La présidente du Conseil national des droits de l’homme (CNDH), Amina Bouayach, a indiqué que l’appel des partis d’opposition à « l’apaisement du climat politique » avant les prochaines élections s’inscrit dans un contexte électoral et ne relève pas de la mission du conseil.

En réponse aux questions des journalistes, Bouayach, qui s’exprimait jeudi à l’occasion de la présentation du rapport annuel du Conseil national des droits de l’homme au titre de l’année 2020, a souligné que les appels des leaders des partis d’opposition à l’apaisement du climat politique avant la tenue des élections « n’est ni l’objet de nos travaux ni de notre mission ».

Elle a, en outre, fait savoir que le CNDH suit de près les conditions des détenus du Hirak d’Al Hoceima à travers ses rapports, en particulier celui de 2019, et « non pas à travers un slogan politique de certains partis ».

Abordant les cas de viols de femmes et qui ont fait l’objet de plaintes, elle a rappelé que le viol est une atteinte aux droits humains qui ne peut bénéficier d’une quelconque clémence, appelant à des « procès équitables » et à des poursuites dans des « délais raisonnables ».

La présidente du CNDH a, par ailleurs, exprimé son rejet de limiter le débat à certains cas qui sont médiatisés au détriment d’autres qui doivent tout aussi bénéficier d’un même intérêt à travers une approche globale.

Au sujet des journalistes détenus, Souleiman Raissouni et Omar Radi, Bouayach a fait savoir que des contacts sont entrepris avec les familles de ces derniers, notamment avec l’épouse de Raissouni et la mère de Radi, ajoutant que le conseil suivra leurs procès et a pleinement confiance en un procès équitable. Pour elle, il doit y avoir un équilibre entre les droits de la personne poursuivie et ceux de la victime.

Concernant l’utilisation de l’expression « police politique » par certains défenseurs des droits de l’homme et opposant marocains, Bouayach a souligné que le CNDH utilise uniquement les termes juridiques nationaux et internationaux, précisant qu’il n’existe aucune loi ou décret qui indique l’existence d’une « police politique ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.