Au Maroc, le phénomène du sexisme et du harcèlement sexuel dans les universités marocaines à l’égard des étudiantes est souvent couvert par la loi du silence, a révélé Naima Benouakrim, membre du Conseil national des droits de l’homme (CNDH).

Dans une interview au think tank marocain « Policy Center For New South » sur la violence sexiste dans l’espace universitaire, Benouakrim a souligné que le harcèlement sexuel de la part des enseignants envers les étudiantes est devenu presque « un phénimène normal ».

Elle a indiqué qu’une enquête qu’elle a menée avec d’autres acteurs de la société civile dans plusieurs universités marocaines a révélé l’existence des formes de violence à l’encontre des étudiantes et des enseignantes en milieu universitaire.

Selon elle, si les femmes enseignantes se plaignent des violences exercées par les étudiants, notamment pendant la période des examens, les étudiantes, quant à elles, se plaignent surtout de harcèlement sexuel de la part de leurs professeurs.

Benouakrim a expliqué que les étudiantes sont victimes de harcèlement sexuel de la part des enseignants, en particulier lors des examens, en leur faisant des chantages pour l’obtention de notes élevées ou s’inscrire en master, soulignant que l’ONG Transparancy avait déjà soumis un rapport à ce sujet.

Elle a ajouté que le harcèlement sexuel a de graves répercussions sur les étudiantes et pourrait conduire à l’abandon de leurs études, relevant également l’impact sur l’état de santé psychique des victimes.

Benouakrim a estimé que parmi les raisons qui poussent les victimes à garder le silence sur leurs souffrances il y a la peur qu’elles soient tenues elles-mêmes pour responsables ou que leurs familles les empêchent de terminer leurs études, d’autant qu’il n’existe aucun mécanisme leur permettant de faire part des harcèlements sexuels qu’elles subissent.

Link:

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.