avaient une forme très différente. Ce n’était pas une forme naturelle. Et ils avaient un éclat sur eux, ils étaient brillants, et avaient des stries (rainures ou rayures) sur eux », a ajouté Hallett, auteur d’une étude à ce sujet publiée jeudi dans la revue iScience.

Contrairement aux os jetés après avoir consommé un animal pour se nourrir, les os utilisés régulièrement par les mains humaines acquièrent un éclat et un polissage.

Elle a également trouvé un motif de marques de coupe sur d’autres os dans la grotte qui suggérait que les humains qui y vivaient enlevaient les peaux de carnivores tels que les renards des sables, les chacals dorés et les chats sauvages, pour leurs fourrures. Les os d’animaux ressemblant à des bovins présentaient des marques différentes, suggérant qu’ils étaient transformés pour la viande.

« Je suis très enthousiasmée par les marques de dépouillement sur les carnivores, car je n’ai jamais vu ce motif décrit auparavant. Et j’espère que les archéologues travaillant sur des sites beaucoup plus anciens commencent également à rechercher ce motif », a-t-elle déclaré.

+  » Des vêtements fonctionnels ou symboliques… +

Il est difficile de savoir quand le port de vêtements a débuté. Il est fort probable que les premiers humains comme les Néandertaliens qui vivaient dans des climats froids bien avant l’arrivée d’Homo sapiens sur les lieux aient eu des vêtements pour se protéger des conditions météorologiques extrêmes, mais il n’y a pas beaucoup de preuves tangibles.

Des études génétiques sur les poux indiquent que les poux des vêtements ont divergé de leurs ancêtres les poux de tête humains il y a au moins 83.000 ans et peut-être plus tôt il y a 170.000 ans, ce qui suggère que les humains portaient des vêtements avant les grandes migrations hors d’Afrique.

Hallett a précisé que l’un des 98 outils vieux de 400.000 ans fabriqués à partir d’os d’éléphant et récemment découverts en Italie pourrait avoir été utilisé pour lisser le cuir. Ils ont probablement été utilisés par les Néandertaliens. Les aiguilles à chas apparaissent dans les archives archéologiques beaucoup plus tard, il y a environ 40.000 ans.

Les outils en os du Maroc découverts par Hallett avaient la forme d’une spatule et auraient été utilisés pour retirer le tissu conjonctif. Des outils en os similaires sont encore utilisés aujourd’hui par certains travailleurs du cuir, a-t-elle poursuivi.

« La raison pour laquelle les gens aiment utiliser ces outils est qu’ils ne perforent pas la peau, et vous vous retrouvez donc avec une peau intacte », a-t-elle affirmé.

Les outils en os ont été trouvés dans la grotte des Contrebandiers sur la côte atlantique du Maroc. Hallett a indiqué que le climat d’il y a 120.000 ans aurait été doux, comme il l’est maintenant, ce qui laisse entendre que les premiers vêtements auraient pu servir à la fois d’ornementation et de protection. Des fashionistas de l’âge de pierre, dirait-on ?

« Il n’y a vraiment pas de températures extrêmes ou de conditions climatiques extrêmes dans cette zone par le passé ou aujourd’hui. Donc, je me demande si les vêtements étaient strictement fonctionnels ou étaient-ils symboliques ou un peu des deux? »

*Article publié par le site CNN World

Article19.ma