Puisqu’il s’agit de la France, et non d’un pays en voie de développement, la gifle reçue mardi par le président français Emanuel Macron est traitée par les médias occidentaux comme un « acte isolé » et non comme une « faute protocolaire » ou un manquement de sa garde rapprochée.

En déplacement dans la Drôme, deuxième étape de son « tour des régions  » en France, Macron a cru utile de se rapprocher de la foule pour saluer les citoyens qui l’attendaient. Mais contre toute attente, un homme a surgi pour serrer la main du président français avant de lui assener une gifle en lui tenant le bras et en hurlant « Montjoie Saint-Denis, à bat la macronie« . 

La bataille de Bouvines, le 27 juillet 1214. (Horace Vernet)

Selon le site Hespress.com, ce slogan royaliste, est un cri de ralliement médiéval, déjà utilisé par les armées de la dynastie capétienne. Il sert actuellement 

de chant de ralliement à l’extrême droite. Le GPRS, le service de sécurité du président, est immédiatement intervenu pour neutraliser l’agresseur.

Cette agression rappelle la nécessité de faire preuve de beaucoup plus de vigilance dans la relation entre citoyens et gouvernants en dépit des slogans sur la démocratie, les droits de l’Homme et la transparence, commente ce média marocain. 

Des incidents similaires s’étaient produits par le passé en France et renseignent sur le danger de la violence qui gangrène la société française, car l’ignorance n’a pas de patrie ou de religion.

Il s’agit donc d’un incident condamnable quelsquen soient le contexte et les motivations, estime la même source.

L’Elysée a tenté de minimiser les faits en annonçant l’arrestation d’un individu « qui voulait agresser le chef de l’Etat » alors qu’en réalité, le président a bel et bieété victime d’une agression.

Pour nombreux la portée de l’incident de mardi, l’Elysée n’avait d’autre choix que de minimiser l’agression et de la considérer comme un « acte isolé », puisque le fait d’amplifier et de dramatiser les choses aurait été perçu comme une gifle à la France tout entière. Cette France qui tente de se présenter devant le reste du monde en tant que « pays modèle » du dialogue des civilisations, de paix et de la sécurité, alors que son président était mardi seul face à un danger imminent, ajoute la même source.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.