Le ministère de l’intérieur présentera ce mardi 4 mai au parlement une étude de faisabilité sur le cannabis dans la perspective de sa légalisation pour des usages médicaux et industriels, une étude que le Parti justice et développement (PJD) avait qualifiée de « confidentielle ».

A cet égard, la commission de l’Intérieur, des collectivités locales, de l’habitat et de la politique de la ville de la Chambre des représentants a annoncé l’organisation d’une journée d’étude ce mardi consacrée à la présentation par le ministère de l’Intérieur ce cette étude après la polémique soulevée par la question de la légalisation de cannabis, a rapporté le site arabophone Hespress.com.

Pour rappel, le groupe du PJD avait menacé de ne pas voter en faveur du projet de loi sur le cannabis, exigeant du ministère de l’Intérieur de révéler l’étude de faisabilité qu’il a préparée et de la remettre aux parlementaires avant l’examen du projet de loi en question, précise la même source.

Le ministre de l’Intérieur, Abdellatif Laftit, s’était dit étonné par le discours de certains députés PJDistes qui ont qualifié cette étude de « confidentielle », ce qui l’a poussé à consacrer une journée d’étude à ce sujet.

Laftit a favorablement accueilli, la semaine dernière, l’idée de mettre à la disposition du Parlement l’étude de faisabilité relative à la légalisation du cannabis, ajoutant; « nous n’avons jamais caché quelque chose et il n’y a rien à cacher ».

Des sources parlementaires ont estimé que l’insistance du groupe PJDiste à examiner l’étude s’inscrit dans le cadre des « obstacles législatifs que le PJD créent pour rendre difficile l’adoption du projet de loi sur les usages légaux du cannabis », relevant que la présentation de l’étude par le ministère vient mettre dans l’embarras le PJD qui avoir laissé entendre qu’elle n’existait pas.

La commission de l’intérieur de la Chambre des députés est passée à la vitesse supérieure en vue de l’adoption du projet de légalisation du cannabis en annonçant la tenue d’une session, mercredi, pour la discussion détaillée du projet de loi afin de passer à la phase de vote.

Le groupe PJDiste refuse d’approuver le projet prétextant qu’il faut élargir les consultations parlementaires à son sujet et demande, entre autres, les avis du Conseil économique, social et environnemental, du Conseil national des droits de l’homme, du Conseil de la concurrence, et aussi du Conseil supérieur des Oulémas, cependant les membres de la commission de l’intérieur ont demandé à ne pas mêler les questions religieuses au débat législatif.

Le ministère de l’Intérieur a indiqué dans le projet de loi que des études nationales soulignent que le Maroc « pourrait exploiter les opportunités offertes par le marché mondial légal du cannabis, compte tenu de ses potentialités humaines et environnementales, en plus de ses capacités logistiques et de sa position stratégique à proximité de l’Europe qui est très demandeuse des produits du cannabis ».

Selon le ministère de l’Intérieur, ces études montrent également que « le développement de cultures légales de cannabis est à même d’améliorer les revenus des agriculteurs, de les protéger des réseaux internationaux de trafic de drogue, et de réduire inévitablement les répercussions négatives de la culture illégale du cannabis sur la santé et l’environnement », ajoute la même source.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.