Lancement des procès à distance, dans le cadre des mesures préventives prises pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus. 27042020-tribunal de première instance -Salé

Le tribunal de première instance de Marrakech a condamné à un mois de prison avec sursis deux individus pour non-observation du jeûne du mois de ramadan et consommation de drogue en public.

Les mis en cause ont également été condamnés à s’acquitter d’une amende de 100 dirhams, a rapporté Hespress.

Selon la même source, la police avait été alertée, au cours du mois de Ramadan, sur la non-observation publiquement du jeûne par les deux personnes en question avant de procéder à leur interpellation et leur présentation à la justice.

Pour rappel, l’article 222 du code pénal marocain stipule : « Celui qui, notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du ramadan, sans motif admis par cette religion, est puni de l’emprisonnement d’un à six mois et d’une amende de 12 à 120 dirhams ».

Toutefois, la section locale à Marrakech de l ‘Association marocaine des droits de l’homme estime que la liberté de croyance fait partie des droits de l’homme dans leur globalité et universalité.

Selon l’association, restreindre la liberté de croyance et criminaliser la non-observation du jeûne du Ramadan comme le stipule l’article 222 du Code pénal n’est plus acceptable au Maroc, qui est tenu de respecter ses engagements internationaux.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.