Joe Biden a fait son entrée à la Maison Blanche avec un programme ambitieux qui prévoit de maîtriser le coronavirus, de remodeler la reprise économique, de revoir la politique climatique et de repenser le pouvoir des entreprises technologiques.

Les 100 premiers jours marquent un point important dans toute présidence. Après plus de trois mois de mandat, l’administration de Joe Biden a avancé avec confiance dans son programme de politique intérieure et étrangère. Pourtant, les défis de taille et les décisions complexes auxquels le président des États-Unis doit faire face sont devenus plus clairs. Les décisions prises aujourd’hui seront déterminantes pour les quatre prochaines années.

M. Biden a pris ses fonctions à un moment où le pouvoir et l’exemple de la démocratie américaine semblaient être en jeu. Les Américains ont dû faire face à la polarisation et à l’extrémisme politiques à l’intérieur du pays, aux ravages du coronavirus et à un paysage changeant de concurrence entre grandes puissances à l’étranger. Le président doit juger de la meilleure façon de gérer la montée en puissance de la Chine, les engagements coûteux de Washington au Moyen-Orient et en Afghanistan, le naufrage de l’accord sur le nucléaire iranien et la crise climatique mondiale. Il doit tracer la voie à suivre dans les relations complexes que les États-Unis entretiennent avec leurs adversaires et leurs alliés à l’étranger.

Au cours des premiers mois de sa présidence, le président Biden a promulgué le plan de sauvetage américain de 1 900 milliards de dollars dans le but de changer le cours de la pandémie du COVID-19 et d’aider le pays à se relever de la crise. Outre ce premier grand texte de loi, M. Biden a présenté au Congrès des projets de réforme radicale de l’immigration et d’investissement massif dans les infrastructures, et a fixé des objectifs ambitieux en matière de vaccination. Que révèlent les actions essentielles de M. Biden au cours de ses 100 premiers jours en tant que président sur sa stratégie pour le reste de son mandat ? Son approche du Congrès et de la gestion du gouvernement laisse-t-elle entrevoir un retour à la « normalité » à Washington, D.C. ? À quoi les Américains peuvent-ils s’attendre à l’avenir ?

La stratégie d’ennui de Biden/“Sleepy Joe“ 

Au cours des cent premiers jours de la présidence de Joe Biden, les républicains ont compris que l’homme que leur porte-étendard avait surnommé « Sleepy Joe » était un adversaire redoutable. Et la qualité qui l’a rendu si efficace jusqu’à présent est, eh bien, sa somnolence. « Je pense que Biden est un désastre pour le pays, et que ses idées sont une atrocité. Mais il est ennuyeux. Il est tout simplement ennuyeux », se plaint Dan Bongino, personnalité des médias alternatifs. Cette frustration ne se limite pas à l’aile divertissante du parti. « Il est toujours plus difficile de se battre contre une personne sympathique parce que les gens lui accordent généralement le bénéfice du doute », a râlé le sénateur John Cornyn. Lors d’un récent discours devant des donateurs, Donald Trump en a été réduit à se moquer de son successeur en le qualifiant de « Saintly Joe Biden », ce qui est peut-être le moment le plus faible de sa carrière de raillerie de cour d’école qui dure depuis des décennies.

Ce n’est pas que Saintly Joe ait inventé le prototype d’un président qui agit poliment. Barack Obama était gentil. George W. Bush était gentil. Bill Clinton s’en est tiré parce qu’il pouvait être si charmant. George H.W. Bush envoyait des tas de notes manuscrites à tout le monde, de son fabricant de snacks préféré au candidat à la présidence qui l’a battu. Traiter tout le monde avec une courtoisie sans faille est (ou était) un conseil standard pour tout politicien en herbe.

L’avantage de Biden est qu’il n’est pas seulement gentil, il est aussi ennuyeux. Il applique sans relâche un programme national ambitieux – en signant une loi qui pourrait réduire de plus de moitié la pauvreté des enfants, en étendant Obamacare et en injectant dans l’économie un stimulus deux fois plus important que celui adopté par le Congrès d’Obama en 2009 – tout en ne suscitant pratiquement aucune controverse. Il n’y a rien dans les bromures vanille-glace-crème de Biden que ses détracteurs puissent accrocher. Les républicains ne peuvent pas arrêter Biden parce qu’il les ennuie à mourir.

La stratégie d’ennui de Biden est un contrepoint fascinant à une carrière passée à essayer désespérément d’être intéressante. Biden avait l’habitude de trop parler, avec des résultats souvent désastreux qui l’ont amené à s’auto-diagnostiquer comme une « machine à gaffes ». Que son âge avancé l’ait ralenti ou rendu plus sage, il a finalement renoncé à sa recherche d’attention pour adopter l’objectif inverse. Le succès de Biden est le fruit d’une intuition cruciale, mais peu appréciée, selon laquelle les avancées substantielles ne nécessitent pas de combats publics massifs. Le drame de l’inspiration et du conflit est non seulement inutile pour promouvoir le changement mais même, dans certaines circonstances, carrément contre-productif.

Cette méthode est contraire à l’ADN de l’industrie du militantisme politique et des médias d’information, qui considèrent la politique comme une guerre et jugent chaque partie en fonction de la façon dont elle mobilise ses troupes pour le combat. Elle heurte particulièrement la sensibilité de nombreux progressistes, qui considèrent la mobilisation populaire comme la forme la plus élevée d’organisation politique.

Les libéraux ont toujours considéré les périodes d’ascension conservatrice comme une sorte de somnolence – des patriarches fades et géniaux comme Reagan et Eisenhower tranquillisant les jeunes. De même, nous imaginons notre propre succès politique comme le triomphe de la participation de masse. Ce type de ferveur populaire s’est matérialisé au nom d’Obama en 2008. Lui et ses partisans espéraient pouvoir convertir cette énergie en une armée permanente qu’il pourrait utiliser pour faire pression sur le Congrès afin qu’il adopte son programme.

Reconstruire l’Amérique (The Economist)

Pourtant, malgré tous ses succès politiques, cette ambition a complètement échoué. L’armée d’Obama s’est démobilisée après son élection et n’est revenue que quatre ans plus tard. Les pages d’opinion sont remplies de propositions écrites par des fans désespérés qui imaginent le type de discours qu’Obama pourrait prononcer et qui ramènerait les foules à la vie. Et il a prononcé de nombreux discours, la plupart d’entre eux – comme on peut l’attendre d’un président qui était un auteur à succès avant de se lancer en politique – d’excellente qualité. Rien de tout cela n’a eu d’effet positif mesurable sur l’opinion publique.

Dans l’ère moderne, presque toutes les présidences se sont efforcées de contrôler le récit des médias politiques. Le cycle de l’information a évolué, passant d’un horaire axé sur le journal du soir et le quotidien à la révolution du commentaire continu de l’information sur CNN et ses imitateurs, puis à la boucle hyper rapide de Twitter. La lutte sans fin d’une administration consistait à inciter les têtes bavardes à se concentrer sur le message du jour préféré du président.

Puis Trump est arrivé et a fait exploser cette stratégie. Ses tweets maniaques et ses fréquentes élucubrations en tant que président ont défié toute planification ou manœuvre. La « semaine de l’infrastructure » est devenue une plaisanterie de Washington, signifiant les efforts voués à l’échec du personnel de Trump pour se concentrer sur un sujet populaire, l’infrastructure étant l’exemple prototypique, que Trump ignorait invariablement et qu’il détournait ensuite en disant quelque chose de comiquement faux, de subtilement raciste ou de criminellement inculte pour que les médias le couvrent, jusqu’à ce que son personnel renonce à essayer de contrôler le message.

Biden s’est débarrassé de ses élucubrations à l’emporte-pièce, mais a gardé sa légèreté pour tenter d’orienter le cycle des informations. Lui et son équipe utilisent, bien sûr, les canaux habituels de la communication présidentielle – déclarations officielles, messages vidéo et tweets – pour exprimer l’opinion du président, à savoir que les personnes qu’il nomme sont bien qualifiées, que ses projets de loi sont utiles et nécessaires, qu’il respecte les grandes fêtes et qu’il est triste lorsque des personnes célèbres meurent. Mais il n’y a aucun des efforts habituels pour tenter de rendre ces déclarations suffisamment intéressantes pour inciter les médias à les couvrir. Au lieu de cela, leurs proclamations par cœur, combinant l’éthique de la chaîne Hallmark et le style de C-Span, semblent conçues pour être ignorées. L’ennui est le message.

Promesses tenues

Il n’aura fallu qu’une cinquantaine de jours au président américain Joe Biden pour réaliser son vœu de 100 millions de vaccinations. L’astuce est aussi simple qu’ancienne : ne pas faire de promesses et en faire plus. Pourtant, après quatre années où Donald Trump a fait le contraire, cela semble étrangement nouveau. Il en va de même pour le plan de relance de 1,9 milliard de dollars de Biden. En un seul projet de loi, il a apporté le soulagement financier que Trump ne cessait de répéter aux Américains de la classe moyenne qu’ils avaient déjà. L’Amérique peut-elle oser espérer que son époque où la politique était une branche de l’industrie du divertissement est révolue ?

Toutes sortes de choses peuvent et vont mal tourner – à commencer par la vague croissante de migrants à la frontière sud de l’Amérique. Mais Biden a trois avantages clés. Le plus important est ce que Napoléon Bonaparte recherchait chez ses généraux : la chance. La meilleure recette pour réussir dans un nouveau poste est de suivre un candidat peu performant. Biden a également hérité d’une pandémie qui était mûre pour être corrigée.

La chose la plus efficace que Trump ait faite en tant que président a été de financer l’opération Warp Speed. Biden est entré en fonction au moment où les vaccins américains étaient disponibles et où les infections atteignaient un pic. Cela lui a offert une chance unique de démontrer le pouvoir du service public. Si le virus disparaît aux États-Unis d’ici l’été, le boom économique qui en résultera donnera à Biden un tremplin pour faire toutes sortes de choses qui auraient été impensables auparavant.

Le deuxième attribut de Biden est l’expérience. James Carville, l’ancien stratège de Bill Clinton, aimait à répéter cette citation : « Plus je m’entraîne au golf, plus j’ai de la chance. » Parmi les présidents américains récents, seul George Bush senior pourrait se comparer à l’exercice public de Biden. Mais ni lui, ni Richard Nixon, ni Lyndon Johnson n’égalent les 44 années combinées de Biden en tant que sénateur et vice-président. Selon les règles de la politique américaine, l’expérience à Washington joue fortement contre vous dans l’esprit du public. C’est pourquoi Biden n’a pas beaucoup parlé de son passé glorieux pendant la campagne.

Dans la pratique, cependant, l’expérience compte pour beaucoup. Connaître les acteurs clés du Capitole peut faire toute la différence pour conclure des accords. Il en va de même pour l’équipe de Biden. Janet Yellen est sans doute la personne la plus qualifiée pour devenir secrétaire au Trésor américain, puisqu’elle a dirigé la Réserve fédérale américaine et le Conseil des conseillers économiques de Clinton. Ron Klain, le chef de cabinet de la Maison-Blanche, a joué ce rôle pour deux vice-présidents et a dirigé la réponse des États-Unis à une épidémie antérieure, le virus Ebola.

L’histoire des États-Unis est truffée de nouveaux présidents qui arrivent avec des équipes étrangères et qui trébuchent ensuite. Pensez aux Géorgiens de Jimmy Carter, aux Arkansiens de Clinton et aux Chicagoens de Barack Obama. Il leur faut au moins deux ans pour prendre pied, si jamais ils y parviennent. Biden a jusqu’à présent contourné cet obstacle. Ayant pris presque toutes les positions sur tous les sujets au cours de sa longue carrière, Biden est considéré par la gauche comme dépourvu de principes. Mais cela peut aussi être un atout. Les républicains ne peuvent pas dépeindre Biden comme un radical.

Le résultat est un changement discret du ton de la politique américaine. Les médias se sont plaints du fait que Biden a attendu plus longtemps que tout autre président américain récent pour tenir une conférence de presse. Personne d’autre ne s’en soucie particulièrement. L’année dernière, Trump a sapé quotidiennement son propre groupe de travail sur le coronavirus avec des théories absurdes sur le virus. De temps à autre, Obama prononçait un discours exquis, mais ne parvenait pas à le faire suivre. Biden n’est pas un bon orateur et manie souvent ses mots.

Un audit historique

L’un des premiers actes de Joe Biden dans le Bureau ovale a été d’accrocher un portrait de Franklin Roosevelt, écartant le choix d’Andrew Jackson de Donald Trump. Puis, contre toute attente, il a entrepris de relever les défis de ce moment FDR. Au cours de ses 100 premiers jours, M. Biden a montré qu’il avait l’intention de mobiliser les ressources du gouvernement pour faire face aux « crises en cascade » auxquelles les Américains sont confrontés, avec le programme le plus ambitieux depuis un demi-siècle.

M. Biden a commencé par une série de décrets annulant certaines des folies de M. Trump : il a mis fin à l’interdiction de voyager pour les musulmans, a rejoint l’Organisation mondiale de la santé et l’accord de Paris sur le climat et a mis fin à la construction du mur frontalier. Il a également pris des mesures énergiques pour s’attaquer à la pandémie et à la crise climatique, en nommant John Kerry envoyé spécial pour le climat, en le faisant siéger au Conseil national de sécurité et en annonçant un sommet sur le climat en avril.

Le plan de sauvetage américain de Biden, doté de 1 900 milliards de dollars, a été adopté par le Congrès dans le cadre de la procédure de réconciliation, sans aucune voix républicaine. Salué par Bernie Sanders comme « le texte législatif le plus important en faveur des familles de travailleurs dans l’histoire moderne de ce pays », ce plan prévoit 1 400 dollars de paiements directs, ainsi qu’une extension des allocations de chômage, un soutien à la vaccination rapide, des ressources pour aider à la réouverture des écoles, une aide aux gouvernements des États et des collectivités locales et une expansion spectaculaire des subventions à l’assurance maladie. Il crée également un revenu de base universel pour les familles pauvres et de classe moyenne avec enfants, ce qui permettrait de réduire de moitié la pauvreté des enfants. Représentant environ 9 % du PIB actuel, il éclipse les plans de relance de Roosevelt et d’Obama et donnera un coup de fouet à la reprise.

Le prochain à être adopté est le plan pour l’emploi de 2 250 milliards de dollars sur huit ans, que M. Biden a décrit comme un « investissement unique en son genre en Amérique », avec des milliards de dollars pour les véhicules électriques, le haut débit, l’eau potable, le logement et le plus gros investissement jamais réalisé dans la recherche et le développement hors défense. Avec des taux d’intérêt bas, les investissements dans les infrastructures seront plus que rentables, mais le plan de Biden augmente également le taux d’imposition des sociétés et impose un impôt mondial minimum aux multinationales.

Ces mesures seront associées (et probablement combinées) à un plan « American Families » de 2 000 milliards de dollars destiné à soutenir l’économie des soins, notamment les services de garde d’enfants et de personnes âgées, les congés familiaux payés, etc.

Promettant une politique commerciale favorable aux travailleurs, Biden a ordonné une révision des chaînes d’approvisionnement et a étendu les dispositions « Buy America » aux contrats fédéraux. Annonçant « Je suis un syndicaliste », il a lancé un appel sans précédent au nom des syndicats qui tentent de syndiquer Amazon.

Si les nominations au cabinet de M. Biden sont en grande partie des figures de l’establishment, de solides réformateurs ont été choisis pour plusieurs postes clés du sous-cabinet, ce qui laisse présager un renouveau potentiel de la protection des consommateurs et de l’environnement ainsi que de l’application des lois antitrust. En ce qui concerne les nominations judiciaires, M. Biden a promis une diversité non seulement raciale mais aussi professionnelle, en cherchant à s’appuyer sur des avocats spécialisés dans l’aide juridique, les droits civils, la pauvreté et la défense pénale.

S’il est adopté et renforcé – ce qui n’est pas une mince affaire – le programme de M. Biden représentera une rupture profonde avec l’ère conservatrice des 40 dernières années. En tant que politicien de carrière ayant l’habitude de virer de bord en fonction des vents conservateurs, Biden est le capitaine le plus improbable pour tracer cette voie.

Les crises lui ont forcé la main – tout comme la Grande Dépression a forcé celle de FDR. L’échec calamiteux de l’ère conservatrice a également laissé une ouverture. Les syndicats étant affaiblis, les mouvements progressistes – Occupy Wall Street, #MeToo, Black Lives Matter, Poor People’s Campaign, 350.org, les Dreamers – ont montré la voie. Sanders a gagné la bataille des idées, si ce n’est la nomination. Les instituts politiques progressistes ont fourni des munitions pour le débat et des idées alternatives, et les législateurs progressistes au Congrès ont un poids croissant.

L’Amérique est de retour 

Lorsque Franklin Delano Roosevelt a prêté serment en tant que président le 4 mars 1933, un quart des Américains étaient au chômage et des multitudes vivaient dans des bidonvilles. À la fin des 100 premiers jours de son mandat, il avait fait adopter 15 projets de loi par le Congrès, réorganisé les systèmes financier et agricole, étendu l’aide aux chômeurs et jeté les bases de la reprise économique.

Neuf décennies plus tard, un autre démocrate, Joseph R. Biden Jr, accède à la Maison Blanche à un moment de crise extraordinaire. Une pandémie unique en son genre a tué plus de 400 000 Américains et supprimé près de 10 millions d’emplois. Le nouveau président doit faire face au changement climatique, à une remise en question nationale de la justice raciale et à un électorat amèrement divisé.

Alors qu’il prépare ses premiers mois de mandat, le président Biden a étudié le modèle de Roosevelt. « Nous sommes déterminés à relever ces défis avec des solutions aussi importantes que les problèmes », déclare Ron Klain, secrétaire général de la Maison Blanche, au magazine TIME. « Notre objectif est de rallier le pays derrière cela, de mobiliser le Congrès derrière cela, de commencer à faire les changements nécessaires pour s’attaquer à ces horribles problèmes », a-t-il ajouté.

Cette mission s’est reflétée dans la première vague d’actions exécutives de Biden. Dans les heures qui ont suivi son investiture, M. Biden a rejoint l’Accord de Paris et l’Organisation mondiale de la santé, et a annulé l’interdiction dite « musulmane » de l’administration Trump, qui limitait l’immigration en provenance d’un grand nombre de pays à majorité musulmane. Ces mesures visaient à montrer que la présidence de M. Biden s’éloignerait des tendances isolationnistes de son prédécesseur.

Les trois premiers mois du mandat de M. Biden seront bien plus qu’un simple signal de changement de ton. Les entretiens et les réunions d’information avec plus d’une douzaine de collaborateurs et de conseillers extérieurs à l’administration montrent clairement que le nouveau président se concentrera sur deux objectifs principaux : enrayer la propagation du COVID-19 et apporter une aide économique aux familles dans le besoin. D’ici au 30 avril, le 100e jour du mandat de M. Biden, l’administration espère avoir vacciné 100 millions d’Américains, autorisé la loi sur la production de défense pour augmenter l’approvisionnement en vaccins et rouvert en toute sécurité la majorité des écoles primaires et secondaires.

Les assistants de Biden et les experts en politique – la plupart travaillant à distance et se réunissant via Google Meet – se sont démenés pour mettre en place une série de politiques, de modifications réglementaires et de textes législatifs à présenter au cours de la première semaine. Les programmes que Biden peut diriger depuis l’aile ouest, comme la supervision de la distribution ordonnée des vaccins et l’encouragement des Américains à se faire vacciner, exigeront un niveau de discipline et d’organisation que la Maison-Blanche n’a pas connu depuis quatre ans.

Il existe également des défis indépendants de sa volonté. L’administration Biden dépendra d’un Congrès hargneux pour autoriser le financement de ses plans de distribution de vaccins et de relance économique. M. Biden a exhorté les législateurs à agir rapidement pour adopter une version du plan de relance de 1 900 milliards de dollars qu’il a proposé le 14 janvier. Mais on ne sait pas encore quel soutien républicain il pourra obtenir. Et même avec un contrôle démocrate étroit des deux chambres, le rythme des négociations pourrait être ralenti par le procès de mise en accusation de l’ancien président Donald Trump par le Sénat.

L’administration espère tirer parti d’un large soutien à la relance économique pour promouvoir un programme progressiste, notamment en portant le salaire minimum national à 15 dollars et en augmentant le financement des cliniques de santé communautaires – des politiques qui, selon elle, permettront d’amorcer une reprise à long terme. « C’est l’équivalent domestique de la théorie des dominos », déclare l’ancien chef de cabinet de la Maison Blanche, Rahm Emanuel, qui occupait ce poste lorsque le président Barack Obama a pris ses fonctions au milieu de la Grande Récession en janvier 2009.

L’objectif, selon M. Klain, est de gérer les multiples crises auxquelles les États-Unis sont confrontés de manière à ce que la nation sorte d’une période troublée plus forte et plus unifiée.

Relancer l’économie

La plupart des économistes pensent que dès que la menace du COVID-19 s’estompera grâce aux vaccinations de masse et à l’immunité collective, l’économie commencera à rebondir d’elle-même. Mais le calendrier est difficile à tenir : même si les plans de M. Biden pour accélérer la distribution des vaccins sont couronnés de succès, le pays ne devrait pas franchir cette étape avant l’été ou l’automne. La proposition de relance économique que M. Biden a publiée le 14 janvier vise essentiellement à atténuer la douleur d’ici là.

La proposition prévoit de prolonger l’assurance chômage hebdomadaire renforcée jusqu’en septembre, en faisant passer le montant alloué de 300 à 400 dollars, et d’envoyer 1 400 dollars en paiements directs à la plupart des Américains. Le plan prévoit également le versement de 130 milliards de dollars aux écoles pour les aider à rouvrir en toute sécurité, ainsi que 15 milliards de dollars de subventions aux petites entreprises pour les aider à compenser les pertes de revenus.

Pour faire passer une telle législation dans un Sénat divisé en deux parties égales, M. Biden aura besoin non seulement d’un soutien démocrate unifié, mais aussi des voix d’au moins 10 républicains, dont plusieurs ont déjà exprimé un choc. Les démocrates pourraient contourner l’exigence des 60 voix en recourant à une procédure budgétaire obscure connue sous le nom de réconciliation, mais cela limiterait probablement la portée du paquet et pourrait saper le message de coopération bipartisane de M. Biden.

Kennia Viera, de Los Angeles, au centre, mère célibataire, sans emploi et risquant d’être expulsée à la fin du mois de janvier, serre dans ses bras ses enfants, Florisabella Houston-Viera, 7 ans, et Enrique Houston-Viera, 9 ans, après avoir pris la parole lors d’une manifestation pour les locataires risquant d’être expulsés en raison des retombées financières de la pandémie de coronavirus à Lakewood, en Californie, le 16 décembre 2020.

M. Klain, le nouveau chef de cabinet, est conscient de ces défis. Les sénateurs républicains qui ont été informés des projets de M. Biden sont sceptiques, dit-il : « Beaucoup d’entre eux ont dit qu’ils pensaient que le prix à payer était élevé ». « Notre réponse est que les défis sont importants », ajoute-il.

Le sénateur du Delaware Chris Coons, un protégé de Biden et un proche conseiller qui a aidé à négocier l’accord bipartisan de décembre dernier sur l’aide à hauteur de 900 milliards de dollars, fait preuve d’un optimisme prudent, notamment à la suite de l’insurrection du 6 janvier au Capitole. « Les dirigeants des deux partis regardent attentivement à quel point nous sommes divisés et reconnaissent que nous devons montrer au peuple américain que le Congrès peut travailler et faire avancer les choses », dit-il.

Le programme économique de M. Biden ne dépend pas uniquement du Congrès. Il a demandé aux agences concernées de prolonger le moratoire fédéral sur les expulsions et les saisies jusqu’au 31 mars, et la pause sur les paiements des prêts étudiants fédéraux jusqu’au 30 septembre. Mais il y a finalement une limite à ce que l’exécutif peut faire de son côté. « Il n’existe aucun ensemble de boutons et de leviers que le président peut actionner pour générer la combinaison optimale de croissance économique, de chômage et d’inflation », explique Kenneth Mayer, professeur à l’université du Wisconsin-Madison, qui étudie les décrets.

Climat et racisme

Selon les conseillers, les deux crises de la justice raciale et du changement climatique sont également très présentes dans l’esprit du président. Le 20 janvier 2021, il est devenu le premier président de l’histoire à condamner explicitement la suprématie blanche dans un discours d’investiture. Le plan de relance proposé par l’administration aborde également plusieurs points soulevés par le mouvement Black Lives Matter. Il s’agit notamment de l’aide aux communautés de couleur touchées de manière disproportionnée par la pandémie, du financement de l’expansion des centres de santé communautaires et de la priorité donnée à l’aide aux petites entreprises appartenant à des minorités.

M. Biden a chargé Susan Rice, qui dirige le Conseil de politique intérieure, de superviser les initiatives de l’administration en matière d’équité raciale, qui évalueront comment le gouvernement peut maximiser les ressources pour les communautés minoritaires et assurer la diversité dans ses propres rangs. M. Biden lance également des initiatives visant à élargir l’accès des femmes de couleur aux soins de santé et à réformer le système de justice pénale.

Une autre série de mesures précoces repositionnera la réponse des États-Unis au réchauffement de la planète. Outre son adhésion à l’accord de Paris, M. Biden a annulé le permis d’exploitation du pipeline Keystone et ordonné aux agences fédérales de rétablir les réglementations environnementales que son prédécesseur avait supprimées, comme les règles sur les émissions de méthane dans la production de pétrole et de gaz. M. Biden a déjà déclaré qu’il utiliserait le pouvoir d’achat du gouvernement fédéral pour stimuler la demande de produits écologiques, ce que les experts s’attendent à ce qu’il fasse dès le début en demandant aux agences fédérales d’acheter des véhicules à faible émission et d’autres produits écologiques.

L’administration prévoit également d’inverser une série de politiques de l’ère Trump en matière d’immigration. Biden a déjà présenté un projet de loi qui créerait une voie vers la citoyenneté pour des millions d’immigrants sans papiers et stimulerait l’aide au développement des pays d’Amérique centrale. Il prévoit de créer un groupe de travail pour tenter de réunir plus de 600 enfants séparés de leurs parents après avoir traversé la frontière américano-mexicaine dans le cadre de la politique de « tolérance zéro » de Trump. On s’attend également à ce que Biden revienne sur la politique de Trump qui a tenté d’exclure les immigrants sans papiers du recensement.

Mot de fin

Si les principaux assistants et conseillers de M. Biden insistent sur le fait qu’aucune des crises imbriquées de l’Amérique ne sera résolue au cours des 100 premiers jours, ils savent également que la période de lune de miel pourrait être la meilleure chance pour le nouveau président de laisser une trace. « Ce que nous promettons au peuple américain, c’est le progrès pendant ces 100 jours, beaucoup de travail acharné, pour que les choses passent de la mauvaise à la bonne direction », déclare M. Klain, en ajoutant : « Ce sera la mesure de notre succès ».

Biden le “Waken Joe“ pas “Sleepy Joe“

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.