« Attayhae » (Le labyrinthe ), tel est le titre du nouveau roman de l’écrivain marocain Abdelkader Chaoui qui vient de paraître aux éditions Le Fennec, un écrit qui se veut un « récit autofictionnel ».

« Dans ce livre, j’ai écrit ce que j’ai écrit sans plan ni arrangement. Je n’étais pas devant des priorités qui m’invitent à choisir. Mes motifs sont complètement ambigus; et je sais que le lecteur ne me fera aucun reproche si je lui dis spécialement que j’ai écrit ce que j’ai écrit comme un récit pour ma personne et un conte sur son isolement dans l’écriture. C’est ainsi que je me suis trouvé complètement convaincu dans les dernières pages de ce qui devaient figurer dans les premières pages de l’introduction laquelle n’a pas été écrite.

La signification de cette conviction que j’emprunte à Manuel Alberca est: ceci est moi et je ne suis pas moi, je me ressemble mais je ne suis pas moi, mais attention c’est possible que ce soit moi », a notamment écrit Chaoui en guise de présentation sur la quatrième couverture de son nouveau livre.

Selon l’écrivain Ibrahim Khatib, « le nouveau livre de Chaoui n’est ni un roman, ni une œuvre de critique ou une analyse politique, mais plutôt une tentative de se remémorer des coïncidences du passé et de sonder les origines de certaine positions et rencontres, en plus de révéler les contextes de certains écrits de l’auteur publiés sous diverses formes, ou de rechercher les échos émotionnels de voyages qu’il a effectués ici et là ».

Dans un mot sur le nouvel écrit, Khatib a ajouté que le livre « Attayhae » constitue également, par la diversité de ses matières, « un aller-retour dans la vie d’Abdelkader Chaoui allant de l’enfance à Bab Taza, en passant par les études à Tétouan puis à Rabat, avant de s’engager dans la vie professionnelle à Casablanca, et de tomber dans la politique, avec une propension à l’écriture dans ses diverses manifestations ».

Né le 8 octobre 1950 au nord du Maroc, Abdelkader Chaoui compte de nombreux écrits dans divers domaines de la littérature dont le célèbre ouvrage sur la vie carcérale « Kan Wa Akhawatouha » « كان واخواتها ».

Parmi ses oeuvres les plus connues, on retient notamment « Dalil Al Ounfouane », « Bab Taza », « Le Parti d’Istiqlal (1944-1982) » et « La Gauche au Maroc (1970-1974) », ainsi que son roman autobiographique « L’Écriture et l’Existence ».

En 2000, Chaoui a obtenu le Prix de la créativité littéraire du Maroc pour son livre Al-Saha al-Charafia (La place d’honneur).

Dans la préface du livre attire l’attention des lecteurs avec cette citation énigmatique de l’écrivain espagnol Manuel Alberca : « C’est moi, mais ce n’est pas moi. On dirait moi, mais ce n’est pas moi. Mais attention, ça pourrait être moi ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.