C’est connu, les riches au Maroc comme ailleurs font tout pour payer moins d’impôts. Et aux États-Unis, « une fuite de dossiers fiscaux privés » de riches américains vient de révéler que 25 milliardaires y compris Jeff Bezos ont payé des impôts insignifiants par rapport à leurs grosses fortunes.

Selon le quotidien londonien « The Financial Times », cette fuite a déclenché une enquête de l’Agence américaine en charge de la collecte de l’impôt (Internal Revenue Service-IRS) et des plaintes pour « divulgation illégale » présumée d’informations confidentielles.

Le journal d’investigation à but non lucratif, ProPublica, qui a publié les détails de ce qu’il a appelé « une vaste mine de données de l’Internal Revenue Service » couvrant plus de 15 ans de déclarations de revenus de milliers d’Américains parmi les plus riches, n’a pas révélé la source de la fuite.

Optimisation fiscale: payer 13,6 MM de dollars en 5 ans sur des revenus dépassant les 401 MM de dollars

Selon ProPublica, les stratégies légales d’évasion fiscale avaient permis aux 25 Américains les plus riches, dont Warren Buffett, Mike Bloomberg, Jeff Bezos et Elon Musk, de payer seulement 13,6 milliards de dollars d’impôts fédéraux sur leurs revenus pendant cinq ans jusqu’en 2018, alors même que la valeur croissante de leurs actions, propriétés et autres actifs avait progressé de 401 milliards de dollars.

Charles Rettig, responsable de l’IRS, a indiqué lors d’une audience de la commission sénatoriale des finances que l’agence avait ouvert une enquête pour découvrir la source de la fuite.
Il a souligné qu’il partageait « les préoccupations de chaque Américain » que des informations confidentielles sensibles aient été divulguées.
Pour sa part, l’ancien maire de New York, le magnat de l’information financière et ancien candidat à la présidence, Mike Bloomberg, s’est engagé à recourir à « tous les moyens légaux » pour trouver la source de la fuite.

Le fondateur du groupe éponyme d’information financière est allé jusqu’à dire qu’il « obéit scrupuleusement à la lettre et à l’esprit de la loi » et distribue environ les trois quarts de son revenu annuel en impôts et en dons de bienfaisance.

« La publication des déclarations de revenus d’un citoyen privé devrait soulever de réels problèmes de confidentialité, indépendamment de son affiliation politique ou de ses opinions sur la politique fiscale », a déclaré Bloomberg.

Et d’ajouter: « nous avons l’intention d’utiliser tous les moyens légaux à notre disposition pour déterminer quelle personne ou entité gouvernementale a divulgué ces informations et nous assurer qu’elles soient tenues pour responsables. »

Relance du débat sur la fiscalité

Pour leur part, certains démocrates prônent un impôt sur la fortune totale des Américains les plus riches, plutôt que de se concentrer sur les revenus annuels qui peuvent être compensés par des déductions, des emprunts et des pertes d’investissement.

Elizabeth Warren, sénatrice du Massachusetts, a présenté ce printemps une loi visant à appliquer une taxe de 2% sur les personnes, dont la valeur nette est supérieure à 50 millions de dollars, avec une surtaxe supplémentaire de 1% imposée sur toute richesse supérieure à 1 milliard de dollars.

De son côté, le président Joe Biden a proposé des augmentations du taux d’imposition sur les plus-values et les dividendes pour ceux qui gagnent plus d’un million de dollars, mais il n’est pas favorable à un impôt sur la fortune.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.