Une première en Afrique et dans le monde arabe. Des instances chargées des droits de l’Homme et de la gestion des prisons au Maroc ont mis au point un guide sur la gestion des grèves de la faim au sein des établissements pénitentiaires.

Ce guide, qui a été élaboré par des experts de la Délégation générale à l’Administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), du ministère de la Santé, du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et de la présidence du Ministère public, constitue un cadre de référence qui normalise et standardise les procédures de gestion des grèves de la faim dans les différents établissements pénitentiaires du Royaume.

Le document instaure une prise en charge multidisciplinaire globale et intégrée des cas de grèves de la faim, englobant les approches de la santé, des droits humains, de l’environnement législatif, des règles éthiques et déontologiques.
La présidente du CNDH, Amina Bouayach a relevé que ce guide apporte un outil efficace pour la gestion des grèves de la faim dans les prisons.

« Ces cas ne se ressemblent pas. Nous essayons d’élaborer ensemble des réponses à chaque cas », a souligné Mme Bouayach lors de la présentation de ce guide, mercredi à Rabat.

En vertu de ce document, quand un détenu est admis au sein d’un établissement de soins, il est pris en charge par les cadres de la Santé dans le plein respect de l’éthique et de la déontologie et de la dignité du pensionnaire, et doit être considéré en tant que patient et non comme détenu gréviste de la faim.

Le guide repose sur les principes directeurs internationaux, notamment ceux prévus par la Décélération de Malte, basée sur le principe du respect des droits des détenus, la préservation de leur dignité et la garantie de leur sécurité physique.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.