Affaire Omar Radi. L’Association marocaine des droits des victimes (AMDV), qui compte parmi ses membres des avocats et avocates, vient de publier, ce mercredi, un communiqué où elle exprime son « soutien total et inconditionnel » à la journaliste Hafsa Boutahar et avec « toutes les victimes des agressions sexuelles ».

Voici le texte intégral de ce communiqué :

« Dans le cadre de ce qu’endurent les victimes des violences sexuelles pour avoir brisé le tabou de ce qu’elles ont subi comme viol et exploitation sexuelle.

Et devant la vague des allégations et des déclarations anti-droits des femmes, et surtout des droits des victimes des crimes sexuels, qui tentent de cacher la vérité, présenter l’accusé dans le crime de viol comme un militant détenu sur fond de la liberté d’expression, soutenir les contrevérité, endosser la responsabilité des crimes sexuels aux victimes à travers des jugements de valeur entachés de racisme.

Mme Hafsa Boutahar s’est présentée devant le Parquet pour dénoncer ce qu’elle a subi comme crimes sexuels de la part de son collègue de travail, l’accusé Omar Radi.

Et devant la campagne acharnée menée par certains défenseurs des droits des accusés, en avançant des accusations voilées contre les victimes et en les considérant comme des instruments de règlements de comptes politiques, dans la négation totale de leurs souffrances suite à ce qu’elles ont subi comme exploitation sexuelle au sein des lieux de travail.

L’Association marocaine des droits des victimes (AMDV), tout en suivant avec une grande préoccupation le dossier de la victime Hafsa Boutahar qui a choisi de briser le silence sur ce qu’elle a subi comme crimes sexuels de la part de l’accusé Omar Radi, annonce à l’opinion publique nationale et internationale ce qui suit:

– Son soutien total et inconditionnel avec la victime Hafsa Boutahar et avec toutes les victimes des agressions sexuelles.

– Sa condamnation de tous les moyens et méthodes illégaux, qui s’inscrivent en faux par rapport à l’esprit et la logique des droits de l’homme, des principes universels et indissociables, et qui ont été utilisés pour faire face à la victime Hafsa Boutahar en occultant son rôle dans l’affaire pénale en cours, à travers la tentative d’influencer la justice et de consacrer le principe de l’impunité.

– Sa dénonciation des déclarations irresponsables qui portent atteinte à la dignité de Mme Hafsa Boutahar et à sa réputation et à la réputation de toutes les victimes des violations sexuelles qui ont choisi de briser le mur du silence.

– Son rejet de toutes les méthodes visant à entraver l’accès de la victime Hafsa Boutahar et des autres victimes des crimes sexuels, à une justice, juste et équitable.

– Son invitation à tous les défenseur(e)s des droits de l’homme pour rejeter toutes les formes d’agressions et des crimes sexuels, protéger les victimes et leur garantir les moyens de l’autonomisation judiciaire dans les affaires de viol et de crimes sexuels.

– Son exhortation de tous ceux qui veillent à l’application de la loi pour assurer les garanties de la protection juridique et judiciaire pour la victime Hafsa Boutahar et pour toutes les victimes des violations sexuelles conformément à la résolution de l’Assemblée générale des Nations-Unies N° 34/169 et toutes les décisions y afférentes.

– Son appel à toutes les associations des droits de l’homme et les organisations gouvernementales et non gouvernementales, nationales et internationales, qui croient en les principes des droits de l’homme, de faire preuve d’objectivité et d’investigation dans les affaires des victimes des violations et des crimes sexuels, qui ne touchent en rien à la liberté d’expression, comme d’aucuns essaient de les qualifier dans le but d’induire en erreur l’opinion publique nationale afin d’attirer la sympathie au niveau national et international pour influencer la justice. »

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.